Partout dans le monde, les phénomènes climatiques extrêmes se multiplient en ce moment alors que les climatologues avancent des échéances éloignées dans le temps (2050, 2100...) ce qui entraîne la désaffection du public pour ce sujet. Jour après jour des records sont battus. Cette fois, c'est le record absolu pour un pays européen qui devrait être détrôné avec 50° à l'ombre attendus en Espagne.

Alors que le thermomètre pourrait avoisiner les 50°C en Espagne d'ici ce week-end (un chiffre encore jamais atteint), on a déjà enregistré en 2018 des records de chaleur un peu partout sur le continent européen. Certaines villes n'avaient jamais eu aussi chaud depuis que l'on mesure les températures.

C'est une conséquence directe des bouleversements climatiques de ces dernières décennies : on a rarement eu aussi chaud en Europe. Y compris dans des pays où l'on est en général plutôt à l'abri des fortes chaleurs. 

En Norvège, des records saisonniers ont été enregistrés mercredi dans les régions les plus septentrionales par l'institut météorologique norvégien : une température de 31,2°C a été relevée dans le comté de Finnmark, haut lieu de l'élevage de rennes, situé bien au-dessus du cercle polaire arctique. La région est si chaude qu'elle a connu depuis le début de l'année 12 nuits dites "tropicales", c'est-à-dire avec des températures nocturnes supérieures à 20°C, selon l'institut météorologique.

Des températures qui dépassement largement les 30°C au nord du continent, avec des conséquences parfois désastreuses, comme en Suède où les incendies de forêt se sont multipliés.

Mêmes motifs, même punition pour la Grèce, qui a subi des incendies sans précédent (qui ont fait plus de 90 morts), largement aidés par la chaleur et la sécheresse. Fin juillet, le nombre d'incendies dans toute l'Union européenne avait atteint 450 (soit une augmentation de 40 %).

Or le mercure n'a pas l'air décidé à redescendre. En Espagne et au Portugal, on attend des températures proches des 50°C dans les jours à venir. Certaines villes du sud pourraient bien battre leurs records locaux de chaleur, et peut-être même les records nationaux.

Elles ne seraient pas les premières : selon les données recueillies par le météorologue Maximiliano Herrera, plusieurs villes d'Europe ont dépassé leur record. C'est le cas par exemple de Lille (37,6°C) ou de Londres (où l'on a frôlé le record absolu établi en 2015). Juste de l'autre côté de la Méditerranée, l'Algérie a elle battu son record national : 51,3°C. Quasi infernal.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top