Assurément, Descartes n'est pas Marocain ! De plus en plus, au rythme de la "taklakhisation" islamiste de la société, on ne vous donne plus rendez-vous à 17h, mais après la prière de l' 'Asr ; la "inchallahisation" des relations sociales et même des transactions est devenue de rigueur ; notre "tbarkallah" admiratif a été férocement destitué au profit d'un "macha-allah" sorti d'on ne sait quel livre jaune; le mépris absolu de la libre pensée et l'affront systématique face à toute velléité d'émancipation de l'individu...

Un tel esprit élevé au fatalisme et pétri de "pifométrie" ne peut prétendre à la modernité sans verser dans le ridicule !

Comment réagissons-nous face à un oeil exorbité, une main fracassée, un destin brisé, une clochardisation par l'abus d'autorité, une répudiation sans le sou, un véhicule enfoncé ou encore la perte définitive d'un document irremplaçable ?

La réponse est mécanique : "Chi bass ma kayne !" (Il n'y a pas de mal)

Que répondons-nous à ces questions : Quinze ou soixante élèves par classe ? Dix ou cinquante milliards de dirhams de deniers publics dilapidés ? Cinq ou soixante mètres de largeur à tel niveau d'une artère ? Deux ou vingt bouches à nourrir au sein d'une famille ?

La réponse est tout aussi mécanique : "Zayed naqass !" ( plus ou moins, ne chipotons pas !)

Le "chi-bass-ma-kayne" (le comble de l'irresponsabilité et l'impunité) et le "zayd-naqass" (la pifomètrie doublée de je-m'en-foutisme) font partie des manifestations les plus odieuses de notre résistance à la modernité.

Cette culture de la nonchalance étouffe le droit qu'on souhaite associer à l'Etat. Nettoyons nos cervelles de ces postures régressives avant de prétendre théoriser les valeurs modernitaires !

C'est probablement là que se situe le véritable combat pour la libération de l'humain !

Abdessamad Mouhieddine
Journaliste



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top