"Louange à Dieu‎
‎La prière et la paix sur le Prophète, Sa Famille et Ses Compagnons
Nous commémorons aujourd'hui le glorieux anniversaire de la révolution du ‎Roi et du peuple, un événement hautement symbolique, tant il incarne les ‎valeurs de patriotisme et de sacrifice ayant présidé au recouvrement de la ‎souveraineté et de l'indépendance nationales, et à l'édification d'un Maroc ‎libre et prospère dans le cadre d'une monarchie constitutionnelle, ‎démocratique et sociale. ‎

Aujourd'hui, et dans la conjoncture où nous vivons, il est impératif que ‎nous nous inspirions de l'esprit et du sens profond que recouvre cette ‎commémoration pour faire des prochaines échéances électorales une étape ‎fondamentale dans le processus de consolidation de la démocratie et un atout ‎majeur à même de nous permettre de relever les défis que pose l'environnement ‎régional et international qui nous entoure.‎

Que le citoyen porte un choix libre et conscient sur ceux qui sont appelés ‎à gérer les affaires publiques en son nom, voilà la règle d'or de toute ‎démocratie. C'est dire que les élections constituent un véritable test à ‎l'aune duquel se mesure la citoyenneté. En effet, c'est par celle-ci que ‎s'expriment le sens du devoir et des responsabilités ainsi que la volonté de ‎s'impliquer activement et efficacement dans la vie politique, conformément à ‎l'une des règles de base de toute démocratie.‎

Ainsi que tu le sais, cher peuple, l'élite qui a en charge la gestion de ‎tes affaires se trouve dans les postes de commande soit parce qu'elle a fait ‎l'objet d'une désignation, soit parce qu'elle est issue d'une élection. Les ‎responsables désignés sont choisis selon des normes précises et sont ‎révocables s'ils viennent à faillir à leur mission. En revanche, l'élite ‎émanant d'élections se distingue par les vastes prérogatives qu'elle détient ‎suite à l'élargissement des compétences des conseils représentatifs et par la ‎nécessité d'attendre la fin du mandat de ces élus qui s'étale sur des années ‎avant de pouvoir les récompenser ou les sanctionner.‎

Si, pour ce qui concerne les hauts responsables que J'ai la charge de ‎nommer à leurs postes, Je suis soucieux de choisir les meilleurs éléments pour ‎les mettre à ta disposition et à ton service, de même, J'attends des électeurs ‎qu'ils s'attachent, eux aussi, à choisir également les meilleurs éléments, ‎ceci afin que les institutions représentatives constituent un solide appui ‎pour les instances exécutives. J'appelle donc tous les citoyens à faire en ‎sorte que les élections soient un moment fort et montrent à quel point les ‎Marocains se sont imprégnés des valeurs de démocratie et de liberté, et des ‎vertus de la modération, de la tolérance et du respect de la loi. Je tiens, à ‎cet égard, à rendre hommage au rôle important que joue la société civile pour ‎consolider et ancrer les valeurs de citoyenneté active et efficiente ; et ‎J'engage, à cette occasion, les différents organes d'information à mobiliser, ‎pour ce noble objectif, tous les moyens dont ils disposent.‎

L'encadrement et la représentation des citoyens sont au coeur même de la ‎mission constitutionnelle dévolue aux partis politiques. Ces formations sont ‎parvenues à un consensus sur un mode de scrutin destiné essentiellement à ‎faire en sorte que le vote porte sur le choix de programmes, et non de ‎personnes. Avec la réalisation de ce consensus, les prochaines échéances ‎électorales offrent aux partis une occasion en or pour réhabiliter l'action ‎politique dans son acception la plus noble. Elles permettront notamment de ‎mobiliser les citoyens, d'obtenir leur participation massive et consciente et ‎de favoriser le choix de candidats idoines. Elles susciteront, en outre, une ‎concurrence loyale pour faire émerger une élite qualifiée et compétente et ‎pour faire adopter des programmes concrets, avec des objectifs et des moyens ‎d'action bien définis.‎

Il en est de même des chambres professionnelles qui sont investies d'une ‎mission identique, en vertu de la Constitution. Elles seront, en effet, ‎assujetties aux mêmes épreuves pour que l'on mesure leur capacité à remplir le ‎rôle économique qui leur incombe en matière d'incitation à l'investissement et ‎à la création de richesses. Ce rôle, si elles l'assument comme il se doit, ‎fera de ces chambres de véritables banques de projets d'investissement ‎régional, et non de simples tremplins électoraux.‎

Il en va ainsi, également, des syndicats des travailleurs qui sont appelés ‎à s'imprègner d'une nouvelle culture sociale, où la sauvegarde de l'emploi et ‎le renforcement de la productivité et de la compétitivité de l'entreprise ‎relèvent de l'essence même de la nouvelle citoyenneté. En effet, cet ‎engagement est tout aussi important que la lutte nationale menée par la classe ‎laborieuse contre le colonialisme.‎

De même que les prochaines échéances, confortées par la nouvelle Charte ‎Communale, auront valeur de test qui permettra de montrer dans quelle mesure ‎on peut susciter l'émergence d'une élite capable de faire des collectivités ‎locales un acteur économique efficient et une base solide pour l'exercice de ‎la démocratie de proximité et la gestion des besoins quotidiens des citoyens.‎

Quant aux pouvoirs publics qui s'acquittent de la mission qui leur incombe ‎de veiller à la sincérité du scrutin, ce que Nous attendons d'eux, c'est plus ‎qu'une simple neutralité - fut-elle active ou passive - mais plutôt un ‎engagement ferme pour assurer l'application scrupuleuse de la loi et protéger ‎la régularité des élections. A cet égard, et dans le cadre, précisément, de la ‎moralisation du processus électoral, Nous avons tenu à ce que celui-ci soit ‎entouré de toutes les garanties juridiques, judiciaires et administratives ‎nécessaires.‎

Ainsi, Nous entendons faire de la légitimité démocratique un paramètre pour ‎la conduite à tenir à l'égard des partis politiques, et ce dans le cadre d'un ‎paysage politique sain où toutes les sensibilités politiques nationales ‎puissent se positionner et occuper leur place effective. Ce paysage devrait ‎s'appuyer sur des pôles qui se déclinent clairement et qui fédèrent des ‎courants politiques proches par la cohésion de leurs orientations, un paysage ‎ne laissant aucune place à ceux qui se réclament de la démocratie à seule fin ‎de la confisquer. Car, faut-il le rappeler, il n'y a pas de démocratie pour ‎les non-démocrates.‎

Ta meilleure garantie, cher peuple, pour l'exercice de tes droits, dans la ‎perspective de ces échéances électorales, réside, encore et toujours, dans le ‎régime monarchique, constitutionnel et démocratique qui est le tien. C'est, en ‎effet, ce système qui te permettra de t'engager dans la compétition ‎électorale, en jouissant pleinement de la stabilité et de la quiétude et en ‎ayant l'assurance que ton identité, dans toute sa richesse et sa diversité, ‎sera préservée. C'est ainsi également que seront protégées ton unité de rite, ‎ton unité nationale, ton intégrité territoriale et tes options fondamentales.‎

De ce fait, la mobilisation de chacun s'impose comme une nécessité, pour ne ‎pas manquer ce rendez-vous essentiel avec la démocratie. Faute de cela, nous ‎nous trouverions en présence d'institutions tronquées, et même hautement ‎préjudiciables à la démocratie, faisant le nid du désespoir et de la ‎désaffection, attisant l'extrémisme et le maximalisme.‎

Notre objectif suprême est de consacrer la crédibilité des institutions, ‎confortant du même coup notre démocratie, en en faisant un instrument ‎efficient pour gagner les enjeux du développement. Nous entendons, aussi, en ‎faire un atout majeur qui permettra à notre diplomatie de relever les défis de ‎notre environnement régional et international. En effet, le degré ‎d'épanouissement démocratique d'un Etat constitue, désormais, un facteur ‎déterminant pour son rayonnement international ; et sa capacité à relever ces ‎défis est devenue tributaire de l'efficacité de son action diplomatique.‎

Dans ce contexte, la mise à niveau de notre instrument diplomatique ‎s'inscrit dans le prolongement stratégique du processus général de mise à ‎niveau politique, économique, sociale et culturelle, et des options ‎fondamentales dont nous avons décliné les grandes lignes dans Notre dernier ‎Discours du Trône.‎

Le Maroc peut ainsi s'enorgueillir de son image externe, celle d'un pays ‎modéré, tolérant et ouvert à son environnement régional, d'un partenaire ‎crédible, épris de paix et justice, respectueux de la légalité internationale. ‎C'est, en effet, un pays qui est engagé dans l'édification de son Etat moderne ‎et démocratique et qui est profondément attaché à sa forte identité, à son ‎indépendance et à sa souveraineté.‎

A cet égard, Nous avons donné Nos Hautes Directives pour que notre ‎diplomatie s'attache à tirer parti, de façon judicieuse et optimale, de ‎l'évolution démocratique que connaît notre pays, et à faire valoir les atouts ‎de son rayonnement spirituel, son patrimoine historique et sa situation ‎géostratégique. Nous l'avons également incitée à s'adapter aux mutations ‎internationales, à contribuer au règlement pacifique des différends, à saisir ‎les opportunités d'échanges et de coopération aux niveaux bilatéral, régional ‎et multilatéral, à conquérir de nouveaux marchés, drainer les investissements ‎et les nouvelles technologies et façonner un meilleur rayonnement culturel.‎

Aussi entendons-Nous voir cette action se poursuivre à un rythme soutenu et ‎accéléré, s'étendre et élargir son aire de déploiement. Elle doit s'insérer ‎dans une vision stratégique globale et s'inscrire dans une démarche cohérente, ‎collective et ouverte à tous les nouveaux acteurs des relations ‎internationales, élus nationaux et locaux, opérateurs économiques et ‎organisations non gouvernementales.‎

Nous avons, à ce propos, donné Nos Hautes Instructions en vue d'assurer la ‎mise à niveau, la modernisation et le redéploiement de notre outil ‎diplomatique. La démarche envisagée pour conduire cette réforme, doit ‎concerner à la fois les structures du Ministère des Affaires Etrangères et de ‎la Coopération, sa mission d'impulsion, de coordination et de suivi, ainsi que ‎l'action et les méthodes de travail de nos représentations diplomatiques et ‎consulaires.‎

Une attention particulière doit être accordée au recrutement du personnel ‎diplomatique et à sa formation. Le métier de diplomate n'est pas seulement une ‎vocation, il requiert aujourd'hui un savoir-faire particulier, une culture ‎diversifiée et une réelle aptitude à la négociation internationale.‎

Telles sont les exigences à remplir pour que notre diplomatie à l'orée du ‎‎3-ème millénaire soit une diplomatie percutante et offensive, sans être ‎agressive. Le diplomate marocain n'en sera que plus apte à représenter ‎dignement son pays, à en défendre les intérêts supérieurs et à promouvoir ses ‎échanges avec les différents Etats. Il saura veiller, au mieux, à la ‎sauvegarde des intérêts de nos fidèles sujets résidant à l'étranger, auxquels ‎Nous accordons un intérêt tout particulier, dans le cadre de notre vision de ‎la diplomatie active.‎

En veillant à rendre Notre diplomatie plus active et davantage ‎entreprenante, rationnelle et persuasive, et en renouvelant ses outils et ses ‎moyens d'action, Nous cherchons, avant tout, à conforter la position ‎internationale privilégiée du Maroc, en tant que partenaire écouté des grandes ‎puissances, défenseur vigilant des intérêts des pays en développement à l'ère ‎de la mondialisation, et en tant que pôle de stabilité et de paix dans son ‎environnement régional et dans le contexte international.‎

C'est ainsi que Nous aurons valorisé et enrichi le capital diplomatique ‎précieux que Nous ont légué Nos vénérés Grand père et Père, Leurs Majestés les ‎Rois Mohammed V et Hassan II -que Dieu les ait en Sa Sainte Miséricorde-, ‎poursuivant ainsi notre marche sur la voie judicieuse qu'ils Nous ont tracée ‎pour bâtir le Maroc de l'unité, de la démocratie et du progrès. Que leurs âmes ‎reposent en paix, comblées de la divine miséricorde.‎

‎ Wassalamou Alaikoum".




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top