Un professeur ghanéen était contraint de dessiner à la craie les contours du logiciel de traitement de texte pour les préparer à un examen national d’informatique. Finalement, Microsoft a promis que la salle serait équipée.


La photo, partagée près de 3 000 fois, a largement dépassé les frontières du Ghana. Dessus, on y aperçoit Richard Appiah Akoto, professeur de communication de 33 ans à la Betenase M/A Junior High School de Sekyedomase en train de donner un cours d’informatique un peu particulier à ses élèves. Et pour cause, personne, ni lui ni sa classe, n’a d’ordinateur. Alors pour compenser, Richard a décidé de recréer lui-même, avec des craies multicolores au tableau, le logiciel qu’il était censé enseigner aux jeunes: Microsoft Word. La photo de ce cours a été tant partagée sur les réseaux sociaux que Microsoft a réagi sur Twitter.



À environ 2 heures de la seconde ville du pays, Kumasi, la petite salle de classe de Richard semble bien attentive à ce qu’il se passe au tableau. On peut y lire toutes les fonctionnalités primaires de Word, comme le menu titre, la barre de menu, la barre de défilement sur le côté, ou la barre d’outils. Dans ce cours intitulé «fonctionnalités d’une fenêtre Word», le professeur semble se démener pour que ses élèves, âgés de 14 à 15 ans, puissent avoir une bonne note à l’épreuve d’informatique l’examen national final, qui conditionne au Ghana le passage à l’université.
«Je ne m’attendais pas du tout à ce que ce soit tant repris.»
«Ce n’est pas la première fois que je donne ce cours, et je l’ai toujours donné de cette façon, a-t-il expliqué au site Quartz. J’aime poster des photos sur Facebook, alors je me suis juste dit qu’il fallait que je partage cela. Je ne m’attendais pas du tout à ce que ce soit tant repris». Le professeur, qui donne des cours dans cette même école depuis six ans, a bien subi quelques regards amusés, sans moquerie, sur les réseaux sociaux. Mais il a surtout déclenché un vrai élan de solidarité autour des personnalités de la Tech ghanéenne.

Rebecca Enonchong, une spécialiste de l’analyse de données suivie au Ghana par plus de 66.000 abonnés sur Twitter, a notamment contribué à ce que cette histoire devienne virale. Tout comme le partage d’un autre professeur, Teacher Kwadwo, également comédien suivi par 140.000 fans sur Facebook. Celui-ci a écrit: «S’il vous plaît, retrouvez cet homme, et faisons en sorte que son école puisse profiter de la technologie.»



Microsoft vient au secours
Finalement, l’histoire est arrivée aux oreilles de Microsoft Africa. C’est par une demande effectuée sur Twitter par Rebecca Enonchong que la société américaine a été mise au courant de cette improbable histoire. «Hey @MicrosoftAfrica, Il apprend Word sur un tableau. Je suis sûre que vous pouvez faire quelque chose» a-t-elle écrit. Dans sa réponse, l’entreprise explique que «supporter les professeurs dans leur transformation digitale est le cœur de nos métiers. Nous allons équiper Owura Kwado (son nom sur Facebook, ndlr) et il aura un accès gratuit à notre programme de développement des ressources». Un joli coup de pub à moindre prix pour l’empire de Bill Gates.

Quartz précise que Richard Appiah Akoto possède bien un ordinateur, mais que sa version des logiciels, démodée, ne convient pas avec le programme de révision des Ghanéens. L’année dernière, dans sa classe, il n’y avait eu qu’un seul A, la meilleure note possible. Même si l’histoire prête à sourire, elle est surtout symptomatique de gros dysfonctionnements dans l’éducation de ce pays d’Afrique noire. Le site américain rappelle que de nombreux parents sont obligés de choisir des écoles privées parce que l’enseignement public ne tient pas la comparaison.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top