Alors que ma journée autour de ce blog semblait finie… j’ai pensé à proposer une simple fiche d’information pour faire indiquer quand et où la population mondiale croît, stagne et/ou diminue. 

Cet article décompose le monde en quatre catégories de pays basées sur leur revenu national brut (RNB) par habitant selon la Banque mondiale. Les catégories sont celles des riches, des classes moyennes hautes, des classes moyennes et des pauvres. Chaque catégorie est subdivisée en fonction des données de la population de l’ONU montrant les enfants (0-14 ans), les jeunes (15 à 44 ans) et les plus âgés (45+ ans). Les estimations de la population jusqu’en 2050 sont basées sur les variantes moyennes de l’ONU (qui continue à surestimer la croissance réelle).

Ce qui devrait être apparent, c’est que les populations qui consomment près des trois quarts de l’énergie et des exportations mondiales ont décliné et/ou vont bientôt diminuer… et continueront à diminuer indéfiniment. La croissance actuelle et future parmi les pauvres et les personnes âgées ne sera tout simplement pas en mesure de changer la donne, du point de vue de la croissance. Faites de cela ce que vous voulez si vous envisagez d’investir à « long terme » et l’inévitabilité (selon la sagesse conventionnelle) de l’appréciation des actifs sur le « long terme ». 

Mais d’abord, un coup d’œil sur les taux de fécondité des quatre groupes de nations de 1950 à 2015 et les estimations de l’ONU jusqu’en 2050 (taux de fécondité égal à 2,1). La décélération partout devrait être évidente. 


Les pays à revenu élevé représentent 1,2 milliard d’habitants sur 7,6 milliards (en 2018) et consomment environ 45% à 50% de l’énergie terrestre et des exportations. Les économies avec un revenu national brut (RNB) de 12.500 dollars par habitant et plus sont considérées comme ayant des « revenus élevés » avec 80.000 dollars par habitant en Suisse et 58.000 dollars par habitant aux USA, tandis que la Croatie rate ce groupe avec 12.400 dollars par habitant. Le tableau ci-dessous montre les pays à revenu élevé selon les tranches d’âge (de 0 à 14 ans, de 15 à 44 ans et de plus de 45 ans). 

La population jeune a culminé en 1970 à 230 millions et a diminué de 34 millions (moins 15%) depuis ce sommet. Une estimation donne une stabilisation jusqu’en 2050.

La population en âge de procréer (15-44 ans) a atteint un sommet en 2009 et a baissé de 10 millions (moins 2%) depuis ce sommet. Une estimation donne une baisse de 30 millions de personnes supplémentaires (une diminution supplémentaire de 6%) d’ici à 2050.

La population de 45+ ans a plus que doublé (+ 210%) et est plus importante de 280 millions depuis 1970, lorsque la population des jeunes a atteint un sommet. Une estimation donne une augmentation de 120 millions d’ici 2050.


Si on décompose la population âgée de 45+ … de 45 à 64 ans par rapport aux 65+ ans, à l’évidence, toute la croissance à partir de maintenant se situe parmi la population âgée de 65 ans et plus, tandis que la population âgée de 45 à 64 ans est en phase de déclin. Compte tenu de la baisse des revenus et des habitudes de dépenses de la population âgée de 65 ans et plus (réduction de 50% au moment où le chef de famille a 75 ans ou plus), cela représente un énorme déficit pour l’activité économique. 


Les pays à revenu intermédiaire supérieur représentent 2,6 milliards et consomment plus de 30% de l’énergie et des importations mondiales. Cela comprend des économies allant de 4 000 à 12 000 dollars du RNB par habitant, y compris la Chine, la Turquie, le Brésil, le Mexique et la Russie. Voici les populations des pays à revenu moyen supérieur, par tranche d’âge: 

La population jeune a culminé en 1991 et a diminué de 110 millions (moins 17%) depuis ce sommet. Une estimation donne une baisse d’encore 95 millions (moins encore 17%… une baisse totale de 31%) d’ici 2050.

La population en âge de procréer (15-44 ans) a atteint un pic en 2009 et a diminué de près de 60 millions (moins 5%) depuis ce sommet. Une estimation donne une baisse d’encore 180 millions ou 15% supplémentaires d’ici 2050.

La population de 45+ ans a plus que triplé (+ 353%) et elle est plus important de 670 millions depuis 1970. Une estimation donne une croissance d’encore 420 millions d’ici 2050 (culminant essentiellement d’ici 2050).


Si on décompose les 45 ans et plus en celle de 45 à 64 ans et celle 65+ ans, la population âgée de 45 à 64 ans atteindra un sommet au milieu des années 2030 et toute la croissance de la population à partir de ce moment sera parmi les plus anciennes. 


Les pays à revenu intermédiaire inférieur représentent 3,1 milliards de personnes et consomment environ 15% de l’énergie et des exportations mondiales, y compris l’Inde, l’Indonésie, le Pakistan, le Bangladesh et l’Égypte. Les économies moyennes inférieures ont un revenu national brut (RNB) de 4 000 à 1 000 dollars par habitant. Voici ci-dessous les populations, par tranches d’âge : 

La population jeune a presque doublé depuis 1970 +460 millions (+ 180%) mais est très proche de son sommet et devrait « seulement » augmenter de 40 millions de plus (4%) jusqu’en 2050.
La population en âge de procréer (15-44 ans) a augmenté de +960 millions et a presque triplé depuis 1970, mais la croissance décélère actuellement et devrait continuer de croître de + 390 millions d’ici 2050, mais en raison de la baisse rapide des taux de fécondité, on estime que cela n’aura que peu d’impact sur la population de jeunes.

La population de 45+ ans a plus que triplé (+ 345%) et elle est 490 millions plus grande depuis 1970. On estime qu’elle fera encore plus que doubler (+760 millions) d’ici 2050.


Les pays à faible revenu ne représentent que 700 millions de personnes et consomment peut-être aussi peu que 5% de l’énergie et des exportations mondiales… Ce sont principalement des populations de pays d’Afrique subsaharienne mais aussi en Afghanistan et en Haïti. Ces régions qui représentent la grande majorité de la croissance démographique entraînent une croissance minime de la consommation d’énergie, de la consommation à l’exportation (produits de base) ou de l’activité économique mondiale… telle est la pauvreté et le manque de pouvoir d’achat. Les pays à faible revenu ont des économies dont le RNB par habitant est inférieur à 1 000 dollars. Voici ci-dessous les populations par tranches d’âge : 

La population jeune a augmenté de 200 millions (ou plus que triplé) depuis 1970 et augmentera encore de 170 millions (soit 159%) jusqu’en 2050.

La population en âge de procréer (15-44 ans) a augmenté de +260 millions depuis 1970 et est encore en croissance de +350 millions d’ici 2050.

La population de 45+ ans a plus que triplé (+ 345%) et elle est plus importante de 230 millions depuis 1970. On estime qu’elle fera encore plus que doubler (+350 millions) d’ici 2050.


Conclusion 
Ceux qui sont curieux de savoir ce que sont les bulles financières de 2001, 2008 et d’aujourd’hui… c’est la réaction au taux d’intérêt et l’incitation à la dette liée à l’évolution de la démographie et à la croissance de la population. Ceux qui sont curieux de la guerre commerciale actuelle et des guerres de devises en cours… encore une fois, il s’agit de se battre pour ce qui est maintenant un gâteau mondial de plus en plus faible de consommateurs parmi ceux qui ont la capacité de consommer. Les avantages de la mondialisation ont suivi leur cours et une action d’arrière-garde est en cours pour maintenir l’accès aux économies de premier et de deuxième rang du monde qui se rétrécissent. Ce paysage changeant doit faire partie de la stratégie pour ceux qui cherchent à maintenir l’épargne durement gagnée et la richesse dans un environnement totalement différent de celui qui existait auparavant dans l’histoire moderne. 

Chris Hamilton
Source
raduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone







0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top