Y’a-t-il oui ou non, une stratégie nationale globale, cohérente et intégrée concernant le dossier des citoyens marocains établis à l’étranger? Précisons l’enjeu. Il ne s’agit pas d’une simple question de mots (stratégie ou plan d’action) ou de formalisme (stratégie validée ou non par une quelconque instance), mais l’essentiel en fin de compte est d’avoir une véritable stratégie qui donne du sens et une signification aux politiques publiques marocaines en direction des MRE. Dans les éditions d’Al Bayane du vendredi 6, 13 et 20 avril 2018, cette question a été mise en débat. Dans cette édition finale, nous tirons quelques enseignements pratiques en formulant d’autres propositions concrètes.

UNE DÉMARCHE D’OUVERTURE DU MINISTRE À SALUER
Au total et comme nous l’avons montré tout au long de cette contribution au débat public pour l’action, nous n’avons pas encore de stratégie nationale globale, cohérente et intégrée dédiée aux Marocains résidant à l’étranger. Le déficit de réflexion nationale sur ce sujet pour promouvoir un consensus bâti en commun, est flagrant. Prétendre l’inverse, comme a continué à le faire dernièrement la brochure du ministère chargé des MRE intitulée «Morocco’s Migration Policies and the 2030 Agenda for Sustainable Development», c’est travestir sciemment la réalité. Or c’est une faute politique lourde que d’induire en erreur. Les responsables de cette dérive encensent la démarche stratégique dans le discours, tout en la piétinant et en la ruinant de fait. Ils invoquent la stratégie comme une nécessité dans le discours, mais dans la pratique, agissent comme si l’on pouvait s’en passer, en se contentant d’invoquer son existence sans réellement la construire méthodiquement et encore moins l’appliquer concrètement puisqu’elle n’existe pas.

La crédibilité du département concerné est gravement prise en défaut, voir même mise en péril par ce type d’approche irresponsable et trompeuse suivie par d’aucun(s). Partisans de fait du statuquo et ne maîtrisant pas techniquement le dossier comme ceci a été montré dans les parties précédentes de cette étude, ils s’ingénient dans un coup de com permanent, à trouver des formes et des recettes de «marketing» pour maquiller la réalité et ne rien faire. On ne peut s’attaquer à des problèmes structurels et les régler par de simples artifices de «com», centrés sur le recours aux contre vérités. L’approche technocratique et la faiblesse d’expertise ne sauraient avoir le dessus. Le département est dirigé par un ministre politique qui devrait, de notre point de vue, imprimer sa marque en totalité. On ne peut accepter une «démission» d’une quelconque part du politique, pour quelque raison que ce soit.

Voilà pourquoi , il nous semble très important de ne pas céder à la trop grande confiance des moments de la prise de fonction où l’on est parfois induit en erreur sur des dossiers fondamentaux comme celui qui nous occupe ici, mais de revérifier au contraire les divers éléments du débat présent pour en tirer objectivement les conséquences. Sur ce point, nous assumons modestement notre rôle intellectuel en décortiquant et en dénonçant l’imposture et en formulant des propositions alternatives.

En ce domaine, la démarche d’ouverture du Ministre Abdelkrim Benatiq sur les chercheurs en migration est à saluer. C’est une initiative porteuse qui doit aboutir, devant reposer sur l’établissement d’un lien de confiance durable, la communication et l’échange. Pour sa réussite, elle nécessite à notre sens qu’elle soit alors partagée et portée par l’ensemble de la hiérarchie du département, qu’on utilise un discours de clarté, sans pratiquer le déni des problèmes existants, ni dans la pratique une forme de double langage.

PAS DE MANIPULATION !!!
Au niveau médiatique et en matière de communication, le discours de vérité doit prévaloir, sans tentative d’instrumentalisation ou de manipulation quelconque comme ceci s’est passé à l’occasion de la réunion de concertation du 17 janvier 2018 avec les chercheurs en migration. La presse n’étant pas présente pour faire objectivement le travail, au lieu d’élaborer un communiqué, de l’assumer en le publiant en tant que département et en le transmettant également à l’agence MAP pour qu’elle le traite et le relaye de manière professionnelle et responsable, une autre formule a été choisie. Celle de garder le même contenu.

Le texte signé Mohamed Drihem et publié de bonne foi par les responsables de la rédaction par le journal «L’opinion» du 20 et 21 janvier 2018 (en page 1 et 4) , reproduisait de fait une note du ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration , qui a été précédée d’une courte introduction précisant notamment qu’une des principales thématiques à l’ordre du jour , a été l’établissement d’ « un état des lieux des AVANCÉES de la Stratégie au profit des Marocains résidant à l’étranger».

Dans un article signé par Ayoub Lahrache, sur les colonnes du quotidien «Le Matin», ayant pour titre «Mise en œuvre de la politique migratoire, le gouvernement tient à se concerter avec les experts et les universitaires», l’auteur affirme , dans une démarche manipulatrice soufflée visiblement par la même source , que les participants à la dernière réunion de concertation (17 janvier 2018 ) , ont notamment dressé «un état des lieux des différentes AVANCÉES de la Stratégie au profit des Marocains résidant à l’étranger» .

Là aussi, la présentation qui a été faite médiatiquement de manière pratiquement identique à celle du journal précédent, , visiblement sur la même instigation externe , est plus que controversée . Elle est tout simplement mensongère et ne peut être considérée comme recevable !

La formulation arrêtée par d’aucuns, et s’inscrivant elle-même dans une pure stratégie de duperie et de «com» manipulatrice, avait pour objectif d’induire en erreur plusieurs instances du pays, les milieux internationaux concernés par la coopération avec le Maroc (principalement financière) dans le domaine migratoire, la communauté marocaine établie à l’étranger, l’opinion publique à l’intérieur du pays, voir même une partie des chercheurs travaillant dans le domaine migratoire et qui n’ont pas participé à la réunion. ( !).

L’objectif retenu était par conséquent de faire passer un message central dans plusieurs directions, à savoir l’existence d’une stratégie nationale MRE opérationnelle globale, cohérente et intégrée, se caractérisant par des «AVANCÉES», mais soumise malgré cela, à une opération d’amélioration auprès d’universitaires et de chercheurs du domaine, appartenant à plusieurs disciplines.

Or en dépit du peu de temps consacré au débat général , compte tenu du caractère capital des thématiques traités, divers intervenants à la rencontre de concertation, ont bien montré que cette stratégie n’existe pas encore, et même en tirant les conclusions de ces échanges, le secrétaire général du ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration, a eu l’honnêteté intellectuelle de reconnaître que cette stratégie nationale pour les Marocains résidant à l’étranger n’a pas encore été élaborée, invitant les chercheurs et universitaires au nom du ministre, à accompagner scientifiquement le département dans ce projet indispensable.

Cela dit , il ne suffit pas de faire le constat et de reconnaître l’absence de stratégie relative aux MRE , il faut en tirer les conséquences en mettant à plat les politiques actuelles en leur direction , dans le cadre d’une réflexion globale , méthodiquement menée, en respectant le pluralisme existant .

CME, PARTIE INTÉGRANTE DE LA NATION MAROCAINE
Qu’il nous soit permis ici de relier l’interrogation sur ce dossier stratégique d’intérêt national qu’est celui des citoyens marocains à l’étranger (CME), à la nécessaire réflexion collective sur un nouveau modèle de développement national multidimensionnel pour le Maroc, que vient de proposer le Roi Mohammed VI. Le souhait qu’il a exprimé est celui de «l’élaboration d’une vision intégrée de ce qui serait à la fois le modèle politique, économique et social de notre pays , et le système de gouvernance centrale et territoriale envisagé sous tous ses aspects , y compris le dispositif juridique qui le régit».

Incombant au gouvernement, mais interpelant les diverses composantes du champ politique, syndical, social, culturel, associatif, qui doivent être consultés pour sa préparation, l’élaboration de ce nouveau modèle de développement multidimensionnel doit, de notre point de vue, prendre en compte également les différents enjeux liés à l’existence dans le monde de quelques cinq millions de citoyens MRE et l’avenir que le Maroc souhaite collectivement, dans le cadre d’un certain nombre de choix fondamentaux, réserver à la communauté des citoyens marocains établis à l’étranger et à ses générations montantes.

Voilà pourquoi , en tant que partie essentielle du peuple marocain et une des composantes indissociables de la nation marocaine, quelque soit par ailleurs l’évolution du statut juridique de ses membres dans les pays d’accueil, les citoyens MRE sont à associer directement à la réflexion et au débat de fond pour ce qui les concerne en premier lieu , et pour ce qui touche l’évolution du Maroc dans son ensemble y compris au plan démocratique et non pas en se limitant à la dimension utilitariste de l’émigration : envoi de devises, transfert de compétences . La démarche privilégiée par le Souverain convient parfaitement, à savoir que «la refonte du modèle de développement national est l’affaire de tous les Marocains et de l’ensemble des forces vives de la Nation : individus et institutions, partis et syndicats, société civile et organisations professionnelles».

Dans cette lignée , le message royal au 3ème Forum parlementaire sur la justice sociale, propose d’engager un dialogue constructif, apaisé et serein sur le modèle de développement susceptible de recueillir l’agrément de tous les Marocains : «À cet égard Nous nous adressons à tous les acteurs concernés et voici ce que nous souhaitons leur dire : il est possible à tout un chacun d’apporter son concours à cette entreprise en proposant des idées constructives, en toute liberté et avec la plus grande objectivité. De fait, cette réflexion nationale d’envergure n’est assujettie à aucune limite ou condition, dans la mesure où elle s’inscrit dans le respect de la Constitution et des constantes nationales qui y sont prévues» .

En plus des acteurs politiques, syndicaux et associatifs ainsi que des intellectuels marocains (d’ici et de là-bas ), voilà qui interpelle le gouvernement marocain dans son ensemble, et le ministère délégué en particulier, chargé des MRE et des Affaires de la migration, pour impliquer de manière étroite, active et organisée, ouverte et démocratique les citoyens marocains établis à l’étranger, à cette réflexion nationale, en mettant le focus sur le statut, la place, le rôle, la fonction et le devenir de la communauté marocaine à l’étranger par rapport au Maroc, en réfléchissant aux modalités concrètes à mettre en pratique, moyennant une volonté politique de le faire. Ne sommes-nous pas là, au cœur de la réflexion stratégique à enclencher pour la gestion du dossier MRE, qui implique précisément l’élaboration d’une véritable stratégie nationale globale, cohérente et intégrée en matière de MRE et une mobilisation continue et pas seulement circonstancielle, superficielle et de façade de la société civile MRE !?

Il s’agit en particulier de faire en sorte que la question migratoire entre de plein droit dans les politiques publiques marocaines, la planification du développement et surtout dans le changement démocratique et les nécessaires réformes politiques, à mener dans l’intérêt du Maroc, de la communauté des citoyens marocains établis à l’étranger et des immigrés au Maroc, dans le plein respect des droits humains par le biais d’une bonne gouvernance migratoire. L’objectif est l’élaboration d’un modèle de développement national qui impulse une dynamique socio-économique nouvelle et au plan politique, un régime démocratique avancé , fondé sur l’Etat de droit, c’est-à-dire l’Etat des institutions et des droits démocratiques, en valorisant notamment l’accès des Marocains établis à l’étranger à une citoyenneté marocaine pleine, entière et active, sans limitation aucune, la vision sécuritaire ne devant pas prendre le dessus.

La réflexion doit par ailleurs intégrer également la place de l’immigration étrangère dans le projet de développement multidimensionnel du Maroc, la Nouvelle Politique Migratoire s’insérant elle-même dans un projet sociétal du Maroc, en termes d’ouverture et de respect de la diversité. Dans cet esprit, référons-nous à l’Agenda Africain sur la Migration qui interpelle également le Maroc au point 72 : «Les États africains doivent favoriser un débat national inclusif sur les migrations pour contrer les discours qui alimentent la xénophobie, l’intolérance et la discrimination». Comme il est précisé à son point 10, «l’Agenda qui se veut afro-centré et humaniste, vise à faire de la migration un levier de co-développement, un pilier de la coopération Sud-Sud et un vecteur de solidarité. Il comporte les prémices d’un pari gagnant qui bénéficie à la fois au continent africain et aux migrants eux-mêmes» dont l’intégration selon le point 130, «se veut à la fois sociale, économique et civique».

Il s’agit par conséquent de contribuer au passage à un autre stade de réflexion stratégique et à la modification des schémas d’analyse et de comportement dans la conception et le suivi des politiques migratoires marocaines , avec la nécessité d’assurer une approche globale , homogène et intégrée et une démarche participative plus soucieuse des droits humains dans leur indivisibilité (y compris les droits civils et politiques) et rompant avec la prédominance sécuritaire, une approche apte à combler le gap existant en matière de bonnes pratiques et à prendre en considération les défis et les enjeux multidimensionnels du fait migratoire pour le Maroc.

L’appel royal pour un nouveau modèle de développement, implique obligatoirement beaucoup de ruptures. Dès lors, dans cet agenda national du nécessaire renouvellement de l’analyse collective en matière de modèle de développement, l’im(é)migration qui est un fait sociétal majeur pour le Maroc, doit interpeler fortement la réflexion théorique, ainsi que les pratiques politique, sociale et culturelle dans le domaine migratoire, en liaison avec le développement conçu au niveau multidimensionnel, englobant également les aspects politiques et démocratiques qui doivent concerner également les citoyens marocains établis à l’étranger par rapport au Maroc , conformément à la Constitution et à l’engagement solennel notamment du discours royal fondateur du 6 novembre 2005.

ENGAGEMENT FERME POUR UN PARTENARIAT SCIENTIFIQUE SOLIDE
La face de l’ombre ne peut dissimuler la face de lumière. Encore une fois, on appréciera hautement l’ouverture d’esprit du Ministre, son véritable engagement dans cette voie depuis sa prise de fonction en avril 2017, et sa disposition louable consistant à donner tout son sens à la démarche participative, transparente et inclusive dans sa gestion du dossier migratoire (volet émigration et volet immigration), qui nécessite l’apport de tous les acteurs et milieux concernés, notamment celui des universitaires et chercheurs en migration. Ces derniers peuvent ainsi au même moment disposer d’un cadre démocratique ouvert où ils peuvent s’exprimer librement et soumettre au débat les idées, critiques, suggestions et autres initiatives pour impacter positivement les politiques publiques et les institutions dédiées aux citoyens marocains établis à l’étranger et/ou aux immigrés au Maroc.

Voilà pourquoi, en souscrivant pleinement à cette démarche dans l’intérêt public , on insistera fortement sur le fait que cette approche privilégiée par le Ministre, dans la perspective d’établir des passerelles cognitives et collaboratives, ne devrait pas être dévoyée et parasitée, voir même abîmée et torpillée par d’aucun(s), à travers une manœuvre irrecevable et insoutenable, tendant à l’instrumentalisation et à la manipulation de l’information en particulier, en transformant la rencontre du 17 janvier 2018 en une parodie de concertation, qui prend même l’allure d’un mépris et dédain vis-à-vis des chercheurs et un affront à leur égard, contredisant l’ouverture prônée par le ministre. Où veulent-ils alors en venir?

Pour d’aucuns en effet, qui font du mensonge la matrice de leur démarche, il est problématique d’accepter et encore moins de soutenir des voix qui ne répondent pas à leurs «objectifs» celui de contourner le débat de fond de dépeindre la réalité toute en rose d’imposer une petite stratégie dictée par des considérations «tactiques» purement subjectives.

Disons-le tout net de manière responsable et avec la gravité requise. Tant que cette stratégie nationale globale, cohérente et intégrée, nécessaire au dossier des MRE ne sera pas élaborée méthodiquement comme il se doit et appliquée, on ne lâchera pas prise intellectuellement et politiquement. Les questions en suspens, qui ne sont nullement anodines ou mineures, ne se résoudront pas d’elles-mêmes si la volonté politique n’y est pas chez tous les acteurs concernés. A fortiori, si la dissimulation et la duperie tiennent lieu de politique chez d’aucun(s). Voilà pourquoi, on ne peut laisser perdurer cet état de fait ou le voir imposé comme une sorte de « fait accompli». Cette «adaptation» est intenable, inacceptable et insupportable et tout silence en la matière serait une complicité. Que chacun assume ses responsabilités. Pour nous, la vigilance et la veille doivent toujours être de mise. Étudier et dévoiler les incohérences et distorsions pour les corriger et éviter de plus graves dysfonctionnements demain, c’est être dans l’anticipation permanente.

Dans cet esprit, en tant que chercheur engagé de longue date de manière citoyenne et responsable dans le domaine des migrations et de la défense des droits des migrants, ici et là-bas, rappelons ceci. Sans se lasser et restant fidèle à nos convictions, à notre engagement et choix, on ne peut être qu’entier et intransigeant, en refusant de se plier à une manœuvre inacceptable. On ne peut dissimuler ses enjeux et minimiser ses conséquences fâcheuses. On ne peut pas ne pas témoigner sur ce qui s’est réellement passé le 17 janvier 2018 (lors de la deuxième réunion du ministère délégué chargé des MRE et des Affaires de la migration avec les universitaires et chercheurs en migration), et son «suivi» par d’aucuns du même département auprès de certains médias, comme nous l’avons analysé plus haut. Une situation fausse qu’on ne peut nullement accepter!

Invoquer ceci, n’est pas traîner en permanence un discours figé. On n’est pas dans une démarche bavarde à prendre comme de simples répétitions, ou redites. Tant qu’un problème n’est pas réglé, il faut le soulever, surtout si ceux qui sont chargés de le résoudre, font tout pour le contourner, voir pour le nier. En parler vrai dans le cadre du débat démocratique, quitte à bousculer, ne constitue pas une forme de surenchère, un «raidissement» excessif ou une « absence de souplesse »dans notre position. On ne peut nous faire adhérer au mensonge. On ne peut confisquer le débat de la sorte et le vider de sa substance, en prétendant que l’essentiel a déjà été fait. On ne peut nous enfermer dans un piège dont on ne peut se dégager. Tout comme on ne peut mettre hors jeu , la liberté de réflexion et de pensée. Rien de durable ni de crédible ne peut s’accomplir en dehors de cette exigence d’indépendance d’esprit, ce qui impose de notre point de vue, aux responsables institutionnels et politiques de veiller au respect et à la qualité d’un débat pluraliste .

En tant que lanceur d’alertes, on ne peut abandonner ou abdiquer notre liberté de jugement et de penser. On ne peut rentrer dans cette sorte de combinaison, se soumettre à cette manœuvre, se convertir à cette manipulation, rester neutre, marquer une distance certaine, prendre un net recul, garder le silence sur ce genre de pratiques fort nuisibles au climat de respect réciproque et de confiance mutuelle entre de vrais partenaires. Le dire franchement, sans détour et sans langue de bois, n’est pas être rebelle, frondeur, exprimer de l’agressivité, une recherche de perfectionnisme ou bien du négativisme, du nihilisme, formuler des hésitations, encore moins prôner l’abandon, le retrait ou le repli, fermer la porte à ce partenariat intellectuel pour l’action dans l’intérêt du pays.

Dans la présente contribution, il s’agit d’un débat d’idées et de critiques de pratiques publiques de gestionnaires publics du dossier des citoyens marocains établis hors des frontières nationales. À partir de faits vérifiés et contrôlables , le combat n’est nullement contre quelqu’un à titre personnel , mais il l’est pour l’amélioration substantielle des politiques publiques dédiées aux citoyens marocains établis à l’étranger , la promotion et la défense de leurs droits (sans oublier bien entendu les droits des immigrés au Maroc). Dans cet esprit, on ne se cantonne pas dans l’incantatoire ou le discours de dénonciation, mais on cherche à faire changer les choses, avec la volonté d’aller de l’avant, de transformer les critiques constructives en résultats concrets.

Notre démarche constitue en effet l’expression de la volonté forte d’adhérer à un cadre de concertation, de coordination et de partenariat scientifique pérenne et fructueux , engagé sur des bases solides, claires, honnêtes, dignes, loyales et partagées, surtout avec la nécessité pour tous de contribuer à une triple réussite.

En premier lieu, celle de la conception d’un nouveau modèle de développement pour le Maroc intégrant pleinement la question migratoire dans ses deux volets et toutes ses dimensions.

En second lieu, la réussite de l’Agenda Africain sur les Migrations qui constitue un apport constructif majeur du Royaume qui a honoré son engagement vis-à-vis de l’Union Africaine. Cet agenda interpelle également fortement le Maroc dans toutes ses composantes, dont la société civile ici et parmi la communauté des citoyens marocains établis à l’étranger, ainsi que les chercheurs en migration.

En troisième lieu, il s’agit de faire réussir la double échéance mondiale à Marrakech en décembre 2018 : celle du Forum Mondial Migration-Développement sous présidence conjointe maroco-allemande et celle de la tenue au Maroc, en application d’une résolution de l’Assemblée générale de l’ONU et en tant que pays facilitateur , de la Conférence internationale pour la signature du Pacte Mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Dans la même logique de cohérence, pour des raisons internes tout d’abord , mais compte tenu également du contexte et des échéances mondiales précitées , le Maroc se doit d’être un véritable exemple dans le domaine des migrations à tous les niveaux : législation, institutions, gouvernance, protection des droits des migrants ( Marocains résidant à l’étranger et immigrés au Maroc). Tous les précédents éléments ont fait l’objet de notre contribution intitulée «Agenda Africain sur la Migration : Quel impact sur les politiques migratoires marocaines ?», publiée dans les éditions d’«Al Bayane» du vendredi 3, 10, 17, 24 et 31 mars 2018, ainsi que celle en cours hebdomadairement depuis le vendredi 6 avril 2018.

DYNAMISER PAR LE CHEF DU GOUVERNEMENT LA COMMISSION INTERMINISTÉRIELLE SUR LES MIGRATIONS
Dans cette nécessaire mobilisation exceptionnelle et implication multidimensionnelle pour ce dossier qui devrait être prioritaire pour le Maroc, non seulement dans sa dimension multilatérale mais également dans sa dimension nationale, le rôle de la commission interministérielle présidée par le chef du gouvernement, chargée des affaires des MRE et des Affaires de la migration est très important pour organiser de manière méthodique cette prise en charge et se mettre à niveau.

Encore faut-il que sa composition soit élargie notamment aux syndicats les plus représentatifs, aux chercheurs en migration au niveau de toutes les disciplines concernées, aux ONGs de migrants (là-bas et ici).

Pour plus d’efficacité dans le traitement de ces dossiers complexes et en pleine mutation à l’échelle nationale, régionale et internationale, il paraît également nécessaire d’augmenter la fréquence de ses réunions : 4 réunions par an au lieu de 2 actuellement (une en juin-juillet pour les MRE , la seconde en décembre pour les Affaires de la migration ), en précisant d’ailleurs que la réunion prévue initialement en décembre 2017, a été «zappée», alors que paradoxalement, les questions à traiter sont visiblement nombreuses , très importantes et urgentes, nécessitant des réponses et des initiatives concrètes précises.

Plusieurs raisons plaident pour intensifier cette coordination indispensable :
  • Caractère transversal, interministériel et densité des deux dossiers de la migration pour le Maroc (MRE et immigration) qui nécessitent coordination , concertation et cohérence.
  • Leadership pris par le Maroc à l’Union Africaine en matière de migration au sens large, en la personne de S.M. le Roi Mohammed VI, et présentation dans ce cadre de l’Agenda Africain sur la Migration dont il s’agit d’organiser la concrétisation également au Maroc, dès que les modalités d’opérationnalisation de l’Agenda au niveau institutionnel, auront été arrêtées par les instances de l’UA. Le Maroc doit ainsi se préparera dés maintenant notamment à aider dans sa mission, le ou la futur(e) envoyé(e) spécial(e) de l’UA pour la migration, qui sera principalement chargé(e) de coordonner les politiques de l’Union dans ce domaine et de collaborer avec les États membres pour mettre en œuvre l’Agenda Africain pour la Migration.
  • Présidence Maroc-Allemagne du Forum Mondial Migration-Développement, et signature finale au Maroc du Pacte Mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, dont la phase III, celle des négociations intergouvernementales à New York, s’étalera du 20 février à fin juillet 2018; cette double échéance est une opportunité pour le Maroc de se mettre à niveau à tous les niveaux concernant le dossier migratoire au Maroc au sens large, ce qui nécessite une série de mesures et d’arbitrages ainsi qu’un suivi de près par le chef du gouvernement;
  • Le Maroc doit se préparer également de manière sérieuse pour le Pacte Mondial sur les Réfugiés (le processus bien différent de celui suivi pour le Pacte sur les Migrations, se déroule fondamentalement à Genève).
  • Dans le cadre du dossier de demande de l’adhésion du Maroc à la CEDEAO, se préparer notamment à réunir les conditions de mise en œuvre (après une période de transition la plus courte possible) du Protocole de 1979 sur la libre circulation des personnes, le droit de résidence et d’établissement et de l’élimination de toutes les entraves dans ce domaine.
  • Opérationnalisation du programme du gouvernement en matière de MRE et d’affaires de la migration.
Tout ceci plaide pour une mise à niveau à tous les niveaux dans le domaine migratoire (et de l’asile) à fin 2018 sachant qu’après il est attendu que ces événements mondiaux donnent lieu à des suites et à des perspectives nouvelles avec une dynamique.

Il importe en conséquence de garder par le ministère délégué chargé des MRE et des Affaires de la migration, la volonté institutionnelle d’ouverture sur les chercheurs en migration et la dynamiser sur des bases consensuelles pour assurer la durabilité de ce partenariat et aboutir à des résultats probants. L’objectif est de réaliser une œuvre collective, solidaire et collaborative, s’appropriant les vertus de l’engagement citoyen, dans une éthique de la responsabilité partagée, en laissant toute la place au dialogue constructif.

Dans cet esprit, la mise en place d’un groupe informel conjoint de coordination et d’échange (ministère délégué-chercheurs en migration), serait souhaitable pour organiser, gérer et suivre le partenariat scientifique entre les deux parties, en particulier en prévision de la double échéance internationale de décembre 2018 à Marrakech, mais aussi pour l’opérationnalisation par le Maroc, de l’Agenda Africain pour la Migration.

En terme de priorité des priorités au niveau de la politique générale du ministère délégué, à quand, sans esquive, une véritable stratégie nationale globale, cohérente et intégrée relative aux citoyens marocains établis à l’étranger, qui donnerait du sens aux politiques publiques multidimensionnelles marocaines en ce domaine !? Il est devenu plus qu’impératif d’accorder un intérêt extrême au traitement concret et effectif de cette problématique. Il s’agit de reconnaître la centralité de la question de la stratégie pour toutes les politiques migratoires et de la prendre nécessairement en compte. Encore une fois et encore, l’action publique multidimensionnelle et pluri sectorielle en la matière, est à encadrer par la stratégie en ce domaine.

On ne règle pas des problèmes structurels, on ne sort pas de la confusion et du manque de clarté qui entoure le traitement du dossier MRE, et on n’anticipe pas ce qu’il y a lieu d’entreprendre par de simples procédés ou artifices de «com» !!! On ne fait pas une politique efficiente par la manipulation de la langue, l’arrangement et l’instrumentalisation du vocabulaire, en désignant «stratégie nationale MRE», ce qui ne l’est pas réellement !!!

EN GUISE DE CONCLUSION GÉNÉRALE
On ne saurait conclure ces réflexions et propositions pour l’action, sans faire référence à nouveau à l’Agenda Africain sur la Migration pour lequel la convergence des efforts devrait être entreprise au Maroc pour sa pleine réussite. Dans cet Agenda qui concerne tous les pays membres de l’institution panafricaine, y compris bien entendu le Maroc, et même s’il n’est pas contraignant juridiquement, l’accent a été mis notamment sur la nécessité pour chacun des pays africains de disposer d’une stratégie nationale dans le domaine migratoire couvrant les deux volets : immigration étrangère et émigration vers l’étranger de ses propres ressortissants, en prenant en compte «le caractère global et transversal de la question migratoire ainsi que ses différentes dimensions et implications».

Dans la troisième partie du document intitulée «vers une approche africaine cohérente et la question migratoire», on peut lire notamment ce qui suit au point 50 de l’Agenda, pages 16 et 17 :

«la migration requiert un haut degré de coordination , ainsi qu’une réponse multidimensionnelle qui se décline de la manière suivante (…) :

a.Une réponse globale qui prend en considération l’ensemble des dimensions du phénomène migratoire (…)

b.Une réponse holistique et intégrée (…)

f.Une réponse inclusive qui intègre l’ensemble des parties prenantes et des acteurs de la société civile , y compris les migrants et les diasporas , le secteur privé , les parlementaires , les collectivités territoriales et les institutions nationales des droits de l’Homme (…) ».

Plus loin à la page 19, au point 57, l’Agenda revient sur la thématique dans une conception plus large, en y incluant les chercheurs en migration : «Les stratégies nationales africaines sur la Migration doivent répondre à une approche pangouvernementale et pan-sociétale, qui associe l’ensemble du gouvernement et de la société en impliquant non seulement la participation de tous les ministères concernés, les collectivités locales, mais également de la société civile et du secteur privé, des diasporas , des Institutions Nationales des Droits de l’Homme, des milieux universitaires et des autres acteurs agissant dans le domaine de la migration».

(FIN)

Rabat, le mardi 3 avril 2018

Abdelkrim Belguendouz
(Universitaire et chercheur en migration)




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top