Le bureau exécutif de l'Organisation démocratique du travail (ODT), exprime une vive préoccupation et profonde tristesse face à l’incident tragique, qui a couté la vie à la jeune étudiante marocaine et ayant blessé d'autres migrants marocains à bord d’une embarcation clandestine puissante rapide « Go fast » pilotée par un individu de nationalité espagnole, qui refusait de se conformer aux avertissements de la marine marocaine. 

L’Organisation démocratique du travail Maroc, estime que ce regrettable incident est sans précédent dans l'histoire du Maroc. Notamment en ce qui concerne les migrants clandestins utilisant des petites embarcations traditionnelles « pateras » poussés par l’une des pires crises économiques, politiques, sociales et morales qu’a connu le pays, depuis que le PJD parti dit islamiste est au pouvoir. 

Tous les indicateurs de développement sont au rouge, la pauvreté multidimensionnelle, le chômage galopant de longue durée et la marginalisation créent un sentiment de frustration collective chez les jeunes et le manque de confiance dans les promesses du gouvernement. 

Cependant, le Maroc est considéré comme l'un des rares pays arabo-africain à adopter, il y a quelques années, une approche politique authentique, intégrée, humanitaire et solidaire vis-à-vis des migrants sur son sol, impulsée et prônée par SM le Roi. 

Politique qui protège leurs droits et préserve leur dignité, en créant pour eux les conditions appropriées pour s’établir, travailler et vivre dignement au sein de la société. 

Qui vise à déconstruire les préjugés et les stéréotypes, qui ignorent les besoins légitimes des migrants. Car les migrants sont aussi des acteurs de développement du pays qu’ils soient émigrés ou immigrés. 

C’est dans ce cadre que s’inscrivent les deux grandes opérations exceptionnelles de régularisation des migrants et des demandeurs d’asile menées entre 2014 et 2016 au Maroc. 86% des demandes de régularisation administrative ont été satisfaites, pour notamment les africains subsahariens et les syriens, suivi en plus d’un assouplissement très large des critères d’éligibilités pour les femmes et les enfants préconisé par la commission nationale de recours et de suivi présidée par le conseil national des droits de l’homme et dont l’organisation démocratique du travail fait partie, outre que le relèvement de la durée minimale de la carte de résidence. 

Par ailleurs le Maroc poursuit des actions d’intégrations économiques sociales et culturelles en faveur des migrants en dépit des carences dont sa population souffre, faute de bonne gouvernance et le manque de transparence. 

C’est dans ce contexte que le Maroc a eu le mérite d’une véritable reconnaissance et de respect de la communauté internationale et de l’union africaine. C’est grâce à ses initiatives louables et courageuses dans le traitement et la gestion positive de la question migratoire (pays d’accueil et de transit vers l’eldorado européen), que le Maroc a eu cette distinction de la part de l’Assemblée Générale des Nations Unies qui l’a désigné, pour abriter la Conférence Internationale sur la Migration en décembre 2018, à Marrakech au cours de laquelle sera adopté le Pacte Mondial pour “des Migrations Sûres, Ordonnées et Régulières“ et sera co-présidée par SM le Roi et la présidente de la fédération Allemande. 

L'Organisation démocratique du travail (Odt), seule centrale syndicale reconnue pour ses luttes pour la préservation et le respect des droits des travailleurs- es migrants -es et leurs familles, selon la convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille du 18 décembre 1990 entrée en vigueur en 2003. Et les conventions de l'Organisation internationale du travail (nº97 et nº143) sur les travailleurs migrants; la recommandation nº151 sur les travailleurs migrants ratifiées par le Maroc. 

Certes l’Odt ne ménage aucun effort de lutte et de combat contre toutes les formes d'exploitation, de discrimination, de racisme, de xénophobie et des violations des droits des migrants. Créant en son sein un syndicat des migrants (odt-i) crédible et militant, qui est devenu une organisation très représentative de la communauté des migrants au Maroc particulièrement africains et ce en collaboration avec d’autres associations des migrants notamment la plateforme des associations et communautés subsahariennes au Maroc. 

L'organisation démocratique du travail renouvelle également ses positions de refus total quant à l'approche Sécuritaire ou de jouer le rôle de gendarme pour protéger les frontières européennes. Les nouvelles tentatives de création de centres de détention des migrants refoulés des pays européens vers les pays du Maghreb, sont inacceptables et inadmissibles sachant que l’émigration clandestine collective restera vivante aussi longtemps que les jeunes sont au chômage et marginalisés dans leur pays. Ils s’aventureront dans les embarcations toute en sacrifiant leur vie au cœur de la Méditerranée. 

Par conséquent il n’y a pas d’autres alternatives et de solutions objectives, sûres, efficaces, durables et pérennes que de révisions politiques et économiques globales. Des réformes structurelles réelles et profondes de l’économie marocaine et la lutte contre la corruption, le détournement des deniers et des biens publics et de mettre fin et couper court avec les politiques macro-économiques excessives imposées par la Banque mondiale responsable des tragédies, de soulèvements populaires et de sous développement des pays africains trop endettés comme le Maroc, au profit des multinationales et des bailleurs de fonds. D’où la nécessité d’adopter un nouveau modèle de développement et un modèle économique basé sur la moralité, la solidarité sociale et visant la justice sociale, la lutte contre la pauvreté et le chômage et la réduction des disparités sociales et des classes, la répartition équitable des richesses et prioriser l'éducation publique comme véritable priorité nationale de qualité démocratique et gratuite pour tous. 

Enfin, l’odt réclame une enquête sérieuse sur l’incident, la prise en charge des migrants blessés et leur indemnisation, et invite les autorités marocaines compétentes à prendre toutes les mesures décisives et immédiates pour prévenir et criminaliser la traite des êtres humains et que l’Europe aide les pays africains dans leur développement durable par des investissements rentables, la démocratie et la stabilité politique. 

Ali lotfi 
SG odt MAROC 




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top