L'histoire récente nous a appris que la filouterie du système qui étouffe l'Algérie depuis de longues décennies est sans limites.

Abdelaziz Bouteflika, même s'il semble aujourd'hui sérieusement diminué, aussi bien physiquement que mentalement, est l'enfant légitime de ce système qui a commencé par porter au pouvoir un Ben Bella perché sur un tank avant de finir en une "mafiocratie" sans scrupule aucun.

Sur sa route, ce système a humilié, liquidé, marginalisé ou éjecté un nombre incalculable de patriotes dont les moindres n'étaient pas les Grands Aït Ahmed et Boudiaf.

Il y a donc lieu aujourd'hui de se poser des questions sérieuses sur la crédibilité de ce qui semble être une reculade du système face à la colère populaire.

En d'autres termes, reculer pour mieux sauter ?

Et s'il ne s'agissait que de la simple prolongation du quatrième mandat bouteflikain si kafkaïen en attendant le "nettoyage", ne serait-ce que partiel, des traces des turpitudes diverses et variées commises depuis plusieurs décennies ? Ou la recherche d'une issue qui arrange et perpétue le système ?

Et s'il ne s'agissait que d'une tentative destinée essentiellement à épuiser la mobilisation populaire et, accessoirement, à préparer une riposte en synergie avec les impérialismes et les mafias alliées ?

Tous les scénarios sont donc plausibles.

Seule la vigilance des forces authentiquement vives du peuple algérien est de nature à faire barrage aux stratagèmes du régime !

Abdessamad Mouhieddine
Journaliste


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top