L’écrivain Lahsen Bougdal réédite une nouvelle édition consacrée à la peinture des femmes marocaines. Après le premier essai (2015) qui a été consacré à une quinzaine d’artistes, la nouvelle publication fait découvrir 19 peintres contemporaines à travers des entretiens qui dévoilent leurs univers artistiques. 

Elles évoluent toutes dans différents domaines : la peinture, la sculpture, la photographie ou le design, autant de domaines variés dans une foisonnante créativité confirmant le jaillissement d’une nouvelle génération dans le champ artistique marocain. Les femmes marocaines s’émancipent davantage via la culture et c’est cette réalité que l’auteur tente de mettre en lumière. 

Ainsi, ces nouvelles tendances manifestent une réelle volonté non pas de rupture, mais d’élargissement pour investir d’autres modes d’expression. Les deux concepts de modernité et de contemporanéité sont désormais abordés moins dans une relation antinomique que dans leur interférence. Dans ce foisonnement de regards, différentes questions sont abordées. L’art contemporain marocain devient ainsi le creuset de tous les possibles ; le réceptacle où se renouvelle l’expérience esthétique sous toutes ses formes. (Introduction du livre) 

Parmi les grandes figures représentatives de ce mouvement, Najia Mehadji dont l’esthétique est traversée par une volonté d’expérimentation des techniques modernes nouvelles dans une approche transculturelle contemporaine. Cette figure de proue de la peinture marocaine qui a fréquenté les grandes figures du féminisme en France, a commencé à exposer ses premiers dessins depuis les années 70. Son travail se ressource dans différentes formes dialogiques comme l’esthétique Zen japonaise et les rituels soufis. 

De son côté, Fatima Mazmouz installe le regardeur au cœur des questionnements identitaires et des clichés qui entourent le corps de la femme. Sa réflexion puise ses sujets de prédilection dans les réalités politiques et socio-culturelles du Maroc. Cette photographe plasticienne, n’hésite pas à faire de son propre corps un médium permettant d’ouvrir la réflexion sur le corps de la femme et sa place dans une société conservatrice. Par l’arme de l’ironie, ses conceptions interpellent et cherchent à susciter une prise de conscience. 

Cette même ironie mêlée de provocation et de dénonciation est le fondement des réalisations de Monia Abdelali. Les questions de religion, de politique et de sexualité sont déterminantes dans son approche. L’artiste s’inspire du monde de la bande dessinée avec des créations teintées de burlesque afin de tourner en dérision les injustices de notre société. 

À son tour, le design s’impose comme moyen d’investigation esthétique de la matérialité de la vie quotidienne. À ce titre, les réalisations de Khadija Kabbaj témoignent d’un désir de rétablissement d’une nouvelle relation avec son espace-temps. L’artiste manifeste un grand intérêt pour l’artisanat marocain en réinterrogeant les symboles et les signes qui le composent dans un souci de modernisation. 

Cette préoccupation est également présente chez l’artiste Ahlem Lemseffer qui développe sa conception plastique dans un souci d’éveil des consciences. Après une période pittoresque et néo-impressionniste, sa palette trouve son éclat dans l’abstrait. 

En quête de lumière et d’authenticité, son geste s’épure de plus en plus. C’est sans doute ce qui qualifie aussi les compositions de Mounat Charrat. Sa réflexion sur le noir et le blanc révèle le souci de mise à l’écart de la contiguïté des sentiments pour laisser place à la lumière, aux formes et aux traits de caractère de l’homme dans l’œuvre, selon ses propres dires... 

Le livre s’inscrit dans le prolongement du précédent ouvrage consacré à la peinture des femmes marocaines. Nous continuons donc à présenter ici d’autres artistes contemporaines qui ont réussi à s’imposer depuis quelques années, écrit Lahsen Bougdal. Les choix qui sont faits se justifient d’un côté par la qualité des œuvres de ces dernières et d’un autre côté par la reconnaissance du public et des institutions dont elles ont bénéficié aussi bien sur un plan national qu’international. 

Lahsen Bougdal est un écrivain franco-marocain, titulaire d’un doctorat en littérature francophone. Il est enseignant de français et ingénieur en formation d’adultes. Auteur de plusieurs articles consacrés à la littérature maghrébine de la langue française, il a également publié de nombreux ouvrages aux éditions l’Harmattan, dont « La peinture des femmes marocaines » en 2015, « La petite bonne de Casablanca », « Voix et plumes du Maghreb »… 

Arlette Colin 
Wakeupinfo





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top