Walmart, la grande chaîne de distribution étasunienne, est poursuivie en justice pour fraude. Le Center for Inquiry, organisation à but non lucratif fondée en 1991 sur les bases d’un humanisme séculier pour lutter contre la superstition et les fausses sciences représente l’institution plaignante. 

Le CFI accuse Walmart de tromper ses clients et de mettre leur santé en danger en présentant dans la même rubrique et sans les différencier des médicaments et des traitements homéopathiques dénués d’efficacité en dehors de leur effet placebo. 

La confusion est manifeste aussi bien dans les rayons des magasins que sur les boutiques en ligne. Cette indistinction est préjudiciable à la santé quand les patients ont besoin de médicaments réellement actifs. Cette mise en danger est d’autant plus grave que Walmart dispose d’une puissance de vente colossale. 

La plainte expose la théorie à l’origine de cette médecine douce. Au 18ème siècle s’était développée l’idée qu’il était possible de soigner par la similitude. L’administration d’une substance à l’origine d’une maladie guérit la maladie. Pour cela, la substance est censée être active après avoir été diluée un grand nombre de fois au point que la molécule devient indétectable dans le produit final. Plus tard fut développée la théorie de la mémoire de l’eau qui s’est avérée une fumisterie délirante. La non reproductibilité des expériences de Benveniste pourtant publiées dans la célèbre revue Nature invalide totalement les essais conduits dans des conditions où des cellules basophiles, fragiles et sensibles aux variation d’osmolarité de leur milieu dégranulent de façon non spécifique et aléatoire. Si l’eau avait une mémoire, pourquoi cette mémoire serait-elle sélective et ne conserverait-elle que la structure de la molécule choisie par l’expérimentateur et pas toutes celles qui y ont baigné. A moins de dissocier H2O en ses composants atomiques, ce sont les mêmes molécules d’eau qui sont sans cesse recyclées. Quelques temps plus tard, le Pr Montagnier a prétendu que les nanostructures d’un échantillon d’eau peuvent garder la trace électromagnétique d’un fragment d’ADN, laquelle permet de reconstruire le fragment d’ADN initial à partir de cette signature magnétique. Interpellé par deux biochimistes qui souhaitaient reproduire en sa présence une telle manipulation, le co-prix Nobel de 2008 n’a pas donné suite à leur demande. 

L’exploration de ce domaine ’magique’ a sûrement placé les biologistes qui l’ont entreprise sur une crête qui surplombe et conjugue l’insignifiance, l’imposture et le délire. 

En France, une action en justice telle que celle attentée par les humanistes laïcs du Center For Inquiry ne peut avoir lieu. 

D’abord parce que les pilules homéopathiques, remboursées partiellement par la Sécurité Sociale ne sont distribuées qu’en officine et non dans des supermarchés. 

Ensuite parce qu’il est inconcevable de malmener la masse des patients potentiels qui ‘croient‘ en cette médecine douce. Les médecins qui revendiquent la pratique de cette spécialité reçoivent un enseignement de moins de 200 heures réparties sur deux à trois ans. Les praticiens qui lui sont favorables plaident pour son innocuité, l’absence totale d’effets secondaires serait plutôt péjorative car toute substance réellement active entraîne au moins des effets indésirables idiosyncrasiques chez certains sujets. 

L’Académie de Médecine avait déjà émis son avis dans des rapports remis en 1984, 1987 et 2004, elle y demandait la suspension des cours universitaires ‘diplômant’ et l’arrêt du remboursement par la Sécurité Sociale des médicaments en l’absence de preuve scientifique rigoureuse de leur efficacité. En 2004, Philippe Douste-Blazy, alors ministre de la Santé, obtempérant sans doute à quelque pression, n’avait pas suivi l’avis de l’Académie. Fin mars 2019, de nouveau, l’Académie a produit un communiqué de presse dans lequel elle réitère ses recommandations de déremboursement et de la suppression de l’enseignement au sein de l’Université d’une technique qui n’a pas fait ses preuves pour lui retirer toute prétention scientifique. La Haute Autorité de Santé rendra son verdict ce mois-ci en juin 2019 dans le cadre d’un décret qui donne un cadre juridique à cette évaluation. Il existe deux catégories de médicaments homéopathiques. Ceux qui ont reçu une AMM de la part de l’Agence française du médicament, commercialisés sous un nom de marque avec une notice conforme au résumé des caractéristiques. Eligibles au remboursement, ils ne le sont que rarement. Les autres ont une dénomination latine, celle de la souche concernée avec en indice la dilution. Ils n’ont pas d’autorisation de mise sur le marché mais sont enregistrés auprès de l ‘ANSM sous la triple condition de n’être délivrés que sous forme orale ou externe, d’avoir une dilution suffisamment importante pour être inoffensifs et de ne pas avoir sur l’étiquetage d’indication thérapeutique. Cette catégorie est remboursable à 30% depuis 1960. Ce sont ces 1200 médicaments à nom commun qui seront examinés par la Commission de transparence selon les critères d’intérêt pour la santé publique, la gravité des maladies auxquels ils sont destinés, leur place dans la stratégie thérapeutique. 

En France et aux Usa, la raison scientifique emprunte des voies différentes pour se faire entendre, mais le résultat sera dans les deux toujours tributaire d’un rapport de forces politique et économique. 

Du Rififi chez les génériqueurs, Teva en tête
Un peu plus tôt dans le joli mois de mai, une autre procédure judiciaire concernant les médicaments et leurs fabricants a été lancée dans ces mêmes USA où les questions politiques de fond se débattent souvent dans l’arène judiciaire. 

43 Etats et Porto Rico accusent des firmes pharmaceutiques d’entente sur les prix, contrevenant aux lois anti-trust. Le volumineux dossier de la plainte, lourd de 500 pages, a été jugé recevable par le Procureur du Connecticut ce 11 mai. Il met en cause deux géants de la pharmacie et quelques entreprises mineures, un total d’une vingtaine de firmes. Parmi les ‘Big’, Mylan s’était distingué en multipliant par 6 le prix d‘une adrénaline auto-injectable par stylo largement prescrite pour les allergiques qui risquent de faire des chocs anaphylactiques. La molécule, hormone médullo-surrénalienne identifiée depuis plus d’un siècle n’est pas brevetée et le dispositif est assez banal puisque des analogues existent depuis longtemps pour les patients diabétiques. Les caisses de sécurité sociale ne pouvaient que s ‘émouvoir devant un prix qui passe de 100 à 600 dollars sans raison. Pfizer s’était illustré en participant à la hausse d’un médicament peu onéreux initialement (2,83 £). Il a revendu les droits de la phénitoïne sodique au laboratoire Flynn dont le prix a subitement grimpé à 67,50£ car la cession avait affranchi la molécule du système britannique de la fixation des prix. Quant à Teva, la compagnie israélienne est célèbre pour être devenue le numéro un des fabricants des médicaments génériques en employant davantage d’avocats que de chercheurs en biologie. Ses équipes sont dressées pour faire tomber les brevets qui protègent les médicaments princeps. Un procès similaire avait été entrepris en 2016 contre Teva, Mylan et quatre autres petites compagnies par 20 Etats avec des griefs similaires, inflation des prix d’antibiotiques et des antidiabétiques, partage du marché et entente. La hausse vertigineuse de certains prix, particulièrement marquée depuis 2012, est si flagrante qu’elle a indigné et fait réagir l’Homme Orange à la Mèche Blonde qui gouverne par tweets interposés depuis la Maison Blanche. 

Il semble que cette fois-ci malgré toutes les précautions prises par les membres de ce formidable cartel pour effacer toute trace de la collusion, des preuves matérielles ont été produites et 15 personnes sont nommément accusées d’avoir conspiré pour éviter toute baisse de prix voire de l’augmenter. Chaque firme respecte le périmètre du marché de ses complices pour ne pas se faire concurrence. Ce sont 1200 médicaments qui sont en cause, de toute nature et de toute forme galénique. Les Etats demandent le remboursement des bénéfices indûment engrangés et une réparation pour les patients lésés. 

L’exception française, vraiment ? 
Ici encore, une telle procédure ne peut avoir lieu en France. 
Contrairement aux Usa, au Royaume Uni et à l’Allemagne, les prix des médicaments sont négociés entre les firmes et le Comité économique des produits de santé CEPS après avis donné par la Haute Autorité de Santé sur le service médical rendu ou son amélioration. Le mécanisme d’attribution du prix tient compte du prix des médicaments équivalents ou relatifs à la même pathologie déjà existant sur le marché, du volume escompté de la vente, du prix fixé et pratiqué à l’étranger et du niveau d’amélioration du système médical rendu. En réalité, les négociations sont secrètes et nul n’a accès à leur motivation, les parties arguent du principe de la protection de la propriété intellectuelle et gardent tout à fait opaque le processus. Ultérieurement, l’Union des Caisses d’Assurance Maladie appliquera un taux de remboursement en fonction de la gravité de la pathologie et du service médical rendu. 

Enfin, l’étape préalable à toutes ces démarches consiste pour le fabricant à obtenir une autorisation de mise sur le marché auprès de la HAS qui juge de l’utilité du produit et dont l’indépendance est souvent battue en brèche. 

Après le scandale du Mediator, une loi, dite loi Xavier Bertrand fut promulguée en 2011. Elle oblige tous les acteurs de la Santé à déclarer publiquement leurs liens de conflits d’intérêts et concerne donc professions médicales, étudiants, sociétés savantes, associations scientifiques, et experts. Ces auto-déclarations sont très rarement contrôlées. Les membres du CEPM en ont été épargnés après un arrêté pris en 2012. 

La Cour des Comptes elle-même se plaint et elle a déploré en 2016 qu’il n’était pas simple de rendre compte aisément des liens entre les professionnels de santé et le monde industriel. 

La loi dispense les industries de déclarer les rémunérations accordées dans le cadre de recherche par exemple. Dans le cas d’un traitement antiviral pour l’hépatite C, deux experts sur trois avaient bénéficié de rétributions du laboratoire. Il est vrai que dans certaines situations qui requièrent une spécialisation très pointue, il est difficile de trouver des experts sans conflits d’intérêts 

Le médicament est un domaine assez étrange où le coût de la production, recherche et développement inclus, n’entre pas en ligne de compte pour la fixation d’un prix payé cependant par la collectivité et les efforts de chacun au travers des cotisations prélevées sur le salaire. 

La décomposition du coût industriel selon des conseils en stratégie pharmaceutique sous-estime systématiquement la part allouée à la ‘promotion’, c’est-à-dire publicité alors que la production proprement représente au plus 10% de ce prix. Le budget marketing est toujours supérieur de deux à trois fois à celui de la recherche et du développement pour les plus grosses firmes pharmaceutiques. Contrairement à ce qu’elles avancent pour justifier cette part toujours croissante du budget publicitaire, mieux informer le patient sur sa pathologie pour une meilleure prise en charge, plus de 60% sont consacrés à persuader les prescripteurs, à savoir les médecins. Si les repas, les voyages et autres cadeaux en nature sont en principe de plus en plus sévèrement surveillés, les firmes optent pour séduire le médecin de le faire participer à des études cliniques de piètre qualité en général, grassement payées. 

Les travaux qui rendent compte de la profitabilité du secteur pharmaceutique sont rares tant la profession reste discrète sur ses comptes, mais on estime que la recherche et le développement rentre pour 10% du prix fournisseur hors taxe et que les bénéfices empochés avoisinent 30 à 40% du PFHT faisant que cette industrie est très rentable avec un rendement supérieur à l’industrie financière. 

Ce taux de profit explique l’intérêt des firmes pour la fabrication des génériques et leur intense lobbying auprès des Etats. Ainsi en France quand l’abattement de 60% est appliqué sur la molécule tombée dans le domaine public, le coût industriel de 10% au maximum laisse une marge très importante y compris quand un nouvel abattement de 7% est ensuite appliqué au bout d’un délai de 18 mois après la première décote. 

Actuellement le coût de l’argent pour les puissantes firmes est très bas voire négatif compte tenu de l’inflation rend plus aisé de se lancer dans l’aventure de fabrication des génériques. En toute rigueur, le prix devrait être divisé par 10 voire plus si les Etats veillaient réellement aux deniers que les cotisants versent aux organismes de sécurité sociale. 

Industrie non innovante
Un tel engouement pour les génériques (car tout le monde s’y met) tient donc à la forte rentabilité assurée de cette production malgré le grand nombre d’intervenants sur le marché. La compétition se fait comme toujours sur la baisse du prix de la production, la plupart des firmes l’exportent vers des pays à bas coût des salariés. L’été 2018, la contamination d’anti-tenseurs de la famille des sartans par des nitrosamines a permis de découvrir qu’ils étaient fabriqués en Chine et que le contrôle de qualité n’était pas assuré correctement par les génériqueurs occidentaux dont Teva. 

D’autres raisons majeures expliquent cet afflux
En particulier, l’industrie pharmaceutique est de moins en moins innovante. 
Pour une année moyenne, selon la revue Prescrire® dont les analyses objectives sont incontestables car les rédacteurs des évaluations qu’elle publie n’ont sans doute aucun pas de lien d’intérêt de quelques nature que ce soit avec l’industrie, sur cent molécules ‘nouvelles’ mises sur le marché, trois apportent une avancée thérapeutique mineure, soixante-seize rien de nouveau et dix-neuf présentent d’éventuels risque de santé publique. Ainsi la plupart sont de ‘me too’ c’est-à-dire des copies d’existantes avec des similarités très étroites, elles n’ont été développées que dans le but de prendre des parts de marché. Les rares médicaments innovants se font connaître bruyamment par leur coût vraiment excessif, Gilead le fabricant du sofosbuvir pour le traitement de l’hépatite C a fini par faire passer la cure de 12 semaines de 41 000 euros à 28 700 euros sous pression de l’Etat français soit encore cent fois le prix de revient. 

Cette inertie dans l’innovation tient certes à la raison déjà évoquée que la production d’une molécule similaire à une existante ou simplement le développement d’une chaîne de génériques est une activité suffisamment rentable en soi sans avoir à s’embarrasser d’équipes de chercheurs ni d’investir du temps dans les essais cliniques. Il faut signaler tout de même à propos de ces fameux essais cliniques dont les données brutes ne sont pas accessibles que le niveau d’exigence des preuves de l’efficacité et de l’innocuité de la part des organismes de contrôle et de surveillance est de plus en plus faible. De plus en plus, les firmes continuent de réaliser leurs essais de phase 3 après obtention d’une AMM vite accordée, faisant peser sur les caisses le coût de la recherche tout en faisant courir des risques aux patients traités devenus de vrais cobayes à leur insu. 

Mais l’autre facteur majeur du manque d’innovation tient au manque de percée scientifique dans la recherche fondamentale publique. Car c’est la recherche publique payée par les citoyens qui a toujours fourni la matière au développement des molécules par le secteur privé. L’austérité retenue comme hygiène mentale et budgétaire imposée par le capitalisme pour assurer une source de profit pour le secteur financier privé a amoindri les dotations pour le secteur de la recherche publique, particulièrement la fondamentale. Cette situation est généralisée aux pays dits développés occidentaux. En France, les mouvements de protestation des étudiants et des enseignants-chercheurs de 2007 à 2009 ont tenté de s’opposer en vain à l’autonomisation des Universités avec suppression de postes à la clé, autre façon de dire la marche vers la privatisation de l’université sous le gouvernement de Sarközy. Le décret a fini par passer en avril 2009. 

La rareté des postes est un facteur aggravant. Il exalte le système du mandarinat où les postulants sont cooptés pour leur docilité et/ou proximité, ce qui pervertit la sélection car ce ne sont pas les plus motivés qui seront retenus. Le financement des travaux par le secteur privé qui alloue des bourses à des doctorants dans le cadre du partenariat public-privé oriente les efforts vers le domaine de la recherche appliquée potentiellement convertissable en produits commercialisable. De la sorte, le privé se fournit en main d’œuvre intellectuelle peu onéreuse sans engagement vers la création d’emploi, précarisant et décourageant ceux qui devraient constituer l’élite du pays. 

La nécessaire course aux publications pour exister en tant que chercheur ou unité de recherche et collecter des fonds pour financer les travaux est chronophage et génère des travaux de faible qualité, pas suffisamment validés. Cette situation a permis que de plus en plus des travaux publiés sont entachés de fraudes qui lorsqu’elles sont découvertes, toujours tardivement, n’ont pas de conséquence importante. 

Enfin, la religion de l’argent-Roi ayant fait de plus en plus d’adeptes, les jeunes gens les plus doués scolairement de leur génération se détournent de la science pour aller en masse se former dans des écoles de commerce et de finance, là où le salaire est décuplé par rapport à celui d’un chercheur du CNRS ou de l’INSERM qui ne peut même plus se prévaloir de la satisfaction apportée par son travail. Trop souvent les outils qu’il est amené à manipuler lui échappent, instruments de mesure, matériel et y compris concepts sont octroyés par le secteur privé, le transformant en prolétaire. C’est-à-dire en un travailleur qui n’a pas la maîtrise de ce qu’il produit. 

L’invention de maladies et leurs traitements
En manque de nouvelles molécules, les firmes pharmaceutiques vont augmenter la surface de leur vente par deux moyens en ciblant des populations non malades. Elles les persuadent qu’elles le sont pour les amener à consommer. 

La première technique consiste à abaisser le seuil de définition des maladies comme pour le cholestérol et l’hypertension artérielle. Le marché des statines a explosé à chaque fois que les sociétés savantes de cardiologie ont décidé d’un taux plus bas de quelques points pour la prévention des maladies cardiovasculaires primaire et secondaire. Le facteur taux de cholestérol LDL circulant en excès joue bien un rôle dans l’athérome et les accidents vasculaires mais son poids est bien moindre que le tabagisme et la sédentarité qui eux sont très peu pris en charge. On peut citer dans cet ordre d’idées le vaccin contre le Papilloma virus dans la prévention du cancer du col de l’utérus (3500 nouveaux cas par an). Tous les cancers du col ne sont pas liés à la dégénérescence de cette infection virale bénigne. De plus, le vaccin ne dispense pas d’une surveillance gynécologique régulière avec frottis. Les « anti-Vaxx » qui ont toujours existé depuis l’invention de la vaccination ont tort quand ils voient dans le vaccin un risque de maladie auto-immune ou neuro-dégénérative. Ils négligent de s’interroger sur l’apport bénéfique attendu en termes de santé publique d’une vaccination de millions de jeunes filles qui seront amenées à être suivies de toutes les façons régulièrement comme en l’absence de vaccination et auxquelles seront prodiguées du moins c’est espéré les conseils de prévention des maladies transmises sexuellement dont fait partie le papilloma mais aussi celui de l’HIV et des hépatites. 

L’autre versant qui vient accroître les profits des firmes pharmaceutiques consiste à inventer des domaines d’application nouveaux à des molécules existantes. 

Le problème avait été soulevé et discuté dès 1992 par Lyn Payer qui a utilisé pour la première fois l’expression de « disease mongering». Par exemple, des maladies rares ou des complications exceptionnelles de maladies insignifiantes deviennent par des campagnes bien orchestrées un problème de santé publique. En 2009, la pandémie de la grippe H1N1 qui n’a jamais eu lieu alors qu’elle fut prise très au sérieux par l’OMS dirigée à l’époque par une femme avec des liens de conflits d’intérêts assez vite démontrés en est une variante. Cette stratégie s’est avérée un moyen puissant de transformer la perception d’une population d’une affection sans gravité par des opérations de marketing qui s’adressent d’abord aux prescripteurs. Un démarchage auprès des leaders d’opinion ‘les Maîtres en sciences es vérité’ charismatiques, ayant titulature et chaire, est la première étape. Chefs de service renommés, experts connus et médiatisés, puis médecins hospitaliers et ensuite de ville avant de descendre dans les médias grand public. C’est dans cet ordre que se distribue et se prêche la bonne parole. 

C’est tout le problème de l’invention de nouvelles pathologies en particulier en psychiatrie où l’on ne dispose pas de marqueur biologique ni d’imagerie pour définir rigoureusement les cadres nosologiques. Le Manuel de diagnostic et de statistiques des troubles mentaux élaboré par l’Association américaine de psychiatrie APA a répertorié plus de 430 maladies psychiatriques lors de sa dernière mouture en 2013. En 1952, on en dénombrait seulement 106 environ. Un syndrome prémenstruel banal devient un trouble dysphorique prémenstruel. Une panne sexuelle devient un trouble érectile. Un enfant plein de vie turbulent devient un hyperactif. Un chagrin après la perte d’un proche devient une dépression. 

Glaxo a contribué à inventer le maladie de phobie sociale pour étendre le champ d’application de son antidépresseur ®Paxil en 1999 aux personnes timides et introverties. Pfizer a inventé le syndrome post-traumatique pour son ®Zoloft. 

En quelques années, depuis 1994, le diagnostic de bipolarité a explosé de 4000% chez les enfants avec une multiplication par 5 de prescription de psychotropes. 

L’OMS se fonde sur les travaux de l’APA , elle ne représente que 7% des psychiatres étasuniens, et de son manuel DSM, enseigné partout dans le monde où le facteur biologique est mis en avant au détriment des conditions sociales et du contexte psychologique du patient. Elle considère qu’il existe 400 millions de malades souffrant de troubles mentaux dans le monde. A mettre sous camisole chimique de toute urgence. 

De Charybde en Sylla
L’illimitation dans la cupidité des laboratoires pharmaceutiques est garantie par l’absence de système de contrôle efficace de leur activité qui n’est pas de concourir au bien-être et à la bonne santé de la population. 

Ce sont les laboratoires qui déterminent les frontières de cette bonne santé et fournissent les moyens chimiques d’y parvenir. 

Les procès contre les génériqueurs aux USA finiront sans doute par le paiement d’une amende dérisoire eu égard aux bénéfices engrangés. 

En France, la HAS aura-t-elle le courage d’appliquer les recommandations de l’Académie de Médecine déjà formulées en 1987 vis-à-vis de l’homéopathie ? 

L’escroquerie patentée de Big Pharma conduit certains à adopter une attitude de ‘croyance’ dans les médecines dites douces ‘alternatives’ sans efficacité prouvée. Elle a contribué à faire récuser par de plus en plus de sceptiques tout l’apport de siècles de travail scientifique expérimental et théorique. Cette croyance a conduit à la création d’empires industriels très lucratifs basés sur la vente de médicaments sans substrat actif, performance dans l’escroquerie d’un degré supérieur à l’allopathie. 

Cette industrie de l’escroquerie en col blanc et blouse blanche fonctionne à merveille, on en consomme à volonté. Elle est sous-tendue comme les autres par une subjugation mentale obtenue par une propagande adroite, elle contraint les corps et les esprits et on en redemande. 

Dr Badia Benjelloun

https://centerforinquiry.org/about/the-history-of-cfi/
https://www.zerohedge.com/news/2019-06-03/wide-scale-consumer-fraud-walmart-sued-selling-fake-medicine
http://www.linternaute.com/science/divers/dossiers/06/impostures/memoire-de-l-eau.shtml
https://www.ouvertures.net/pr-montagnier-sourd-aux-interpellations-de-biochimistes-sur-ses-experiences-sur-la-memoire-de-l-eau/
https://www.industriepharma.fr/homeopathie-le-ministre-de-la-sante-contre-le-deremboursement-de-l-homeopathie,19870
https://eu.usatoday.com/story/news/health/2019/05/13/teva-and-other-generic-drug-makers-accused-price-fixing/1190531001/
https://www.ouest-france.fr/monde/etats-unis/polemique-aux-etats-unis-le-prix-dun-vaccin-passe-de-100-600-4435914
https://www.capital.fr/entreprises-marches/amende-record-pour-pfizer-apres-d-enormes-hausses-de-prix-1191560
https://www.nytimes.com/2016/12/15/business/generic-drug-price-lawsuit-teva-mylan.html 
https://www.zerohedge.com/news/2018-07-10/drug-companies-roll-back-price-hikes-after-trump-warns-we-will-respond
https://www.usinenouvelle.com/article/l-industrie-pharmaceutique-joue-la-carte-du-patriotisme-pour-demander-des-aides.N291507
https://www.lequotidiendupharmacien.fr/actualite/article/2017/03/31/hepatite-c-baisse-de-prix-de-la-cure-de-sovaldi_265426
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1122872/ 


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top