Au milieu des fake news dans les médias mainstream sur la Corée du Nord, une nouvelle authentique qui est peu ébruitée : tout comme la France arme les Saoudiens pour écraser le Yémen, le gouvernement Trump vient d'approuver une livraison d'armes lourdes pour les troupes d'Al-Qaïda à Idlib, au nord-ouest de la Syrie. La Turquie n'ayant pas respecté les accords de paix de septembre 2018, Russes et Syriens ont repris l'offensive pour reconquérir la ville, offensive maintenant ralentie par les missiles Kornet et Tow fabriqués aux Etats-Unis.

La majeure partie d’Idlib conquise par les djihadistes (pour la plupart venus de l'étranger) en 2015 reste sous le contrôle d’une faction de Jabhat al-Nosra renommée Hayat Tahrir al-Sham (HTS). Ce groupe extrémiste d'extrême droite a imposé une loi islamique sectaire à une région autrefois diversifiée et laïque. Sur un réseau social le 29 mai 2019 des militants du HTS et de la milice "armée syrienne libre" (soi-disant modérée mais en fait dirigée par les commandants salafistes Ahrar al-Sham et Jaysh al-Ahrar) se demandaient s'ils devraient bombarder les écoles et empoisonner les puits (une haine des civils à rapprocher de l'incendie des silos de blé à Qamishli par les séparatistes kurdes).

Le 1e juin sept civils d'Idlib ont été fusillés, accusés de collaborer avec l’armée légale syrienne

Par ailleurs la zone d'Idlib est progressivement annexée à la Turquie dans la ville syrienne d’Azaz un parc public vient d'être baptisé "Jardin de la nation ottomane" en souvenir de l'empire dont Erdogan a la nostalgie. Dans cette ville au moins 14 morts, dont 4 enfants, et 28 blessés ont été à déplorer le 2 juin à la suite d’un attentat à la voiture piégée. Difficile de savoir qui est responsable de ce genre d'action souvent menée sous faux drapeau. En tout cas le soutien actif de Washington aux djihadistes et la turquisation d'Idlib sont des faits objectifs.


A noter que le patriarche de Serbie (autre pays encore victime d'agressions à l'heure où les autorités kosovares n'appliquent pas les accords au nord de leur province) était en visite à Damas le 1er juin et a été reçu par le président Assad.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top