C’est une histoire encore digne d’un thriller scientifique à l’américaine puisque la ville de Baltimore est prise en otage par des cybercriminels.

Suite à une cyberattaque « au total, 100.000 ordinateurs ont été verrouillés. Tous contiennent des informations cruciales pour la bonne marche des services municipaux, dont les boîtes mail des employés de la mairie, des centaines de fichiers de travail ou des données liées aux caméras de surveillance. L’attaque a par ailleurs des conséquences pour les résidents de Baltimore, qui ne peuvent plus payer certaines de leurs factures en ligne. Pour redonner à la ville l’accès à ces informations, les pirates exigent le versement d’une rançon de 13 bitcoins, soit plus de 100.000 dollars au cours actuel ».

La doctrine politique américaine est assez claire. « On ne négocie pas avec les terroristes et autres maîtres chanteurs » sous peine de créer des précédents qui pourraient coûter encore plus cher à l’ensemble de la collectivité.

Evidemment le FBI est sur le coup de même sans doute que la NSA…. d’ailleurs a propos de cette agence nationale, « d’après le New York Times, le logiciel utilisé fait partie d’outils dérobés à la NSA, l’agence nationale de sécurité américaine, et mis en ligne par un groupe de hackers en 2017. En l’occurrence, il exploite des vulnérabilités de Windows XP et Vista, des systèmes d’exploitation prisés par les différentes administrations. Vista ne bénéficie pas de mise à jour depuis avril 2017, le rendant d’autant plus vulnérable ».

La vulnérabilité de nos sociétés à la Cyber-guerre !

L’être humain est programmé pour vivre dans le présent, ici et maintenant. Ce qui est vécu aujourd’hui donne l’illusion de la permanence. C’est une évidence qu’Internet fonctionnera demain de même que tous mes sites marchands préférés… mais rien n’est moins sûr.

Tout peut se gripper assez facilement, surtout si quelques groupes hostiles ayant de gros moyens techniques décident de rendre les choses beaucoup moins fonctionnelles.

Tous les grands pays disposent désormais de leur division de cyber-guerre.
Aux Etats-Unis c’est la NSA qui s’en charge.
En Chine, c’est le 3e département de l’état-major général de l’armée chinoise, avec les effectifs estimés à 130 000 personnes (rien que cela).

Au sein de ce 3e Département, c’est l’unité 61398 (aussi appelée 2e bureau), qui est en charge des États-Unis et le Canada, tandis que l’unité 61046 (aussi appelée 8e bureau) serait chargée de s’occuper de l’Europe.


La France n’est évidemment pas en reste et fin janvier dernier, notre pays a dévoilé sa nouvelle doctrine de Cyber-guerre et de Cyber-défense avec le recrutement notamment d’un millier de cyber-combattants supplémentaires.

Bon disons-le, il est plus confortable d’être un cyber-combattant derrière un clavier que dans une tranchée. C’est nettement moins dangereux à court terme. Les compétences sont radicalement différentes.

Le problème des Bitcoins et… de la Chine !
Cette affaire reposera le problème des crypto-monnaies et celui de la … Chine.
Ce qui se joue actuellement c’est une bataille très forte entre les géants américain et chinois pour la domination technologique mondiale.
Beaucoup de ces informations sont en réalité imbriquées

Source BFM TV ici


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top