Cette étude porte sur les relations interpersonnelles des personnes d’origine subsaharienne habitant la ville de Rabat au Maroc. 

L’échantillon comprend des hommes et des femmes et inclut à la fois des migrants irréguliers, des étudiants, des stagiaires, des réfugiés, des personnes venues au Maroc pour des raisons médicales ou pour y travailler. L’étude analyse la visibilité et l’invisibilité en tant que concepts mouvants et aucunement dichotomiques. Au-delà des différences de parcours, de conditions de vie et de statut juridique au Maroc, les participants perçoivent tous leur vécu actuel comme transitoire. 

Point de convergence de ces rencontres, leur quotidien au Maroc est vécu comme un passage, un tremplin, dans l’espoir non pas uniquement d’aller en Europe, mais plutôt de pouvoir (sur)vivre et un jour donner sens à leur vie, s’épanouir, se transformer. Tous désirent obtenir un certain pouvoir d’agir sur leur propre existence. 

Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures et postdoctorales de l’Université Laval dans le cadre du programme de maîtrise en anthropologie pour l’obtention du grade de Maître ès arts (M.A.) 





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top