“Pour chaque train arrivé à l’heure, deux trains sont en retard”. C’est ce que démontre un internaute dans une vidéo publiée au soir du jeudi 18 octobre, suite à l’accident de Bouknadel qui a fait 7 morts et 125 blessés, révèle le Desk
“J’ai trouvé des failles dans le système informatique de l’ONCF et j’ai commencé discrètement à récupérer des données relatives aux retards de trains”, raconte dans la vidéo le hacker anonyme, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous. 

En 7 mois, le hacker dit avoir ainsi réussi à collecter plus de 370.000 données de la base de l’Office National des Chemins de Fer (ONCF). “Ce que j’ai découvert fait peur”, déclare le hacker. Ce dernier affirme que l’ONCF possède des techniques très avancées pour calculer avec précision les retards de chaque train. D’après ses calculs, les trains en retard peuvent représenter 60 à 80% des trains. “Le taux de retard peut même atteindre les 100% dans quelques gares, comme celles de Benguerir. D’autres trains comme celui en direction de Oujda peut connaître des retards de 5 heures”, s’indigne-t-il.


Le hacker a rendu public toutes les données volées de l’ONCF en créant une plateforme de calcul des retards, “Oncf.tk”, encore en version bêta. Le site du hacker répertorie non seulement les retards des trains pour les trajets déjà effectués, mais fournit également les prévisions de retard pour les trajets à venir.


“Arrêtez de jeter l’argent par les fenêtres pour des projets, simplement pour donner l’image que vous êtes avancés [...] Soyez à l’écoute des Marocains lorsqu’ils se plaignent”, conclut le hacker.

En 2015, le ral-le-bol des passagers avait donné lieu à plusieurs sit-in dans les gares. En 2018, des manifestations spontanées avaient été organisées avant d’être dispersées par les forces de l’ordre.

Les travaux du projet de Ligne à grande vitesse (LGV) ont également causé plusieurs perturbations du trafic ferroviaire et d’importants retards, et parfois des suppression de trains.

Par ailleurs, concernant l’accident de Bouknadel, l’ONCF a reconnu au lendemain du drame avoir été prévenu par certains passagers de secousses ressenties lors de leur trajet de Rabat à Kénitra au niveau de la gare de Sidi Tibi, qui se trouve à 10 kilomètres de Bouknadel. L’office national affirme que des examens ont été effectués sur le train, prolongeant son arrêt en gare de Kénitra, tout en ajoutant que “ces observations ont confirmé l’absence de défaut ou de dommage significatif”. 





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top