Un enregistrement vocal d’une discussion du genre mafieux, entre Sellal, l’ex Premier ministre algérien et le milliardaire Haddad, sur le cinquième mandat de Bouteflika et les manifestations qui s’y opposent. 


À en croire l’enregistrement audio entre Abdelmalek Sellal, directeur actuel de la campagne électorale de Bouteflika et Ali Haddad, président du Froum des Chefs des Entreprises (FCE) et soutien financier du président sortant, s’avère authentique, la sources de la fuite et les intentions de celle-ci restent inconnues. 

Il y aurait des clans à l’intérieur du système qui s’opposeraient au cinquième mandat de Abdelaziz Bouteflika pour faire passer des messages aux centaines de milliers de manifestants qui rejettent la candidature d’un Président mourant et absent de la scène politique depuis des années. La divulgation de l’enregistrement privé pourrait laisser place à une volonté de pousser la population sous tension à ne pas lâcher le mouvement entamé. 

La méfiance gagne l’opinion publique algérienne. L’enregistrement de la discussion comporte de graves déclarations qui laissent croire à une volonté de répression contre les opposants et de l’utilisation de la violence contre les ceux qui refusent à un cinquième mandant de l’actuel président. Abdelmalek Sellal instruit le milliardaire à refuser, voire interdire, « Les mascarades du Front de libération nationale (FLN) qui honore le cadre de Abdelaziz Bouteflika », qualifiant la communication de la précampagne de « catastrophique ».




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top