Interviewé, le 27 mars 2019, sur la chaine Medi1Radio à propos de la visite du Roi Abdallah II de Jordanie au Maroc, Charles Sain-Prot, directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques de Paris, a d’abord souligné que le Maroc et la Jordanie sont deux monarchies où règnent des souverains de la même génération, qui sont montés sur le Trône la même année, en 1990, et qui célèbrent cette année le vingtième anniversaire de leurs règnes. 

Ils sont également descendant du Prophète, ce qui leur confère une légitimité indiscutable pour lutter contre les déviances extrémismes et le fléau de l’extrémisme. Ils défendent l’Islam du juste milieu qui est celui de la tolérance et du dialogue. À cet égard, la prochaine visite du Pape Francis au Maroc constitue un exemple de cet engagement sans faille du souverain marocain pour le dialogue interreligieux, lequel est aussi une préoccupation du Roi Abdallah II. 

Charles Saint-Prot a souligné sur les deux souverains sont des acteurs essentiels de la réforme dans tous les domaines et ils sont attaché à un développement global prenant en considération la question sociale. Le professeur Saint-Prot a particulièrement mis en exergue le souci de deux rois de veiller à la bonne éduction de la jeunesse et à la promotion de la femme. 

Par ailleurs, le directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques a insisté sur le fait que le Royaume du Maroc comme celui de Jordanie sont deux États stables dans une région particulièrement agitée. Cela leur confère un rôle particulier. C’est aussi ce qui explique la coopération entre les deux pays. Les relations entre les deux Royaumes sont caractérisées par une harmonie des positions et des points de vue, ainsi que par la coordination sur les questions arabes et islamiques. Pour ce qui concerne le problème essentiel de la Palestine, Le Roi du Maroc, président du Comité al Quds, et le Roi de Jordanie sont attachés à un règlement juste et durable de la question palestinienne sur la base du droit international, c’est-à-dire la création d’un État palestinien indépendant et viable, dans les frontières d’avant juin1967 avec Al Qods-Est comme capitale. 
Charles Saint-Prot a conclu que tout conduit à consolider les relations bilatérales entre deux pays dont le poids sur la scène régionale et internationale est bien connu. 
Dr Charles Saint-Prot est Directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques (OEG) à Paris


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top