Ce matin, dans mon bureau tout seul devant mon ordinateur après avoir ouvert le programme Word, mes yeux rivés sur le clavier j’attends une pluie fine ou un orage de pensées et d’idées. Comme toujours, la première page est complètement vierge et intacte. Comme si c’était lors d’un examen je me concentre sérieusement et espère trouver l’inspiration nécessaire pour pondre un nouvel article, inédit bien sûr. Un article intéressant qui doit sans aucun doute captiver l’attention du lecteur pendant la lecture de tout le contenu jusqu’au point final.

Vous le savez sans doute que je ne suis pas un sportif ni un adepte du yoga, mais je sais pertinemment qu’une bonne respiration contribue énormément à la concentration de l’intellect. Calme, reposé, décontracté, relax mon inspiration commence à apporter ses fruits. Tout d’un coup, mon esprit s’est focalisé sur l’ensemble des articles que j’ai écrit auparavant et d’autres que mes amis ont publié dans la revue de presse Dounia News. Je me rappelle très bien que presque tous les auteurs chacun sa manière apportait son lot de remarques, critiques et propositions pour endiguer tous les maux de la société marocaine en particulier.

L’idée principale qui me rongeait était, la situation conflictuelle et éternelle entre les membres de notre diaspora et notre cher pays d’origine. Après plusieurs rendez-vous manqués et des centaines de déceptions, petit à petit une certaine méfiance s’est installée et qui a avec le temps a agrandi le fossé de méfiance réciproque qui nous sépare. 

La littérature makhzénienne du tout sécuritaire d’un côté et du tout rentable de l’autre, devise oblige, a toujours et encore aujourd’hui voulu vendre du vent aux citoyens d’origine marocaine.

Après cinq décennies de malentendus et de déceptions la politique officielle de l’autruche continue à faire la sourde oreille comme si tout allait bien et, le fossé est devenu plus profond que beaucoup de militants lassés et contrariés, déçus de tant d’années de revendications d’un côté et du mutisme et de l’immobilisme de l’autre ont laissé le terrain vide aux seuls béni-oui-oui, arrivistes et profiteurs à applaudir et jouer le clown lors des différentes festivités qui coûtent un budget fou à la société marocaine en dilapidant des capitaux énormes qui auraient pu servir à des projets porteurs au lieu qu’à des activités de prestige complètement inutiles. 

Pour moi, tout est affaire de dignité. Nous avons quitté notre pays avec dignité et nous nous sommes installés en Belgique avec notre dignité. Nous ne sommes pas des marchandises et nous n’appartenons à personne, nous avons des droits et des devoirs vis-à-vis des deux pays en question. Malheureusement, nous avons perdu confiance parce que les différents gouvernements successifs n’ont pas voulu compléter notre citoyenneté et nous considérer comme des citoyens à part entière. Le temps de « je t’aime, moins non plus » ne nous fait plus rire et encore moins sourire. Ce temps est révolu et on ne peut instaurer et restaurer notre confiance qu’à condition que notre pays fasse de son mieux pour qu’il retrouve solvabilité et crédit qu’il a perdus depuis très longtemps. 

Il y a des multitudes de sujets qui fâchent que le Maroc doit rectifier et corriger. Justement, les journaux de propagande nous bombardent quotidiennement par la préparation de l’accueil des MRE pendant les vacances d’été avec des titres sensationnels quotidiennement et relatés par tous les journaux du royaume. Par contre, ces mêmes MRE qui traversent plusieurs pays européens n’ont aucune contrainte en franchissant les différentes frontières européennes. Les journaux n’en parlent même pas parce que c’est un non-évènement. Tout le monde part en vacances pendant l’été, c’est une transhumance saisonnière tout à fait très banale. Mais, au moment d’être accueilli dignement dans leur propre pays c’est justement l’inverse qui se produit. Sécurité oblige, on doit remplir une fiche pour visiter son pays en indiquant même les raisons de notre visite comme si nous étions des envahisseurs dangereux et périlleux. Un second formulaire est à remplir pour la voiture. Les deux formulaires doivent être tamponnés par les autorités compétentes avant de mettre les pieds sur le sol marocain. 

Lors du retour, la même procédure est exigée avant de quitter le pays. Et, si par malheur vous faites une dizaine de visites par an ce sera une dizaine de fois que la fiche et en voiture le formulaire doivent être remplis. Je ne vais pas vous parler des files interminables et du chaos à l’entrée comme au moment de quitter le Maroc. Même pour ses propres citoyens le Maroc n’est pas un pays hospitalier et aimable. Ce n’est pas de l’accueil, c’est de l’hostilité pure et simple. SVP, abolissez ces formalités, idiotes, stupides et inutiles. On y gagnera tous, du temps et on épargnera beaucoup de papier ce qui est bon pour la nature. Et surtout, laissez-nous visiter notre pays sans trop de tam-tam.

Cela fait plus de cinq décennies que nous subissons ces accueils indignes d’un pays qui prétend dans les journaux de propagande être un pays hospitalier. Alors comment voulez-vous alors que la confiance des citoyens rationnels ne décline pas ? Et pourtant, si et seulement si, le Maroc et ceux qui gouvernent ont vraiment une volonté et une détermination de restaurer la confiance réciproque, ce qui est théoriquement toujours possible, alors il faut prendre les mesures nécessaires relativement rapidement et dans les meilleurs délais avant qu’il soit trop tard. Il faut avoir le courage politique et l’honnêteté intellectuelle pour créer une vraie impulsion capable d’engendrer un dynamisme dans tous les secteurs de la société afin de réformer et de moderniser le tissu social, santé, justice, politique, économique et environnemental. Ce qui malheureusement n’est pas encore le cas.

Il faut pertinemment cesser de nous voir comme une vache à lait ou une poule à l’œuf d’or. Nous ne demandons ni faveurs ni bonus, ni gratifications, malgré qu’y avons pleinement le droit. Soyez sincères, honnêtes et neutres, car nous ne demandons pas de discriminations positives, mais de recouvrer les mêmes droits que les citoyens marocains de l’intérieur, ni plus ni moins.

Une fois au Maroc les problèmes et les difficultés nous accompagnent pendant tout notre séjour. Corruption, harcèlement sexuel, violences, accidents de route, contraventions, prix exorbitants des taxis, des restaurants et des hôtels sans parler de la mauvaise qualité des produits de consommation. 

Les personnes âgées souffrent énormément du manque d’infrastructures adéquates, les personnes à mobilité réduite éprouvent également des difficultés à cause des routes et chaussées délabrées. Justement, au Maroc on vient de réduire les tarifs de trains aux anciens combattants : http://bit.do/eXSiC Je me demande vraiment pourquoi pas la gratuité tout simplement et inclure les Chibanis en faisant d’une pierre deux coups.

On ne cesse de répéter qu’au Maroc, à part la plage il y a un manque structurel de lieux d’amusements, de divertissements et de loisirs. Nos jeunes s’ennuient lors de leur séjour et souvent repartent plus tôt. 

Il y a plus de trente ans, nous avons organisé plusieurs visites dans plusieurs départements et cabinets ministériels pour que le Maroc renoue les liens avec les jeunes. Nous leur avons proposé des activités et des actions qui ne coûteraient presque rien aux autorités. Étant donné qu’ils sont habitués de prévoir des budgets faramineux nos propositions n’étaient ni comprises ni acceptées, financièrement elles ne valaient rien. Ce moment-là il s’agissait de deux propositions différentes, mais complémentaires pour renforcer les liens entre les jeunes générations et le pays d’origine de leurs parents et grands-parents, justement lors de leur accueil. Chaque été, des centaines de milliers de familles prennent le bateau pour rejoindre les ports marocains. Le projet consistait à réquisitionner une centaine d’institutrices et d’instituteurs pour organiser des activités ludiques en joignant l’utile à l’agréable pour s’occuper des enfants et les occuper los de la traversée du détroit ainsi que lors du retour. Des activités simples et de jeux de société pour occuper les jeunes au lieu de les laisser courir de haut en bas et de gauche à droite dans le bateau. 

Le second projet est identique au premier à la différence près que les activités socio culturelles, de jeux de société et des jeux sportifs dans les différentes plages du pays. Cela ne coûte pas beaucoup, mais laissera un tas de souvenirs positifs du Maroc chez les jeunes. Malheureusement aujourd’hui nos jeunes préfèrent passer leurs congés en Turquie, en Grèce, en Thaïlande ou dans des pays plus exotiques, qui sont plus accueillants, tout en évitant bien sûr le Maroc.

« Lors d’une allocution diffusée via visioconférence à l’occasion de la tenue à Tinghir du Forum économique international de Drâa-Tafilalet (28-29 juin), M. El Otmani a relevé que le gouvernement accorde un intérêt particulier aux Marocains du monde. » : http://bit.do/eWUf6 .

Voici une déclaration de trop et en même temps trop tardive. C’est la preuve que la langue de bois continue, le blabla se poursuit et comme cerise sur le gâteau comme toujours pour noyer le poisson on organise des hearings, des débats, des forums ou des enquêtes. Depuis cinq , nous avons été témoins de milliers de forums de réunions et des débats festifs. La conscience de nos ministres est ainsi tranquille. Mais on n’a pas pour autant fait bouger les lignes. Signe de l’immobilisme et de la stagnation, créativité nulle.

Il y a quatre décennies, les responsables progressistes de la vie associative en Belgique, aux Pays-Bas, en France et ailleurs ont revendiqué haut et fort le droit du vote universel comme prescrit dans la constitution marocaine. Ce volet politique n’a pas encore trouvé d’issue positive jusqu’à nos jours. Il faut souligner que, toutes les autres nationalités qui vivent en Belgique ont le droit de participer aux élections nationales de leurs pays respectifs, même nos voisins algériens, sauf nous qui sommes d’origine marocaine. 

Justement, les prochaines législatives au Maroc auront lieu en 2021. Espérons d’ici là que le gouvernement actuel reconnaît son mea culpa et fasse un pas de géant pour accorder le droit de vote à ses MRE, c.-à-d. Nous, citoyens européens d’origine marocaine. Soyons optimistes jusqu’au bout et gardons de l’espoir. Après ce sera trop tard et ce sera dommage. De toute façon, nous ne serons pas les perdants, car nous avons toujours un joker. (Les MRE vont-ils voter aux élections législatives de 2021 ? http://bit.do/eX8VP )

En clair, depuis très longtemps en Belgique, il faut le souligner, nous sommes des citoyens belges à part entière et nous participons à toutes les élections, à tous les niveaux y compris au niveau européen. Depuis des décennies, nous avons des représentants d’origine marocaine au niveau communal, régional, national et européen. 

Au Maroc, jusqu’à preuve du contraire, nous ne sommes pas encore au stade de citoyens. Nous sommes seulement et uniquement des MRE. Tout le temps, les ministres et les départements lancent des appels et s’attendent qu’on les écoute. Mais quand notre communauté s’exprime sur ses doléances, personne ne l’écoute et personne ne réagit. Nous avons maintes fois tiré la sonnette d’alarme, malheureusement nos interlocuteurs officiels sont sourds et muets à nos cris et nos SOS.

À part les bla-bla, les applaudissements des béni-oui-oui et les discours creux de propagande, dites-moi vraiment comment voulez-vous que notre communauté puisse un jour retrouver et restaurer une confiance réciproque dans l’immensité du désert marocain.

Je souhaite à toutes et à tous, où que vous soyez, bonnes et heureuses vacances.

Bruxelles, le 7 avril 2019
Sarie Abdeslam

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top