« Si le monde n'est pas arrivé à son terme, il s'est approché d'un tournant majeur dans l'histoire, égal en importance au tournant du Moyen-Âge à la Renaissance. Il exigera de nous une poussée spirituelle : nous devrons nous élever à un nouveau sommet de vision, à un nouveau niveau de vie où notre nature physique ne sera pas maudite comme au Moyen-Age, mais, plus important encore, notre être spirituel ne sera pas piétiné comme dans l'ère moderne. »
Alexandre Soljenitsyne
Préambule de Russia Today C'est un discours vraiment remarquable, donné par Soljenitsyne aux diplômés de Harvard après avoir vécu en Occident pendant quatre ans, dont trois aux États-Unis. Adulé en Occident comme critique de l'Union soviétique, il a surpris tout le monde en réprimandant sévèrement l'Amérique pour son caractère superficiel, lâche, obsédé par le matérialisme, excessivement légaliste, confondu par trop d'informations, dépourvu de spiritualité et sans substance de grandeur,tout cela est devenu encore plus vrai aujourd'hui qu'il y a 40 ans. Il a également expliqué que les Américains ne comprenaient pas du tout la Russie, ce qui est encore vrai aujourd'hui, car les médias mentent généralement à propos de la Russie. Il conclut sur une note optimiste, affirmant que la réalité angoissante de l'Occident, qui le consternait une fois qu'il l'eut comprise, prendra fin dans les années à venir et que la vie spirituelle de l'homme reprendra son essor. Il a ajouté que si la Russie réussissait à s'affranchir du communisme, il ne lui recommanderait pas d'imiter l'Occident, ce qu'il considérait comme une impasse. Fascinant de lire ou d’écouter 40 ans après sa diffusion, une grande partie de ce qu’il a dit se concrétise alors que l’Occident plonge dans une profonde malhonnêteté et perversité. Soljenitsyne est une figure controversée de la Russie moderne, où la plupart le voient comme ayant trahi avec les ennemis de la Russie pour la détruire, vu intellectuellement comme Quisling. Personne n'aime les traîtres, surtout les Russes. Il a aussi ses fans, dont M. Poutine. Ce qui suit est l'essentiel du discours, à l'exception d'une longue introduction. Très recommandé.


Une baisse du courage est peut-être le trait le plus frappant qu’un observateur extérieur remarque en Occident de nos jours. Le monde occidental a perdu son courage civique, dans son ensemble et séparément, dans chaque pays, chaque gouvernement, chaque parti politique et, bien sûr, aux Nations Unies. Un tel déclin du courage est particulièrement perceptible parmi les groupes dirigeants et l’élite intellectuelle, provoquant une impression de perte de courage de la part de la société tout entière. Bien sûr, il y a beaucoup d’individus courageux, mais ils n’ont aucune influence déterminante sur la vie publique. 

Les bureaucrates politiques et intellectuels sont déprimés, passif et perplexes dans leurs actions et leurs déclarations, et plus encore dans leurs réflexions théoriques, pour expliquer à quel point il est réaliste, raisonnable, ainsi qu’intellectuellement et même moralement fondé, de baser les politiques de l’État sur la faiblesse et la lâcheté. Et le déclin du courage est ironiquement souligné par les explosions occasionnelles de colère et de rigidité, de la part des mêmes bureaucrates, face à des gouvernements faibles et à des pays qui ne sont soutenus par personne, ou avec des courants qui ne peuvent opposer aucune résistance. Mais ils sont bouche cousue et paralysés lorsqu’ils traitent avec des gouvernements puissants et des forces menaçantes, des agresseurs et des terroristes internationaux. 

Faut-il souligner que, depuis les temps les plus reculés, la perte du courage a été considérée comme le début de la fin ? 

Lorsque les États occidentaux modernes ont été créés, le principe a été proclamé que les gouvernements sont censés servir l’homme, que la vie de l’homme est libre et qu’elle recherche le bonheur. Voir, par exemple, la déclaration d’indépendance américaine. Enfin, au cours des dernières décennies, les progrès techniques et sociaux ont permis la réalisation de telles aspirations avec l’État-providence. 

Chaque citoyen a obtenu la liberté et les biens matériels désirés en quantité et en qualité telles qui garantissent en principe la possibilité du bonheur – au sens moralement inférieur du terme bonheur, né au cours de ces mêmes décennies. Dans le processus, cependant, un détail psychologique a été négligé : le désir constant d’avoir encore plus de choses et une vie encore meilleure, par une lutte empreinte d’inquiétude, et même de dépression, sur le visage de nombreux occidentaux, bien qu’ils soit courant de cacher de tels sentiments. Une compétition active et intense remplit toutes les pensées humaines sans ouvrir la voie à un développement spirituel libre. 

L’indépendance de l’individu vis-à-vis de nombreux types de pressions de l’État est garantie. La majorité des gens ont obtenu le bien-être dans une mesure que leurs pères et leurs grands-pères ne pouvaient même pas rêver. Il est devenu possible d’élever les jeunes selon ces idéaux, en leur accordant la splendeur physique, le bonheur, la possession de biens matériels, l’argent et les loisirs, vers une liberté de jouissance presque illimitée. Alors, qui devrait maintenant renoncer à tout cela ? Pourquoi ? Et pour quoi risquer sa précieuse vie pour défendre des valeurs communes, et en particulier dans des cas aussi nébuleux où la sécurité de sa nation doit être défendue dans un pays lointain ? Même la biologie sait que la sécurité et le bien-être installé et extrême ne sont pas avantageux pour un organisme vivant. Aujourd’hui, le bien-être dans la vie de la société occidentale a commencé à révéler son masque pernicieux. 

La société occidentale s’est dotée de l’organisation la mieux adaptée à ses objectifs, fondée, je dirais, sur la lettre de la loi. Les limites des droits de l’homme et de la justice sont déterminées par un système de lois ; ces limites sont très larges. Les Occidentaux ont acquis une grande compétence dans l’interprétation et la manipulation du droit. Tout conflit est résolu conformément à la lettre de la loi et est considérée comme la solution suprême. Si l’on a raison d’un point de vue juridique, rien de plus n’est requis. Personne n’osera mentionner qu’on ne peut pas toujours être entièrement géré par le droit, et appeler urgemment à la retenue, à la volonté de renoncer à de tels droits légaux, au sacrifice et au risque désintéressé. Cela semblerait simplement absurde. On ne voit presque jamais de retenue volontaire. Tout le monde fonctionne à l’extrême limite de ces cadres légaux. 

J’ai passé toute ma vie sous un régime communiste et je vous dirai qu’une société sans échelle juridique objective est vraiment terrible. Mais une société sans autre échelle que la société légale n’est pas tout à fait digne de l’homme non plus. Une société qui repose sur la lettre de la loi, et n’atteint jamais le niveau le plus élevé, profite très peu des immenses possibilités humaines. La lettre de la loi est trop froide et formelle pour avoir une influence bénéfique sur la société. Chaque fois que le tissu de la vie est tissé de relations légalistes, il règne une atmosphère de médiocrité morale, paralysant les pulsions les plus nobles de l’homme. Et il sera tout simplement impossible de résister aux procès de ce siècle menaçant avec le seul soutien d’une structure légaliste. 

Dans la société occidentale d’aujourd’hui, l’inégalité s’est révélée [dans] la liberté pour les bonnes actions et la liberté pour les mauvaises actions. Un homme d’État qui veut réaliser quelque chose d’important et de hautement constructif pour son pays doit agir avec prudence et même timidement. Il est entouré de milliers de critiques hâtives et irresponsables, le parlement et la presse continuent à l’entraver. À mesure qu’il avance, il doit prouver que chacune de ses étapes est bien fondée et absolument sans faille. En réalité, une personne remarquable, et particulièrement douée, qui a des initiatives inhabituelles et inattendues en tête n’a aucune chance de s’affirmer. Dès le début, des dizaines de pièges seront mis sur ses pas. Ainsi, la médiocrité triomphe sous le prétexte de restrictions imposées par la démocratie. 

Partout il est possible et facile de saper le pouvoir administratif et ce pouvoir a été considérablement affaibli dans tous les pays occidentaux. La défense des droits individuels a atteint des extrêmes qui rendent la société tout entière sans défense contre certains individus. Il est temps, en Occident, de défendre non pas tant les droits de l’homme que les obligations de l’homme. 

La liberté destructrice et irresponsable s’est vue accorder un espace illimité. La société semble avoir peu de défense contre l’abîme de la décadence humaine, telle que, par exemple, le détournement de la liberté à des fins de violence morale à l’égard des jeunes, telle que des films cinématographiques pleins de pornographie, de crime et d’horreur. Il est considéré comme faisant partie de la liberté et théoriquement contrebalancé par le droit des jeunes de ne pas regarder ou de ne pas accepter. La vie organisée juridiquement a donc montré son incapacité à se défendre contre la corrosion du mal. 

Et que dirons-nous de la criminalité en tant que telle ? Les cadres juridiques, en particulier aux États-Unis, sont suffisamment larges pour encourager non seulement la liberté individuelle, mais également certains crimes. Le coupable peut rester impuni ou obtenir une clémence non méritée avec le soutien de milliers de défenseurs dans le public. Lorsqu’un gouvernement entame une lutte acharnée contre le terrorisme, l’opinion publique l’accuse immédiatement de violer les droits civils du terroriste. Il y a beaucoup de tels cas. 

Une telle inclinaison de la liberté dans la direction du mal est apparue progressivement, mais elle est évidemment née d’une conception humaniste et bienveillante selon laquelle il n’existe aucun mal inhérent à la nature humaine. Le monde appartient à l’humanité et tous les défauts de la vie sont causés par de mauvais systèmes sociaux, qui doivent être corrigés. Curieusement, bien que les meilleures conditions sociales aient été réalisées en Occident, il y a toujours de la criminalité et il y en a même beaucoup plus que dans la société soviétique pauvre et sans loi. 

La presse aussi jouit bien entendu de la plus grande liberté. (J’utiliserai le mot presse pour inclure tous les médias). Mais quel usage fait-elle de cette liberté ? 

Là encore, la principale préoccupation est de ne pas enfreindre la lettre de la loi. Il n’y a pas de véritable responsabilité morale pour la déformation ou la démesure. Quelle est la responsabilité d’un journaliste ou d’un journal vis-à-vis de ses lecteurs, ou de son histoire ? S’ils ont induit en erreur l’opinion publique ou le gouvernement par des informations inexactes ou des conclusions erronées, avons-nous connaissance de cas de reconnaissance publique et de correction de telles erreurs par le même journaliste ou le même journal ? Cela n’arrive presque jamais car cela nuirait aux ventes. Une nation peut être victime d’une telle erreur, mais le journaliste s’en tire toujours. On peut supposer en toute sécurité qu’il va commencer à écrire le contraire avec une assurance renouvelée. 

Parce que des informations instantanées et crédibles doivent être fournies, il devient nécessaire de recourir à des conjectures, des rumeurs et des suppositions pour combler les vides, et aucun d’entre eux ne sera jamais rectifié ; ils resteront dans la mémoire des lecteurs. Combien de jugements hâtifs, immatures, superficiels et trompeurs sont exprimés chaque jour, déroutant les lecteurs, sans aucune vérification. La presse peut à la fois simuler l’opinion publique et mal l’éduquer. Ainsi, nous pouvons voir les terroristes décrits comme des héros, ou des questions secrètes relatives à la défense de notre nation révélées publiquement, ou nous pouvons assister à une intrusion sans scrupule dans la vie privée de personnalités connues au motif que : « Tout le monde a le droit de tout savoir ». Mais c’est un faux slogan, caractéristique d’une fausse époque. Les gens ont aussi le droit de ne pas savoir et c’est beaucoup plus précieux. Le droit de ne pas avoir leurs âmes divines [bourrées de commérages, de bêtises, de discussions vaines]. Une personne qui travaille et mène une vie pleine de sens n’a pas besoin de ce flux d’informations excessif et accablant. 

La hâte et la superficialité sont la maladie psychique du 20ème siècle et plus que partout ailleurs, cette maladie est reflétée dans la presse. Telle qu’elle est cependant, la presse est devenue le plus grand pouvoir des pays occidentaux, plus puissant que le pouvoir législatif, l’exécutif et le pouvoir judiciaire. Et on pourrait alors poser la question suivante : en vertu de quelle loi ce pouvoir a-t-il été élu et de qui est-il responsable ? Dans l’Est communiste, un journaliste est franchement nommé fonctionnaire de l’État. Mais qui a accordé aux journalistes occidentaux leur pouvoir, pour combien de temps, et avec quelles prérogatives ? 

Il y a encore une autre surprise pour quelqu’un venant de l’Est, où la presse est rigoureusement unifiée. On découvre progressivement une tendance commune des préférences dans la presse occidentale dans son ensemble. C’est une mode ; il existe des schémas de jugement généralement acceptés ; il peut y avoir des intérêts commerciaux communs, l’effet de somme n’étant pas une concurrence mais unification. Une liberté énorme existe pour la presse, mais pas pour le lectorat, car les journaux développent principalement le stress et l’accent mis sur les opinions qui ne contredisent pas trop ouvertement la leur et la tendance générale. 

Sans aucune censure, en Occident, les modes de pensée et les idées à la mode sont soigneusement séparés de ceux qui ne le sont pas ; rien n’est interdit, mais ce qui n’est pas à la mode ne trouvera presque jamais sa place dans les périodiques ou les livres, ni ne sera entendu dans les collèges. Légalement, vos chercheurs sont libres, mais ils sont conditionnés par la mode du jour. Il n’y a pas de violence ouverte comme à l’Est ; Cependant, une sélection dictée par la mode et la nécessité de respecter les normes de masse empêchent souvent les personnes d’esprit indépendant de contribuer à la vie publique. Il existe une dangereuse tendance à se regrouper et à bloquer tout développement réussi. J’ai reçu en Amérique des lettres de personnes très intelligentes, peut-être un enseignant d’un petit collège lointain qui pourrait faire beaucoup pour le renouveau et le salut de son pays, mais son pays ne peut pas l’entendre car les médias ne s’intéressent pas à lui. Cela donne naissance à de forts préjugés de masse, à la cécité, ce qui est le plus dangereux dans notre époque dynamique. Il existe, par exemple, une interprétation auto-illusoire de la situation mondiale contemporaine. Cela fonctionne comme une sorte d’armure pétrifiée dans l’esprit des gens. Les voix humaines de 17 pays d’Europe de l’Est et d’Asie de l’Est ne peuvent la percer. Il ne sera brisé que par le pied de biche impitoyable des événements. 

J’ai mentionné quelques traits de la vie occidentale qui surprennent et choquent un nouvel arrivant dans ce monde. Le but et la portée de ce discours ne me permettront pas de poursuivre un tel examen, d’enquêter sur l’influence de ces caractéristiques occidentales sur des aspects importants de la vie d’une nation, tels que l’enseignement élémentaire, l’enseignement supérieur en sciences humaines et l’art. 

Il est presque universellement reconnu que l’Occident montre au monde entier un moyen de réussir son développement économique, même s’il a été fortement perturbé ces dernières années par une inflation chaotique. Cependant, beaucoup de gens vivant en Occident ne sont pas satisfaits de leur propre société. Ils la méprisent ou l’accusent de ne pas être à la hauteur de la maturité atteinte par l’homme. Un certain nombre de ces critiques se tournent vers le socialisme, qui est un courant faux et dangereux. 

J’espère que personne ne me soupçonnera de présenter mes critiques personnelles sur le système occidental pour présenter le socialisme comme une alternative. Ayant expérimenté le socialisme appliqué dans un pays où l’alternative a été réalisée, je ne parlerai certainement pas pour elle. Le célèbre mathématicien soviétique Shafarevich, membre de l’Académie soviétique des sciences, a écrit un livre brillant sous le titre Socialism ; c’est une analyse profonde qui montre que le socialisme, quel que soit son type ou son ombre, mène à une destruction totale de l’esprit humain et à un nivellement de l’humanité dans la mort. Le livre de Shafarevich a été publié en France il y a près de deux ans et personne n’a encore été trouvé pour le réfuter. Il sera bientôt publié aux États-Unis. 

Mais si quelqu’un me demandait si je désignerais l’Occident, tel qu’il est aujourd’hui, comme modèle à mon pays, je devrais franchement répondre négativement. Non, je ne saurais recommander votre société dans son état actuel en tant qu’idéal pour la transformation de la nôtre. Grâce à d’intenses souffrances, notre pays a maintenant atteint un développement spirituel d’une intensité telle que le système occidental dans son état d’épuisement spirituel actuel ne semble pas attrayant. Même les caractéristiques de votre vie que je viens de mentionner sont extrêmement attristantes. 

Un fait incontestable est l’affaiblissement des êtres humains en Occident, alors qu’à l’Est, ils deviennent plus fermes et plus forts – après 60 ans pour notre peuple et 30 ans pour les peuples de l’Europe de l’Est. Pendant ce temps, nous avons suivi une formation spirituelle bien avant l’expérience occidentale. La complexité de la vie et son poids mortel ont produit des caractères plus forts, plus profonds et plus intéressants que ceux généralement produits par le bien-être occidental normalisé. 

Par conséquent, si notre société devait être transformée en une société comme la vôtre, cela signifierait une amélioration de certains aspects, mais également un changement défavorable sur des points particulièrement significatifs. Il est vrai, sans aucun doute, qu’une société ne peut rester dans un abîme d’anarchie, comme c’est le cas dans notre pays. Mais il est également humiliant pour lui de choisir une douceur mécanique légaliste telle que vous la possédez. Après de nombreuses années de violence et d’oppression, l’âme humaine aspire à des choses plus élevées, plus chaudes et plus pures que celles offertes dans la vie par les habitudes de masse actuelles, introduites par l’invasion révoltante de la publicité, par la stupeur de la télévision et par une musique intolérable. 

Il y a des avertissements significatifs que l’histoire donne à une société menacée ou en voie de disparition. Tels sont, par exemple, la décadence de l’art ou le manque d’hommes d’État. Il y a aussi des avertissements ouverts et évidents. Si le centre de votre démocratie et de votre culture n’est pas alimenté en électricité pendant quelques heures seulement, tout à coup une foule de citoyens américains se met à piller et à faire des ravages. Le vernis lisse de la surface doit être très fin, car le système social est instable et malsain. 

Mais le combat pour notre planète, physique et spirituel, un combat de dimensions cosmiques, n’est pas une question vague de d’avenir ; cela a déjà commencé. Les forces du mal ont commencé leur offensive ; vous pouvez sentir leur pression et pourtant vos écrans et vos publications regorgent de sourires prescrits et de verres levés. 

Qu’est-ce que la joie ? 
Des représentants très connus de votre société, tels que George Kennan, ont déclaré : Nous ne pouvons pas appliquer de critères moraux à la politique. Ainsi, nous mélangeons le bien et le mal, le vrai et le faux, et faisons de la place pour le triomphe total du Mal absolu dans le monde. Au contraire, seuls des critères moraux peuvent aider l’Occident contre la stratégie mondiale bien planifiée du communisme. Il n’y a pas d’autres critères. Les considérations pratiques ou occasionnelles de toutes sortes seront inévitablement balayées par la stratégie. Après avoir atteint un certain niveau du problème, la pensée légaliste induit une paralysie ; cela empêche de voir la taille et la signification des événements. 

En dépit de l’abondance d’informations, ou peut-être à cause de cela, l’Occident a du mal à comprendre la réalité telle qu’elle est. Certains experts américains ont eu des prédictions naïves qui pensaient que l’Angola deviendrait le Vietnam de l’Union soviétique ou que les expéditions cubaines en Afrique seraient mieux arrêtées par une courtoisie spéciale des US envers Cuba. Le conseil de Kennan à son propre pays – de commencer le désarmement unilatéral – appartient à la même catégorie. Si vous saviez comment les plus jeunes responsables du Kremlin se moquent de vos magiciens politiques. Quant à Fidel Castro, il méprise franchement les États-Unis, envoyant ses troupes dans des aventures lointaines à partir de son pays, juste à côté du vôtre. 

Cependant, l’erreur la plus cruelle s’est produite avec l’incapacité de comprendre la guerre du Vietnam. Certaines personnes souhaitaient sincèrement que toutes les guerres cessent le plus tôt possible ; d’autres ont estimé qu’il devrait y avoir une place pour l’autodétermination nationale ou communiste au Vietnam ou au Cambodge, comme nous le voyons aujourd’hui avec une clarté particulière. Mais les membres du mouvement anti-guerre américain ont fini par être impliqués dans la trahison des pays d’Extrême-Orient, dans un génocide et dans les souffrances imposées aujourd’hui à 30 millions de personnes. Ces pacifistes convaincus entendent-ils les gémissements ? Comprennent-ils leur responsabilité aujourd’hui ? Ou préfèrent-ils ne pas entendre ? 

L’Intelligentsia américaine a perdu son sang-froid et le danger s’est donc beaucoup rapproché des États-Unis. Mais il n’y a pas de conscience de cela. Vos politiciens à courte vue, qui ont signé la capitulation précipitée au Vietnam ont apparemment donné une pause de respiration insouciante à l’Amérique ; cependant, un Vietnam au centuple vous menace maintenant. Ce petit Vietnam avait été un avertissement et une occasion de mobiliser le courage de la nation. Mais si une Amérique à part entière subit une véritable défaite face à un petit demi-pays communiste, comment l’Occident peut-il espérer rester ferme à l’avenir ? 

J’ai déjà eu l’occasion de dire qu’au 20ème siècle, la démocratie occidentale n’avait remporté aucune guerre majeure sans l’aide et la protection d’un puissant allié du continent dont elle ne remettait pas en question la philosophie et l’idéologie. Au cours de la Seconde guerre mondiale contre Hitler, au lieu de gagner cette guerre avec ses propres forces, ce qui aurait certainement suffi, la démocratie occidentale s’est développée en cultivant un autre ennemi qui se révélerait pire, car Hitler n’a jamais eu autant de ressources et d’humains, ni n’a proposé des idées attrayantes à un grand nombre de partisans de l’Ouest comme l’Union soviétique l’a fait. À l’heure actuelle, certaines voix occidentales ont déjà parlé d’obtenir la protection d’une troisième puissance contre l’agression lors du prochain conflit mondial, le cas échéant. Dans ce cas, le bouclier serait la Chine. Mais je ne souhaite un tel résultat à aucun pays du monde. Tout d’abord, c’est à nouveau une alliance condamnée avec le Mal ; de plus, cela donnerait un répit aux États-Unis, mais quand, plus tard, la Chine avec son milliard de personnes se retournerait, équipée d’armes américaines, l’Amérique elle-même serait la proie d’un génocide semblable à celui qui a eu lieu au Cambodge de nos jours.

Et pourtant – aucune arme, aussi puissante soit-elle, ne peut aider l’Occident tant qu’il n’a pas surmonté sa perte de volonté. Dans un état de faiblesse psychologique, les armes deviennent un fardeau pour le côté qui capitule. Pour se défendre, il faut aussi être prêt à mourir ; une telle société est peu encline au culte du bien-être matériel. Alors il ne reste plus rien d’autre à faire que des concessions, des tentatives de gagner du temps et des trahisons. C’est ainsi que lors de la conférence honteuse de Belgrade, des diplomates occidentaux libres ont, dans leur faiblesse, abandonné la position où des membres asservis des groupes de surveillance d’Helsinki sacrifient leur vie. 

La pensée occidentale est devenue conservatrice : la situation mondiale devrait rester telle quelle est à tout prix ; il ne devrait y avoir aucun changement. Ce rêve débilitant d’un statu quo est le symptôme d’une société qui a atteint la fin de son développement. Mais il faut être aveugle pour ne pas voir que les océans n’appartiennent plus à l’Occident, alors que les terres sous sa domination ne cessent de rétrécir. Les deux soi-disant guerres mondiales (elles n’étaient de loin pas à l’échelle mondiale, pas encore) ont entraîné l’autodestruction interne du petit Occident progressiste qui a ainsi préparé sa propre fin. La prochaine guerre (qui ne doit pas nécessairement être une guerre atomique et je ne crois pas qu’elle le sera) risque d’enterrer à jamais la civilisation occidentale. 

Face à un tel danger, avec des valeurs historiques aussi splendides dans votre passé, à un niveau aussi élevé de réalisation de la liberté et de dévotion à la liberté, comment est-il possible de perdre à ce point la volonté de se défendre ? 

Comment est née cette relation de forces défavorable ? Comment l’Occident est-il passé de sa marche triomphale à sa maladie actuelle ? Y a-t-il eu des tournants fatals et des pertes de direction dans son développement ? Cela ne semble pas être le cas. L’Occident a continué à progresser socialement conformément aux intentions proclamées, grâce au brillant progrès technologique. Et tout à coup, il se retrouva dans son état de faiblesse actuel. 

Cela signifie que l’erreur doit être à la base même de la pensée humaine des siècles passés. Je me réfère à la vision occidentale dominante du monde, qui est née à la Renaissance et a trouvé son expression politique à partir de la période des Lumières. Elle est devenu la base du gouvernement et des sciences sociales et pourrait être définie comme un humanisme rationaliste ou une autonomie humaniste : autonomie proclamée et forcée de l’homme vis-à-vis de toute force supérieure au-dessus de lui. On pourrait aussi l’appeler anthropocentrisme, l’homme étant le centre de tout ce qui existe. 

Le tournant introduit par la Renaissance était évidemment inévitable historiquement. Le Moyen-Âge a pris fin naturellement par épuisement, devenant une répression despotique intolérable de la nature physique de l’homme en faveur de la nature spirituelle. Ensuite, cependant, nous avons tourné le dos à l’Esprit et avons embrassé tout ce qui est matériel avec un zèle excessif et injustifié. Cette nouvelle façon de penser, qui nous avait imposé ses orientations, n’admettait pas l’existence d’un mal intrinsèque chez l’homme ni ne voyait une tâche plus impérieuse que l’atteinte du bonheur sur terre. Elle a fondé la civilisation occidentale moderne sur la dangereuse tendance à adorer l’homme et ses besoins matériels. Tout ce qui va au-delà du bien-être physique et de l’accumulation de biens matériels, toutes les autres exigences et caractéristiques humaines d’une nature plus subtile et supérieure a été laissé en dehors du champ d’attention de l’État et des systèmes sociaux, comme si la vie humaine n’avait aucun sens supérieur. Cela a fourni un accès au mal, dont de nos jours on constate le flux libre et constant. La liberté ne résout pas du tout tous les problèmes de la vie humaine et en ajoute même un certain nombre de nouveaux. 

Cependant, dans les premières démocraties, comme dans la démocratie américaine de son époque, tous les droits de l’homme étaient reconnus à tous parce que l’homme était la créature de Dieu. C’est-à-dire que la liberté a été laissée à l’individu sous condition, en assumant sa responsabilité religieuse constante. Tel était l’héritage des mille années précédentes. Il y a deux cents, voire cinquante ans, il aurait semblé tout à fait impossible, en Amérique, de donner à un individu une liberté illimitée simplement pour la satisfaction de ses instincts ou de ses caprices. Par la suite, cependant, toutes ces limitations ont été supprimées un peu partout en Occident ; on a vu une disparition totale de l’héritage moral des siècles chrétiens avec leurs grandes réserves de miséricorde et de sacrifice. Les systèmes étatiques devenaient de plus en plus et totalement matérialistes. L’Occident a fini par appliquer véritablement les droits de l’homme, parfois même de manière excessive, mais le sens de la responsabilité de l’homme envers Dieu et la société devenait de plus en plus sombre. Au cours des dernières décennies, l’aspect juridiquement égoïste de l’approche et de la pensée occidentales a atteint sa dimension finale et le monde s’est retrouvé dans une crise spirituelle cruelle et une impasse politique. Toutes les réalisations technologiques glorifiées du Progrès, y compris la conquête de l’espace, ne rachètent pas la pauvreté morale du XXème siècle, que personne ne pouvait imaginer, pas plus tard qu’au XIXème siècle. 

Au fur et à mesure que l’humanisme devenait plus matérialiste dans son développement, il devenait de plus en plus accessible à la spéculation et à la manipulation par le socialisme, puis par le communisme. Ainsi, Karl Marx a pu dire que « le communisme est un humanisme naturalisé ». 

Cette déclaration s’est avérée ne pas être totalement insensée. On voit les mêmes pierres dans la fondation d’un humanisme sans spiritualité et dans tout type de socialisme : un matérialisme sans fin ; l’absence de religion et de la responsabilité religieuse qui, sous les régimes communistes, atteignent le stade de dictatures anti-religieuses se concentrant sur les structures sociales avec une approche apparemment scientifique. Ceci est typique des Lumières au 18ème siècle et du marxisme. Ce n’est pas un hasard si tous les engagements sans signification du communisme portent sur l’Homme, avec un H majuscule, et son bonheur terrestre. À première vue, ne semble-t-il pas y avoir un parallèle affreux, des traits communs dans la pensée et le mode de vie de l’Ouest et de l’Est actuels ? Mais telle est la logique du développement matérialiste. 

Les relations sont aussi telles que le courant du matérialisme qui est le plus à gauche finit toujours par être plus fort, plus attrayant et plus victorieux, parce qu’il est plus cohérent. L’humanisme sans son héritage chrétien ne peut résister à une telle concurrence. Nous observons ce processus au cours des siècles et en particulier des décennies, à l’échelle mondiale, alors que la situation devient de plus en plus dramatique. Le libéralisme a été inévitablement remplacé par le radicalisme ; le radicalisme a dû s’abandonner au socialisme ; et le socialisme ne pourrait jamais résister au communisme. Le régime communiste de l’Est pourrait se maintenir et se développer grâce au soutien enthousiaste d’un grand nombre d’intellectuels occidentaux qui ont ressenti une parenté et qui ont refusé de voir les crimes du communisme. Et quand ils ne pouvaient plus le faire, ils essayaient de les justifier. Dans nos pays de l’Est, le communisme a subi une défaite idéologique totale. C’est zéro et moins que zéro. Mais les intellectuels occidentaux l’observent toujours avec intérêt et empathie, et c’est précisément ce qui rend extrêmement difficile pour l’Ouest de résister à l’Est. 

Je n’examine pas ici le cas d’une désastreuse guerre mondiale, ni les changements qu’elle entraînerait dans la société. Tant que nous nous levons tous les matins sous un soleil paisible, nous devons mener notre vie quotidienne. Il y a cependant un désastre qui dure déjà depuis un certain temps. Je parle de la calamité d’une conscience humaniste sans spiritualité et irréligieuse. 

Pour une telle conscience, l’homme est la pierre de touche pour juger de tout ce qui est sur la terre – un homme imparfait, qui n’est jamais exempt d’orgueil, d’intérêt personnel, d’envie, de vanité et de dizaines d’autres défauts. Nous vivons maintenant les conséquences d’erreurs qui n’avaient pas été remarquées au début du voyage. Sur le chemin de la Renaissance à nos jours, nous avons enrichi notre expérience, mais nous avons perdu le concept d’une Entité Suprême Complète qui restreignait nos passions et notre irresponsabilité. Nous avons mis trop d’espoir dans les réformes politiques et sociales pour découvrir que nous étions privés de notre bien le plus précieux : notre vie spirituelle. À l’Est, elle est détruite par les transactions et les machinations du parti au pouvoir. En Occident, les intérêts commerciaux l’étouffent. C’est la vraie crise. La scission du monde est moins terrible que la similitude de la maladie qui sévit dans ses principales parties. 

Si l’humanisme avait raison de déclarer que l’homme n’est né que pour être heureux, il ne serait pas né pour mourir. Comme son corps est condamné à mourir, sa tâche sur terre doit évidemment être de nature plus spirituelle. Ce ne peut pas être une jouissance débridée de la vie quotidienne. Ce ne peut pas être la recherche des meilleurs moyens d’obtenir des biens matériels et d’en tirer le meilleur parti. Cela doit être l’accomplissement d’un devoir permanent et sérieux pour que le chemin de la vie devienne une expérience de croissance morale, pour que l’on puisse quitter la vie en être humain meilleur que celui qui y est entré. Il est impératif de passer en revue le tableau des valeurs humaines répandues. Son inexactitude actuelle est stupéfiante. Il n’est pas possible que l’évaluation des performances du Président soit réduite à la question de savoir combien d’argent on gagne ou à la disponibilité illimitée de l’essence. Seule une maîtrise de soi volontaire et inspirée peut élever l’homme au-dessus du flot mondial du matérialisme. 

Ce serait une régression de s’attacher aujourd’hui aux formules ossifiées des Lumières. Le dogmatisme social nous laisse complètement impuissants face aux épreuves de notre époque. Même si la guerre nous épargne la destruction, nos vies devront changer si nous voulons sauver la vie de l’autodestruction. Nous ne pouvons pas éviter de réviser les définitions fondamentales de la vie humaine et de la société humaine. Est-il vrai que l’homme est au-dessus de tout ? N’y a-t-il pas d’esprit supérieur au-dessus de lui ? Est-il juste que la vie de l’homme et les activités de la société soient déterminées par une expansion matérielle ? Est-il permis de promouvoir une telle expansion au détriment de notre intégrité spirituelle ? 

Si le monde n’est pas arrivé à sa fin, il s’est approché d’un tournant majeur de l’histoire, d’une importance égale à celle du passage du Moyen-Âge à la Renaissance. Cela exigera de nous un élan spirituel : nous devrons nous élever à une nouvelle vision, à un nouveau statut de vie où notre nature physique ne sera pas maudite comme au Moyen-Âge, mais plus important encore, notre être spirituel ne sera pas piétiné comme à l’époque moderne. 

Cette ascension ressemblera à une ascension vers la prochaine étape anthropologique. Personne sur terre n’a d’autre voie que… vers le haut. 

Alexandre Soljenitsyne 





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top