Le président de la République du Liban, Michel Aoun, a reçu une délégation de l’Observatoire d’études géopolitiques (OEG) de Paris au palais de Baabda, le 2 mars 2018. La délégation de l’OEG était composée des Professeurs Charles Saint-Pro, directeur général ; et Jean-Yves de Cara, président du conseil scientifique et de Dr Zeina el Tibi, présidente déléguée. 

La délégation française a relaté au président Aoun les travaux du colloque qui a eu lieu récemment à l’USJ à l’initiative du Centre d’études des droits du monde arabe (CEDROMA) de l’Université Saint-Joseph et de l’Observatoire d’études géopolitiques (OEG) de Paris sur le thème « Les risques de désintégration de l’État et de séparatisme dans le monde arabe ». les chercheurs français ont mis l’accent sur les menaces des séparatismes contre l’unité nationale et l’État-nation qui sont autant de facteurs de régression, de division stérile et de déstabilisation régionale et internationale. Ils ont évoqué l’exemple du conflit artificiel entretenu par l’Algérie au Sahara marocain, faisant valoir que ce conflit est un reliquat de la guerre froide et il porte atteinte aux intérêts bien compris des peuples du Maghreb. 

Les dirigeants de l’Observatoire d’études géopolitiques ont remis au président de la République libanaise les dernières publications de leur institut : un ouvrage sur les constitutions arabes, le livre Sahara marocain le dossier d’un conflit artificiel et le Mémento sur la question du Sahara marocain en quatre langues.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top