Le plan d'action présenté ci-après s'articule autour de cinq domaines prioritaires. Les actions qui y sont définies font partie d'un ensemble et seront mises en œuvre dans le plein respect de la souveraineté des pays et des législations nationales, et en tenant compte des spécificités nationales. Seize initiatives prioritaires seront lancées avant la fin de 2016. 

Les mécanismes existants du processus de Rabat, du processus de Khartoum et de la stratégie commune UE-Afrique serviront à assurer le suivi de la mise en œuvre. Pour ce faire, les enseignements tirés des nombreuses actions qui ont été lancées avec succès avec des partenaires comme le Cap-Vert, le Maroc et le Niger seront dûment pris en compte. Les prochaines réunions de hauts fonctionnaires qui doivent être organisées d'ici la fin de 2015 dans le cadre des processus de Khartoum et de Rabat seront l'occasion de dégager un accord sur la meilleure manière d'assurer, au niveau de chacun de ces processus, le suivi des progrès réalisés dans la mise en œuvre de ce plan d'action. L'état d'avancement de cette mise en œuvre figurera aussi régulièrement à l'ordre du jour des réunions organisées dans le cadre de la stratégie UEAfrique ainsi que de nos dialogues politiques bilatéraux et d'une réunion spéciale de hauts fonctionnaires qui doit être organisée au plus tard en janvier 2017. 

Afin de contribuer à la mise en œuvre du plan d'action, l'UE, ses États membres et les pays associés utiliseront les instruments financiers appropriés dont ils disposent pour la coopération avec les partenaires africains, conformément à leurs cadres juridiques et financiers. D'importants fonds de l'UE sont disponibles pour mettre en œuvre les actions dans les domaines définis comme prioritaires par le présent plan d'action. L'UE, ses États membres et les pays associés intensifieront les efforts qu'ils déploient pour intégrer les questions de migration dans leur coopération au développement. Parallèlement, le nouveau fonds d'affectation spéciale d'urgence de l'UE pour la stabilité et la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique fournira un financement supplémentaire et contribuera à ce qu'une aide soit fournie de manière flexible, rapide et efficace pour favoriser la stabilité et contribuer à une meilleure gestion des migrations. Plus précisément, le fonds d'affectation spéciale aidera à lutter contre les causes profondes de la déstabilisation, des déplacements forcés et de la migration irrégulière, en renforçant les perspectives économiques et l'égalité des chances, la résilience des personnes vulnérables, ainsi que la sécurité et le développement. En outre, la Banque européenne d'investissement, en coopération avec les partenaires africains, la Commission et d'autres institutions financières, peut fournir un financement pour contribuer au rétablissement des conditions favorables à une croissance économique autosuffisante et au développement du capital humain.








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top