Comme il est bienveillant cet air de liberté qui souffle sur le Maghreb et dans le monde arabe, depuis l’éclatante victoire du peuple tunisien pour imposer l’ouverture d’une nouvelle étape de son histoire.

Les organisations et militants associatifs marocains, constitués en Coordination de Solidarité avec les Démocrates des peuples de la région, ont jusqu’ici soutenu et popularisé les mouvements de lutte des peuples tunisien et égyptien, à travers notamment des rassemblements devant les représentations diplomatiques.

Ils souhaitent donner un nouvel élan aux différentes luttes qui se mènent à travers le Maroc. Des luttes multiformes se mènent au quotidien pour s’opposer à des licenciements massifs et abusifs, pour exiger le droit au travail, pour dénoncer les arrestations, enlèvements et condamnations des citoyens persécutés pour leurs opinions et engagements politiques ou associatifs…

Malgré les avancées, fruit de grands sacrifices et luttes du peuple marocain durant les années dites de plomb, le Maroc piétine et souffre d’un déni de démocratie.

Aujourd’hui, le peuple marocain a, lui aussi, rendez-vous avec l’Histoire et il a besoin d’un large soutien dans son combat pour imposer des évolutions démocratiques.

En France, l’ “ASDHOM” qui fait partie des “collectifs Maghreb Solidarité” et “Pour un Maghreb des Droits de l’Homme” a été de toutes les actions de soutien aux peuples tunisien, égyptien et algérien.

Elle vous appelle aujourd’hui à vous joindre à elle pour accompagner le peuple marocain dans sa quête du changement démocratique pour un État de droit.

Nous souscrivons entièrement à l’appel lancé depuis Dakar lors du Forum Social Mondial (du 6 au 12 février 2011) par les organisations et les démocrates marocains qui

« Saluent haut et fort la révolution en Tunisie et en Egypte, ainsi que le mouvement démocratique dans les différents pays maghrébins, arabes et africains. Ils combattent pour faire aboutir le changement et la démocratie dans toutes leurs dimensions.

Tout en affirmant qu’un autre Maroc est possible, les organisations au Maroc, comme à l’étranger, considèrent que les autorités politiques marocaines doivent accéder au processus de changement qui se généralise dans la région et ce par l’instauration d’institutions démocratiques, la séparation des pouvoirs, la prise des décisions politiques et la gestion de la chose publique en lien avec les urnes, des réformes politiques, économiques, sociales et culturelles profondes pour construire un État de la citoyenneté, de la dignité, de l’égalité et la promotion des droits de l’Homme et des libertés. »




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top