La participation du Maroc à la 29ème Assemblée Générale de la Fédération Mondiale des Anciens Combattants (FMAC) qui a tenu ses travaux du 16 au 18 février à Paris, est à tous points de vue constructive et prospective au regard des évolutions rapides et imprévisibles de l’état du monde. 

L’accueil chaleureux réservé au Haut-Commissaire aux Anciens Résistants et Anciens Membres de l’Armée de Libération, Monsieur El Mostafa El KTIRI, est en effet à la hauteur du respect que les Congressistes de la FMAC témoignent au Maroc et à son Souverain SM le Roi Mohammed VI. 

Élu président-adjoint de la FMAC, en reconnaissance de ses qualités et son apport à la promotion des valeurs de fraternité et de solidarité et de la mémoire historique partagée, Monsieur El KTIRI a soumis à cette occasion à la 29ème Assemblée Générale une liste de projets de Résolutions qui décline d’une manière précise et détaillée dix questions majeures d’une grande actualité : 
  1. Pour la préservation et la valorisation de la mémoire historique partagée entre les Nations : Le cas du Maroc et du Vietnam ; 
  2. La Protection de l’environnement, une approche incontournable dans le processus du développement durable : 
  3. Pour l’organisation d’une 8ème Conférence internationale sur la législation des Anciens Combattants et Victimes de guerre ; 
  4. Pour une migration sûre, ordonnée et régulière ; 
  5. Faire face au fléau croissant de l’extrémisme et du terrorisme ; 
  6. Pour le respect de la Souveraineté et de l’intégrité Territoire des Nations ; 
  7. Mettre un terme au déploiement des enfants dans les zones de conflits armés ; 
  8. Protection des données personnelles et de la confidentialité de la vie privée à l’ère numérique ; 
  9. Nécessité d’une solution juste, globale et définitive à la question palestinienne ; 
  10.  Pour davantage de protection et de bienveillance envers les anciens Combattants et Victimes de guerre. 
Chacun de ces dix projets de Résolution a fait l’objet d’une présentation détaillée qui montre une réelle connaissance des sujets abordés et une vision réaliste de leur implication régionale et internationale. Voici à titre d’exemple le projet de Résolution N° 5, en rapport avec une actualité d’aujourd’hui, intitulé : ‘’Faire face au fléau croissant de l’extrémisme et du terrorisme’’ : 
‘’Rappelant la Résolution 14 intitulée : « Aider et soutenir les pays d’Afrique dans leur lutte contre le groupe terroriste Boko Haram » et la Résolution 15 : « Combattre le terrorisme sous toutes ses forces et ses manifestations » adoptée par la 28ème Assemblée Générale de la FMAC tenue à Sopot (Pologne) du 31 août au 4 septembre 2015 ; 
  • Condamnant de nouveau énergiquement le terrorisme et l’extrémisme sus toutes leurs formes et dans toutes leurs manifestations, quels qu’en soient les auteurs, les lieux et les buts, d’autant plus qu’ils représentent une menace réelle et un danger grave pour la paix et la sécurité internationales ; 
  • Considérant que les actes, méthodes et pratiques terroristes et extrémistes sous toutes leurs formes et dans toutes leurs expressions, visent l’anéantissement des Droits de l’Homme, des Libertés Fondamentales et de la Démocratie, menacent l’Intégrité territoriale et la sécurité des Etats et déstabilisent des Gouvernements légitimement constitués, et que la Communauté Internationale doit prendre les mesures nécessaires pour renforcer la coopération en vue de prévenir et de combattre le fléau croissant du terrorisme et de l’extrémisme ; 
  • Confirmant que le terrorisme et l’extrémisme ne sauraient ni ne devraient être associés à une religion, une nationalité, une civilisation ou une origine ethnique donnée ; 
  • Réaffirmant en outre la détermination des Etats Membres de l’ONU ç n’épargner aucun effort pour faire face ensemble à la prolifération et la propagation du terrorisme et de l’extrémisme à travers le monde ; 
  • Appelle les Etats et les Gouvernements et les Institutions internationales ainsi que l’Organisation des Nations Unies à s’acquitter pleinement de leurs rôles et responsabilités pour prévenir et lutter, jusqu’à leur éradication, contre les actes terroristes et extrémistes sous toutes leurs formes et dans toutes leurs manifestations ; en conformité avec les Résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et des dispositions de la Stratégie Antiterroriste Mondiale de l’Organisation des Nations Unies qui constitue un instrument efficace permettant à la Communauté Internationale de renforcer ses efforts dans la lutte contre le terrorisme, dans le cadre de mesures et démarches visant notamment à éliminer les conditions propices à la propagation du terrorisme, à prévenir et combattre le terrorisme , à renforcer les moyens dont les Etats disposent pour lutter contre ce fléau, à garantir le respect des Droits de l’Homme et la primauté du droit en tant que base fondamentale de la lutte anti-terrorisme’’  (Page 38 du document soumis à l’Assemblée Générale de la FMAC). 
Que ce soient les sujets liés à la question migratoire, au respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des Nations ou encore des droits du peuple palestinien et de la protection des enfants enrôlés de force dans les zones de conflits armés, la contribution du Haut-Commissariat marocain est à la hauteur d’un événement international qui se veut un moment d’échange et de proposition dans le sens de la promotion de la paix et de la concordance entre les peuples et les Nations. 

Pour rappel : La FMAC regroupe aujourd’hui 172 organisations d’anciens combattants de 121 pays représentant près de 45 millions d’anciens combattants à travers le monde. Elle a un statut consultatif depuis 1951 auprès des Nations Unies et a reçu le titre de « Messager de la paix » en 1987. Ce qui montre toute l’importance de l’élection au sommet de sa hiérarchie d’un marocain, Monsieur El Mostafa El KTIRI, au poste de président-adjoint. 

Rapporté par Mohammed MRAIZIKA 
Docteur en Histoire, Chercheur en Sciences Sociales/ Consultant en Ingénierie culturelle/ Directeur du CIIRI-Paris/ Conférencier, auteur




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top