La conquête du Golfe 1/2 
Du désert aux cités vertes. Des villages de pêcheurs aux villes-mondes. Du commerce de la perle au capitalisme financier… Les émirats ont connu une transformation unique lorsqu'ils ont découvert que la fortune gisait sous leurs pieds, il y a près d'un demi-siècle. 

Avec des ressources pétrolières et gazières pharaoniques, le Qatar, les Émirats arabes unis et, dans une moindre mesure, le Koweït sont parvenus depuis les années 1970 à renverser le rapport de force séculaire avec l'Occident. Mais leur avenir est sans cesse menacé par l'instabilité du Golfe – où trois guerres ont éclaté en près de trente ans – alors que leurs populations, ultraminoritaires dans leurs propres territoires en raison de l'immigration massive, restent à l’écart du pouvoir réel. Les riches images d'archives, prises de vue spectaculaires et entretiens approfondis, notamment avec des historiens émiratis, proposent un éclairage inédit sur la réalité contradictoire de ces micro-États qui voudraient dominer le monde.



Premier épisode
Au début du siècle passé, les émirats sont des terres sans frontières, peuplées de tribus nomades. Leurs habitants dépendent déjà d'une ressource rare et convoitée : les perles, qui leur permettent de vivoter… jusqu'à l'entre-deux-guerres. À partir de 1929, le marché perlier s'effondre, engendrant famine et misère. Les émirats se vident. Mais très vite, un nouveau trésor surgit du Golfe, l'or noir. Les premiers forages pétroliers démarrent en 1940, mais il faut attendre les années 1960 pour que les émirats prennent place parmi les grands producteurs de pétrole. Quelques hommes initient ce tournant, au premier rang desquels le charismatique cheikh Zayed, émir d'Abu Dhabi. En 1968, après le retrait des Britanniques, il parvient à convaincre cinq de ses pairs de fonder les Émirats arabes unis, pour peser face aux mastodontes iranien et saoudien. En 1973, le premier choc pétrolier accélère les transferts de richesses des pays développés vers les membres de l’Opep. Les émirats connaissent alors un essor économique fulgurant, à l'origine d'une véritable métamorphose. 

La conquête du monde 2/2 
Micro-États, le Qatar et les Émirats arabes unis, Abu Dhabi et Dubaï en tête, se rêvent en géants politiques autant qu'économiques. Ce documentaire captivant explore de l'intérieur leur histoire et leur présent. Ce second volet raconte comment ces nations à peine constituées ont réussi en quelques décennies à devenir puissantes et incontournables sur la scène internationale. 



Du désert aux cités vertes. Des villages de pêcheurs aux villes-monde. Du commerce de la perle au capitalisme financier… Les émirats ont connu une transformation unique lorsqu'ils ont découvert que la fortune gisait sous leurs pieds, il y a près d'un demi-siècle. Avec des ressources pétrolières et gazières pharaoniques, le Qatar, les Émirats arabes unis et, dans une moindre mesure, le Koweït sont parvenus depuis les années 1970 à renverser le rapport de force séculaire avec l'Occident. Mais leur avenir est sans cesse menacé par l'instabilité du Golfe – où trois guerres ont éclaté en près de trente ans – alors que leurs populations, ultraminoritaires dans leurs propres territoires en raison de l'immigration massive, restent à l’écart du pouvoir réel. Les riches images d'archives, prises de vue spectaculaires et entretiens approfondis, notamment avec des historiens émiratis, proposent un éclairage inédit sur la réalité contradictoire de ces micro-États qui voudraient dominer le monde.

Deuxième épisode
Pays carrefours, nations à peine constituées, régimes autoritaires et novateurs à la fois, les Émirats arabes unis et le Qatar ont construit en quelques décennies de puissants États, devenus incontournables sur la scène internationale. Charnières entre l’Asie, l’Afrique et l’Occident, ils s’affrontent dans une course effrénée pour la prééminence régionale. En vitrine, ils exposent de grands projets de musées et d’universités, des cités modèles "zéro carbone", des manifestations culturelles ou sportives de classe mondiale. Leurs dirigeants rêvent d'incarner un nouvel âge d’or du monde arabe. Frédéric Compain nous permet de comprendre de l'intérieur l'ampleur de leurs ambitions, tout en pointant ce qui les limite : archaïsme politique, diplomatie illisible, ou exploitation de la main-d'œuvre étrangère… 






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top