Le Maroc est devenue une plaque tournante de la migration internationale, d’abord, comme pays de départ, puis comme pays de transit et de plus en plus, il est appelé à devenir un pays d’immigration. 

La Fédération internationale des sociétés de La Croix Rouge et des Croissants Rouges (L’AMERM) en tant que structure de recherche, et à travers un parcours historique qui remonte à 1994, a abordé ces différentes dimensions de la question. Les travaux réalisés par l’association mettent en évidence l’importance de la migration comme phénomène de société. Différents sujets ont été abordées, choisis en fonction de l’actualité du thème : la femme, la migration clandestine, la citoyenneté , l’exode des compétences,…Plus près de nous, une des grandes questions d’actualité est la migration subsaharienne , devenue très visible dans certaines villes marocaines. L’examen de cette question sur la base d’une enquête couvrant 6 villes marocaines a permis à l’association de dresser un diagnostic de cette migration et de définir d’une manière précise les profils des migrants subsahariens. 

Conçu comme un espace de transit, le Maroc a tendance à devenir un pays d’ « immigration forcée », ces migrants se trouvant « piégés » entre une frontière européenne fermée et l’option exclue du retour chez près de 75% d’entre eux. 

Acculé à cette cohabitation « forcée » et souvent prolongée dans les quartiers populaires, se pose alors la question des relations entre les deux communautés. En partenariat avec la Fédération des Sociétés Internationales de la Croix Rouge et des Croissants Rouges et sur financement de l’Union Européenne, l’AMERM a entrepris une enquête sur les perceptions, les attitudes et les comportements de cette population marocaine à l’égard des subsahariens. 

Dans le prolongement de ce premier travail, la deuxième phase a pour objet l’organisation de campagnes de sensibilisation où seront impliquées des ONGs. 

Dans cette perspective, le présent rapport a pour objet d’analyser le traitement de la question migratoire par le tissu associatif marocain afin de cibler les ONGs ayant comme centre d’intérêt la migration et en particulier, celles susceptibles de participer dans ces campagnes de sensibilisation. 

Le présent rapport s’articule autour de trois axes principaux : l’analyse du contexte migratoire marocain, un diagnostic du tissu associatif marocain, sa genèse, son évolution quantitative et qualitative et les conclusions du travail de terrain ciblant les ONGs ayant comme centre d’intérêt la question migratoire principalement dans ses dimensions humaines. 

Mais ce travail a un autre objectif, combler la lacune sur cette question en matière de recherche : carence de travaux sur le tissu associatif marocain en général et absence de travaux sur les ONGs qui s’occupent de la question migratoire. 

Avant l’examen de la problématique annoncée, il convient, au préalable, de définir le contexte migratoire afin d’évaluer la dimension de ce phénomène et ses spécificités.






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top