On ne le dira jamais assez : le Maroc est vraiment un très beau pays. Et après ? Justement, après avoir dit ça, on ne sait plus quoi dire.

Il faut dire qu’on n’arrête pas de dire plein de choses de bien, et qui existent bel et bien dans notre pays. Mais le problème, c’est qu’en même temps, on dit encore plein de choses pas très bien, des choses plutôt mal, et qui existent, hélas, aussi, bel et bien dans notre pays. Vous allez me dire que c’est normal puisque dans tous les pays du monde, il y a des trucs bien et d’autres pas bien. Sauf que dans les autres pays, ces trucs, bien et pas bien, ne sont pas pratiquement à la même place, côte-à-côte, parfois juste à quelques centimètres les uns des autres. Je vais essayer de vous donner quelques exemples.

Je vais commencer par les autres pays, comme ça, on ne me dira pas que je commence toujours par dire du mal de mon pays. Dans les autres pays, vous avez par exemple des beaux quartiers, au centre de la ville, ou en périphérie, où tout est bien propre, tout est bien peint, tout est bien ordonné… Les trottoirs sont nickel, les platebandes et les jardins sont bien arrosés, bien entretenus, les véhicules s’arrêtent au feu rouge, les cyclistes roulent sur les pistes cyclables, les piétons traversent dans les passages-piétons … Etc. Etc. Etc.

Et si vous voulez voir de la saleté, du désordre, des ordures partout…, vous allez être obligé(e)s d’aller très loin, parfois de faire plusieurs kilomètres, de sortir même de la ville, et aller, par exemple, jusqu’à la décharge publique, pour pouvoir espérer, peut-être, c’est pas très sûr, de trouver tout ça.

Chez nous, comme disait l’autre, ce n’est pas du tout pareil. C’est simple : vous êtes en plein centre de la ville, n’importe laquelle, par exemple, Casablanca ou Rabat ou Tanger ou ce que vous voulez. Vous êtes attablés à la terrasse du café le plus chic du quartier où le café est presque aussi cher qu’à Paris ou Genève; votre grosse bagnole est à quelques mètres de vos yeux, une bagnole, soit dit en passant, qui coûte parfois le prix de 5 appartements économiques; et là, de votre table, et du siège où vous êtes confortablement assis en compagnie de votre conjoint, votre copain, votre copine, votre maîtresse, votre amant – rayez les mentions inutiles – vous pouvez voir tout ce que vous ne vouliez pas voir : des poubelles qui débordent d’ordures non ramassées depuis des lustres, des charrettes tirées par des mules cadavériques, des SDF ou des mendiants qui viennent jusqu’à vous pour essayer en vain de vous soutirer quelques sous, des chauffards qui roulent n’importent comment, n’importent où, tout en klaxonnant comme des dingues … Bref, vous n’avez pas besoin de vous déplacer très loin pour voir les deux faces, indissociables, du Maroc; elles sont juste là, en face de vous. Je vais vous donner un exemple encore plus éloquent : notre fameux LGV, le cousin de notre ami le TGV Gaulois. 

Qui, à commencer par moi-même, n’a pas loué les nombreuses vertus et avantages de ce train hors-normes et pas forcément hors de prix – je parle du prix du ticket pour monter dans notre Pégase national, pas de celui de son achat. Et pourtant, il n’y a pas un seul, à commencer toujours par moi-même, qui n’a pas râlé aussi bien au retour qu’à l’aller. Et vous savez pourquoi ? A cause de tout ce qui gravite à côté et autour de ce si beau et si génial projet. Je vais citer, dans le désordre : les chauffeurs de taxis qui vous démarchent comme dans un souk de bétail, les mendiants qui vous accueillent presqu’à la descente du train, même si vous avez voyagé en Première Classe, et bien sûr, sans oublier les tristement célèbres gardiens en gilet et sourire jaunes, si jamais vous avez laissé votre voiture à côté de la gare… 

Et bien, comme vous voyez bien, ces fameux 2 Maroc dont tout le monde parle, cohabitent très bien, et d’ailleurs la majorité de la population semble s’en accommoder parfaitement. Alors, pourquoi changer ?

Tiens ! C’est peut-être ça, ce qu’on appelle “ notre spécificité”.

Mohamed Laroussi
Journaliste
Source



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top