Des chansons comme « Ya Rayah » ou la reprise de « Douce France » symbolisaient sa musique, mélange d’influences algériennes, de rock, de punk et d’electro. Il est mort dans son sommeil à 59 ans.

Le chanteur Rachid Taha est mort dans la nuit de mardi 11 à mercredi 12 septembre d’une crise cardiaque dans son sommeil, à son domicile de la région parisienne, a fait savoir sa famille dans un communiqué. Il avait 59 ans.
« Son fils Lyes, sa famille, ses proches, tous ses amis et son label Naïve ont le regret et l’immense tristesse d’annoncer le décès de l’artiste Rachid Taha, survenu cette nuit suite à un arrêt cardiaque à son domicile des Lilas. »
Plusieurs personnalités du monde de la culture lui ont rendu hommage. « Rachid Taha était un grand artiste, mon ami et mon frère, il sera dans mon cœur pour la vie », a écrit sur Twitter le chanteur Axel Bauer. « RIP l’ami », a écrit Le producteur Pascal Nègre, évoquant les « fêtes, discussions, rires jusqu’à la fin de la nuit ». L’ancien ministre Jack Lang a salué un « artiste à la fois créatif et atypique. Il était l’esprit de cette France arc-en-ciel et tolérante ».

L’emblématique reprise de « Douce France »
Rachid Taha était une des personnalités fortes et attachantes de la scène rock hexagonale depuis ses débuts, en 1981, avec le groupe Carte de séjour, qu’il avait formé à Lyon avec quatre autres musiciens. Incarnant la jeune génération des années 1980, le groupe participa notamment à la fameuse marche pour l’égalité et contre le racisme en 1983.

Né en Algérie, près d’Oran, arrivé en Alsace à l’âge de 10 ans, Rachid Taha aimait construire des ponts entre les cultures. En 1986, il reprenait avec son groupe la chanson Douce France, de Charles Trenet, en faisant l’hymne d’une jeunesse française métissée et tolérante.

Pour lutter contre les lois Pasqua visant à réglementer l’immigration, Carte de séjour alla jusqu’à distribuer ce single aux députés à l’Assemblée nationale. Cette chanson fut aussi celle des meetings de la campagne présidentielle de François Mitterrand en 1988.


« Ya Rayah », tube intergénérationnel
Se produisant en solo à partir de 1989, Taha, qui a grandi avec le punk et le rock, ne cessa par la suite d’y être fidèle, tout en les infusant de musique orientale, comme avec sa reprise de Rock the Casbah, de Clash.

Il sort en 1997 un tube transgénérationnel, une reprise de Ya Rayah, hymne des immigrés algériens composé par l’idole du chaâbi, Dahmane El-Harrachi (1925-1980). Un genre musical qu’il affectionnait : « J’ai découvert le chaâbi à la radio, puis par les Scopitone dans un bar à côté d’où l’on habitait, en Alsace, avec mes parents, racontait Rachid Taha en 2017. C’est un peu notre Jack Kerouac à nous, de manière plus orientale ou désorientée. »


En 1998, année de fierté black-blanc-beur, c’est le succès de 1, 2, 3, soleils, réunissant Rachid Taha, Khaled et Faudel.

Pour la sortie de son dernier album, Zoom, en 2013, le chanteur électrise le Trianon à coups de sons traditionnels et électroniques, de métissages punk, jamaïcains et electro. Quatre ans plus tard, il rend hommage au chaâbi le temps d’un concert à l’Institut du monde arabe.

En 2016, il reçut une Victoire de la musique pour l’ensemble de sa carrière, avant de créer le projet CousCous Clan avec Rodolphe Burger. Il s’apprêtait à sortir chez Believe un nouvel album, dont le premier morceau devait s’intituler Je suis africain.








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top