C’est un article de CNN qui révèle que la dernière conversation téléphonique entre Macron et Trump fut une catastrophe, et les désaccords tellement profonds que c’est le qualificatif « terrible » qui est repris, loin de l’idylle affichée lors de la visite présidentielle à la Maison Blanche, où il ne reste du chêne du président français au mieux qu’un gland oublié sur la pelouse. Traduction rapide de l’essentiel.

L’appel téléphonique de Trump avec Macron décrit comme « terrible ».
Un appel consacré au commerce et l’immigration entre le président américain Donald Trump et le président français Emmanuel Macron a mal tourné après que Macron ait candidement critiqué les politiques de Trump, ont déclaré à CNN deux sources familières avec l’appel.

« Juste mauvais. C’était terrible », a déclaré une source à CNN. « Macron pensait qu’il serait capable de dire ce qu’il pense, en se basant sur sa relation avec Trump. Mais Trump ne supporte pas d’être critiqué comme ça. »

« Les deux dirigeants ont discuté du problème de l’immigration en provenance de Libye et des moyens de résolution. Le président Trump a souligné la nécessité de rééquilibrer le commerce avec l’Europe », déclare le rapport.

Trump a tenu un appel similaire avec le Premier ministre britannique Theresa May lundi. Ce n’est pas son style d’être combative, mais une source a dit qu’on s’attendait à ce que May soit directe dans ses critiques et que Trump pouvait s’attendre à une conversation difficile.

Selon un porte-parole de Downing Street, les deux chefs d’État ont discuté des tarifs de douane imposés par l’administration Trump sur les alliés américains, y compris le Mexique, le Canada et l’Union européenne, ainsi que d’autres questions.

Le Premier ministre a soulevé la décision des États-Unis d’appliquer des tarifs douaniers aux importations d’acier et d’aluminium de l’UE, ce qui, selon elle, était injustifié et profondément décevant.

« Le Premier ministre a déclaré que les États-Unis, le Royaume-Uni et l’UE sont des alliés proches en matière de sécurité nationale et que nous reconnaissons l’importance des valeurs d’un commerce ouvert et équitable dans le monde entier. Le Premier ministre a également souligné la nécessité de préserver les emplois susceptibles d’être touchés par la décision. »

Dans une lecture de l’appel, la Maison Blanche a déclaré que Trump « a souligné davantage la nécessité de rééquilibrer le commerce avec l’Europe ».

L’appel avec Macron a eu lieu le même jour où les États-Unis ont annoncé une décision unilatérale d’imposer des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium à leurs alliés américains, dont le Mexique, le Canada et l’Union européenne.

Dans une déclaration publiée par l’Élysée avant l’appel, M. Macron a déclaré qu’il « regrette la décision des États-Unis de confirmer les droits de douane sur l’acier et l’aluminium ».

« Cette décision n’est pas seulement illégale, c’est une erreur sur de nombreux points. C’est une erreur parce qu’elle répond à un déséquilibre mondial qui existe de la pire façon qui soit par la fragmentation et le nationalisme économique », poursuit Macron, ajoutant que « si ce genre de choses avait eu un impact sur nos relations, cela aurait été le cas depuis le premier jour parce qu’il a décidé de quitter l’accord de Paris (sur le climat) ».

« Je préfère dire les choses directement et non pas par la presse ; et je lui dirai ce que je vous ai dit, qui sont mes convictions qu’il connaît déjà », a-t-il dit dans la déclaration.

L’appel de jeudi est particulièrement remarquable parce que Macron est sans doute le leader européen dont Trump est le plus proche. Dans une interview accordée à la BBC en janvier, Macron a déclaré qu’il avait une « relation très directe » avec son homologue américain.

« Je suis toujours extrêmement direct et franc. Il l’est aussi. Parfois, j’arrive à le convaincre, et parfois, j’échoue », a dit M. Macron à l’époque.

L’effroyable fossé entre les mondialistes et les souverainistes !
L’ambassadeur des États-Unis en Allemagne vient de défrayer la chronique en expliquant que les États-Unis soutenaient les mouvements d’extrême droite en général et l’AFD en Allemagne en particulier car les États-Unis voyaient d’un bon œil l’arrivée au pouvoir en Europe de « populistes » au sens large et que ce qui se passait en Italie était une très bonne chose. (Voir cette dépêche de l’AFP ici)

Trump est au pouvoir depuis presque deux ans. Il s’est installé. Malgré les difficultés évidentes et son manque de popularité parmi les élites et les médias.

Les Anglais tentent leur Brexit, les Italiens ne sont plus très chauds, les Grecs respirent à peine, les Autrichiens ont clairement voté à droite (et bien à droite), en Hongrie Orban ne parle plus à Bruxelles… On ne peut pas dire que les « mondialistes » aient particulièrement le vent en poupe ces derniers temps.

Nous sommes arrivés à un point d’inflexion par l’action de Trump qui a effectivement intérêt à faire surgir dans toute l’Europe des gouvernements souverainistes, ce qui précipitera le phénomène de démondialisation souhaité.

Les logiciels « macronien » ou « merkelien » sont évidemment des logiciels totalement opposés. Le combat et l’affrontement entre Trump et Macron va commencer à devenir préoccupant, et il n’est pas dit que Macron ne présume pas un peu de ses forces, fût-il largement soutenu par la communauté internationale des globalistes mondialistes serviteurs zélés du totalitarisme marchand.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top