Depuis le 10 mai dernier, l’île française est secouée plusieurs dizaines de fois par jour par des secousses sismiques. Des experts ont été dépêchés depuis la métropole.


Une dizaine de séismes de magnitude supérieure à cinq sur l’échelle de Richter, plus de 200 supérieurs à trois, et pas moins de 800 micro-secousses, imperceptibles pour les habitants. Cette activité sismique exceptionnelle a été enregistrée à Mayotte depuis le 10 mai dernier. Et le rythme ne diminue pas.

Selon le bureau de recherches géologiques et minières, l’agence française compétente sur les séismes, il s’agit d’un épisode d’« essaim » sismique, qui a la particularité d’être très régulier, contrairement aux phénomènes de type « secousse principale suivie de répliques plus petites ». Impossible de savoir pour l’heure si le phénomène est d’origine tectonique, volcanique, ou les deux.

Près de 230 secousses supérieures à 3 sur l’échelle de Richter ont été recensées par le BRGM entre le 10 et le 31 mai 2018./LP/Victor Alexandre, Tanguy de l’Espinay

Les chiffres ci-dessous proviennent du site de la préfecture de Mayotte
La rafale de séismes débutée à 06h18 se poursuit actuellement : 13 séismes supérieurs à une magnitude de 4 ont été enregistrés entre 6h18 et 7h24 :

- vendredi 1er juin à 06h18 d’une magnitude de 4.4
- vendredi 1er juin à 06h24 d’une magnitude de 5.2
- vendredi 1er juin à 06h29 d’une magnitude de 4.6
- vendredi 1er juin à 06h31 d’une magnitude de 4.4
- vendredi 1er juin à 06h36 d’une magnitude de 5.2
- vendredi 1er juin à 06h45 d’une magnitude de 4.7
- vendredi 1er juin à 06h52 d’une magnitude de 4.4
- vendredi 1er juin à 06h53 d’une magnitude de 4.3
- vendredi 1er juin à 06h58 d’une magnitude de 4.0
- vendredi 1er juin à 07h01 d’une magnitude de 4.7
- vendredi 1er juin à 07h01 d’une magnitude de 4.2
- vendredi 1er juin à 07h04 d’une magnitude de 4.4
- vendredi 1er juin à 07h24 d’une magnitude de 4.2

L’activité géologique en cours se poursuit et reste concentrée dans un secteur géographique situé entre 50 et 60 km à l’Est de Mamoudzou.

Des séismes mineurs mais des dégâts d’usure
Mais depuis qu’une première secousse a fait trembler l’île le 10 mai au matin, la Terre tremble tous les jours à Mayotte. L’épicentre tombe à chaque fois à une cinquantaine de kilomètres au large de Mamoudzou, capitale de ce DOM français situé au nord de Madagascar. A l’exception du séisme du 15 mai, de magnitude 5,8 - le plus fort de l’histoire de l’île, qui a fait quelques blessés légers, les secousses ne font pas de gros dégâts et sont trop peu puissants pour former des tsunamis.

Mais l’accumulation des secousses- encore une trentaine recensées mercredi, dont deux avoisinant le niveau 5- inquiète la population, et des bâtiments commencent à enregistrer des fissures. Certaines écoles ont même été temporairement fermées « à titre préventif » par la préfecture, qui a activé sa cellule de crise depuis une semaine et diffuse depuis en français et en shimaoré les consignes à suivre en cas de tremblement de terre.
Une équipe envoyée

Pour savoir ce qui se trame sous le canal de Mozambique, une zone de sismicité plutôt « modérée », le ministère de l’Intérieur a annoncé cette semaine l’envoi sur place d’une « mission d’expertise » composée de spécialistes de la sécurité civile et de scientifiques spécialisés.

« Notre état-major de zone et de protection civile de l’océan Indien a dépêché au cours de ces derniers jours une mission de reconnaissance pour anticiper une éventuelle projection de renforts et préparer un plan d’intervention », a également assuré la ministre auprès du ministre d’Etat Jacqueline Gourault, questionné sur le sujet par le sénateur LREM de Mayotte Thani Mohamed Soilihi.

Les moyens de sécurité civile basés à La Réunion sont également en pré-alerte afin de porter assistance à Mayotte « en cas d’incident majeur ».






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top