Najib Bencherif, journaliste à la chaîne TV Al Arabiya (Emirats Arabes Unis, EAU) et installé à Dubaï, s’exprime sur le profil de la communauté MRE résidant dans le Golfe, analyse son comportement et sa relation avec le Maroc.

Yabiladi : Comment présenteriez-vous la communauté MRE installée dans le Golfe ?

Najib Bencherif : C’est une communauté relativement jeune dont la moyenne d’âge se situe dans la fourchette 30 / 35 ans. D’après les statistiques officielles, près de 30 000 MRE sont domiciliés dans le Golfe. Cette communauté est composée essentiellement de cadres supérieurs qui exercent dans les domaines de la finance, cercles d’affaires ou encore dans l’hôtellerie. Globalement, le regard porté par les populations locales sur cette communauté est positif.

C’est plus facile lorsque l’on a 0% de chômage d’intégrer des populations étrangères, non ?

C’est surtout plus simple d’intégrer des compétences hautement qualifiées et qui répondent au besoin d’une économie très dynamique. Je prendrai comme exemple le secteur de l’hôtellerie. Il faut savoir que les MRE sont très prisés par les opérateurs de ce secteur. Ils sont bien formés, sérieux et surtout très compétents. Globalement, les Marocains jouissent d’une très bonne cote auprès des acteurs économiques locaux.

Dès lors, comment expliquez-vous que certains médias marocains associent MRE du Golfe à prostitution, débauches,…?

C’est très regrettable voire déplorable. C’est injuste d’associer l’ensemble de la communauté marocaine installée dans le Golfe à l’exploitation sexuelle. Pour information, 50 % des MRE, femmes, sont actives au sein de la sphère économique. On ne doit pas être réducteur au nom d’un populisme sans nom. Si des personnes s’adonnent à la prostitution, elles ne sont pas exclusivement marocaines et elle représentent une infime minorité. Une certaine presse devrait arrêter d’entretenir certains clichés. Une fois de plus, car c’est injuste et terrible.

En qualité de membre du CCME, quel bilan tirez-vous des 3 premières années d’exercice ?

Un bilan positif. Le CCME a permis de mettre en relief la communauté MRE sous ses différents aspects et caractéristiques auprès des opinions publiques et des médias grâce à l’organisation de nombreux colloques, conférences, séminaires où des thèmes aussi divers que variés ont été abordés. On a parfois été l’objet de critiques du genre, «le CCME n’est qu’un bureau d’étude». Je répliquerai que c’est la meilleure critique qui pouvait être faîte. En effet, il n’y a pas plus bel éloge pour l’institution car notre principale mission, c’est de faire des études, établir des rapports et soumettre des propositions à SM le Roi.

Lors du colloque dédié aux sportifs MRE, en juillet dernier, il a été question des sportifs MRE évoluant dans le Golfe. Quelle lecture faîtes-vous des MRE qui s’exportent dans cette région du monde ?

Plusieurs raisons conduisent des sportifs marocains à rejoindre le Golfe. Des raisons financières car ces pays proposent des offres alléchantes et sociales car certains sportifs marocains souffrent, selon eux, d’un manque de reconnaissance. L’autre raison est purement sportive. En effet, des sportifs sont convaincus qu’en obtenant la nationalité du pays de résidence, cela leur donne la possibilité de participer à des compétitions internationales comme les Jeux Olympiques. Le Qatar, le Bahreïn ont opté pour une politique sportive agressive afin de positionner leur pays sur la carte du monde. Et pour cela, ils sont prêts à «recruter» à n’importe quel prix. Le «hic», c’est lorsqu’un sportif «étranger» remporte une médaille, comme ce fut le cas de l’athlète marocain Raschid Ramzi, les médias nationaux se déchaînent. Ce qui n’est pas le cas lorsque un sportif marocain, établi en Europe, s’illustre dans des compétitions internationales, en défendant les couleurs du pays de résidence. Pour les médias nationaux, un sportif MRE qui s’illustre dans le Golfe est un mercenaire. C’est faire preuve d’ingratitude. Après l’acharnement médiatique sur les filles, c’est au tour des sportifs d’être victime du lynchage médiatique.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top