Il fallait/il faudra revenir à Abdellatif Laâbi, comment il fut témoin d’évolutions durement acquises, des audaces du combat. Contre l’obscurité des murs et ce qu’il sait de la soif des mots.



Comment parler sans trembler, contenir le long parcours d’un homme, évoquer ses refus, sa conscience. Paru en juin 18, l’Espoir à l’arraché constitue une nouvelle raison de lire. Une ressource pour le poème. Le livre s’offre à toutes les lectures, pas d’ordre ni de chronologie. Parfait oubli d'un plan au profit d’une montée progressive constituée par chaque lecteur dans sa marche à lire : de cette forme qui donne à cueillir en recueils où piquer et repiquer, la poésie qui s’effeuille.
Les religions
m'ont toujours profondément ennuyé
Faute de les pratiquer
j'en ai fréquenté les textes :
des romans


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top