Un garçon qui a été décrit comme une « victime » dans une vidéo des activistes rebelles liée à l’attaque chimique présumée à Douma, a dit à la chaîne de télévision russe VGTRK qu’il avait été attiré à l’hôpital avec des cookies et ensuite aspergé d’eau.

La panique, la peur, les adultes qui hurlent et les enfants effrayés apparaissant dans les images présumées des suites de l’attaque chimique présumée dans la ville de la Ghouta orientale. La vidéo a été diffusée par les médias mainstream (grand public) depuis le 7 avril après avoir été affichée par le soi-disant groupe Révolution de Douma.

Le groupe est l’une des organisations, avec les célèbres Casques Blancs liés aux rebelles, qui ont prétendu que les troupes gouvernementales étaient les coupables derrière la [soi-disant] attaque chimique signalée.

L’un des principaux personnages du film est un garçon trempé, qui est vu arrosé d’eau par des gens qui prétendent être des «secouristes». On ne sait pas si ce sont des médecins de l’hôpital, des défenseurs des droits humains ou des membres des Casques Blancs. Ces derniers font généralement de telles vidéos et les envoient aux agences de presse, y compris Reuters.


L’un des travailleurs de la santé, qui était apparemment en poste à l’époque, a déclaré qu’il était surpris par l’afflux soudain. «Certaines personnes sont venues ici et ont lavé les gens. Ils ont dit: Attaque chimique. Attaque chimique: Nous n’avons vu aucun symptôme d’attaque chimique, a-t-il ajouté. Il a, cependant, dit qu’il y avait beaucoup de gens ayant des problèmes respiratoires à la suite de la poussière des récents attentats à la bombe dans la ville.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top