Le 4e sommet UE-Afrique a réuni plus de 60 dirigeants africains et européens, et 90 délégations au total, pour débattre de l'avenir des relations entre l'UE et l'Afrique et renforcer les liens entre les deux continents.

Dans leur déclaration à l'issue du sommet, les dirigeants ont souligné l'étroitesse des liens entre l'UE et l'Afrique, ainsi que leur attachement aux valeurs partagées que sont la démocratie, le respect des droits de l'homme, l'État de droit, la bonne gouvernance, ainsi que le droit au développement.


Paix et sécurité
Les dirigeants ont reconnu l'importance capitale de la paix et de la sécurité, sans lesquelles il ne saurait y avoir de développement ni de prospérité. Ils ont en particulier confirmé leur détermination à renforcer le dialogue politique sur la justice pénale internationale et la compétence universelle. Ils ont également exprimé leur soutien à la vocation et à l'engagement africain à assurer la paix et la stabilité en Afrique, et sont convenus de soutenir les capacités africaines dans ce domaine par tous les moyens, en mettant notamment l'accent sur le développement des capacités. Les représentants des deux continents ont décidé de renforcer leurs efforts communs pour lutter contre le terrorisme international et pour combattre la dissémination d'armes légères.
Prospérité

Les dirigeants se sont engagés à mener des politiques visant à créer des emplois et à stimuler une croissance durable sur les deux continents. Ils se sont notamment mis d'accord pour coopérer plus étroitement dans le domaine de la politique maritime. L'UE a en outre insisté sur sa détermination à continuer d'aider les pays africains à élaborer des stratégies pour un développement résilient au changement climatique et sobre en émissions de carbone. De part et d'autre, les dirigeants ont souligné combien il importait d'assurer une gestion prudente et transparente des ressources naturelles respectives, ainsi qu'un approvisionnement en minerais qui soit responsable. La déclaration du sommet souligne également qu'il importe de favoriser un accroissement des investissements et le développement économique au sein des pays des deux continents, et entre eux, tout en développant les transports, l'accès à l'eau potable et l'accès à l'énergie durable à un prix abordable.
Populations

Le sommet a conclu qu'il importait de défendre les droits de l'Homme sur les deux continents et les dirigeants ont réaffirmé leur engagement commun à poursuivre les efforts pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement d'ici 2015. Pour ce qui est de l'enseignement, les dirigeants sont convenus de mener des politiques visant à favoriser la création d'emplois ouverts à tous, une attention particulière étant accordée aux jeunes et aux femmes, et d'encourager les programmes d'échanges d'étudiants entre les deux continents, ainsi que sur le continent africain. Le sommet a souligné la nécessité d'une approche globale pour faire face aux graves conséquences sociales et humaines de la migration irrégulière. Les dirigeants ont réaffirmé leur engagement commun à lutter contre le trafic d'êtres humains et à assurer le respect des droits fondamentaux de tous les migrants. Les participants au sommet ont par ailleurs adopté une déclaration distincte sur la migration et la mobilité.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top