Des scientifiques de l’Université de Stockholm sont parvenus, à la suite de plusieurs mois de recherches, à la conclusion que chaque journée qui passe réduirait votre espérance de vie de 24h. Une étude qui met à mal le temps qui passe, jusqu’ici considéré comme non nocif pour la santé.

Pour en arriver à ce chiffre, les chercheurs ont analysé les vies de 75 individus, fumeurs, non fumeurs, en bonne santé, ou atteints de maladies chroniques. Ils ont ensuite recoupé les données grâce à un système complexe de traitement qu’ils appellent “tableau Excel”, et ont constaté avec surprise que pour chaque individu, le résultat est le même : un jour qui passe enlève 24 heures d’espérance de vie.

Mais ce n’est pas tout, en recoupant les données, l’étude a révélé que chaque trentaine de jours qui passe enlèverait environ 1 mois d’espérance de vie, et que chaque dizaine d’années réduirait votre existence de quasiment une décennie. Le temps qui passe serait alors plus nocif pour la santé que l’amiante, l’uranium, ou le cancer, mais toujours moins dommageable qu’une exposition prolongée à un album du Collectif Métissé.

Enfin le rapport n’offre pour l’heure aucune solution pour endiguer le temps qui passe comme l’explique Ellinor Lundberg qui a dirigé l’étude Suédoise : “Maîtriser l’espace-temps est une opération extrêmement complexe qui nécessite un accélérateur de particules comme celui du CNRS ou une Delorean comme dans Retour vers le futur”explique la scientifique. “En l’absence d’une telle technologie, la meilleure solution est encore de profiter au maximum de chaque jour qui passe”.


*Tous les articles publiés par LeGorafi sont pure fiction (jusqu’à preuve du contraire) et rédigés dans un but humoristique. L’utilisation de noms de personnalités ou d’entreprises est ici à but purement satirique. 




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top