[...] Toutefois, cette fascination est plus souvent négative et conduit à un renoncement infantile de soi-même. On se retrouve, pour ainsi dire, à plat ventre devant l’autre personne, vouant un culte au grand chef, au grand gourou spirituel, ou à n’importe qui d’autre. 

Cette projection conduit à se perdre soi-même de manière infantile, à rester infantile. Les gens qui sont victimes de telles projections sont souvent des admirateurs fanatiques ; ils défendent la personne qu’ils vénèrent contre ses ennemis et jouissent de la gloire du maître à travers leur identification. La projection leur évite de faire eux-mêmes un effort. 

Le grand homme ou la grande femme, là-haut, va tt faire à leur place et leur tâche consiste uniquement à applaudir et à admirer. Ils n’ont pas d’efforts à accomplir pour devenir eux-mêmes plus intelligents, plus sages, ou plus indépendants. Une telle projection peut tout simplement annihiler la personnalité. 

Naturellement, cela dépend aussi de la personne qui reçoit la projection du Soi. Si cette personne est en état d’inflation, abuse de son pouvoir pour endoctriner ses admirateurs et ses disciples, les conséquences peuvent être désastreuses. 

Mais je sais qu’en Extrême-Orient, il existe des maîtres qui sont conscients des dangers de la dépendance infantile et qui n’acceptent pas la projection. Ils renvoient plutôt novices et élèves à leur propre travail intérieur. 

Extrait de la voie des rêves de Marie-Louise Von Franz.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top