Le Conseil de la communauté marocaine à l étranger (CCME) est une forme nouvelle et provisoire de représentation de la communauté marocaine à l étranger, qui vient se substituer à une courte expérience de représentation parlementaire de la communauté marocaine à l'étranger, au début de la décennie 90.

En attendant que des mécanismes et modalités de représentation électifs soient arrêtés, dans le cadre de la concertation et de la réflexion menées par le Conseil, la nouvelle institution, instituée auprès de S.M. le Roi et investie dans ses fonctions à la fin de l'année 2007, fait office d'interlocuteur et de partenaire des pouvoirs publics, pour tout ce qui est des préoccupations de l'immigration marocaine, dans les pays d'accueil et dans le pays d'origine.

Le mode de représentation électif soulève, en effet, certaines difficultés, qui font appel à une préparation minutieuse et de longue durée, en raison de la dispersion de la communauté marocaine à travers plusieurs pays, voire plusieurs villes au sein de ces mêmes pays, ainsi que des questions pratiques d'organisation de l'opération elle-même d'ordre logistique, technique et juridique.

Comme les élections au Maroc s'inscrivent désormais dans la Normalité et qu'elles ne sont entachées d'aucune irrégularité, tel qu'il ressort des rapports d'ONG internationales ayant assuré l'observation des législatives de Septembre 2007, le Maroc ambitionne d'intégrer la communauté marocaine dans ce processus, en réunissant toutes les conditions qui permettent d'atteindre cet Objectif.

Cette nouvelle approche s'inscrit dans "une démarche globale, intégrée et graduelle" pour le traitement du dossier de l'immigration, "visant à lui garantir une participation démocratique pleine et entière, dans tous les secteurs d'activité nationale, et à assurer la défense de leurs droits et de leur dignité dans les pays d'accueil" (discours de S.M. le Roi le 6 novembre 2007, à l'occasion du 32eme anniversaire de la Marche verte).

Partenaire des pouvoirs publics, mais aussi force de proposition, le Conseil, qui est chargé d'une mission consultative auprès de S.M. le Roi, a engagé une réflexion dans ce sens, qui doit à terme aboutir à l'élaboration d'une politique d'immigration, globale et cohérente, qui mettrait fin aux chevauchements entre plusieurs départements et services. C'est d'ailleurs une de ses principales tâches.

Si dans sa forme actuelle, le conseil a un mandat provisoire (4 ans), il dispose toutefois de prérogatives consultatives assez larges. Il émet son avis sur les avant-projets de loi, en rapport avec l'immigration marocaine à l'étranger, qui est forte de quatre millions de personnes. Il est également compétent pour faire des propositions au gouvernement, s'agissant des préoccupations des MRE et de leurs intérêts.

C'est assurément une importante avancée. Sa mission est d'une dimension très large. Il est également chargé de réfléchir sur les moyens d'inciter les MRE à participer aux institutions et à la vie institutionnelle dans le pays d'origine, de renforcer leur contribution au développement du pays. Ses objectifs sont ambitieux.

Dès sa première assemblée générale, réunie en juin dernier, le Conseil s'est donné pour objectifs de créer une base de données, d'assurer un suivi scientifique des recherches sur l'immigration, d'établir un rapport semestriel sur la situation de l'immigration. La réflexion du Conseil devrait également embrasser les questions du culte dans les pays d'accueil et l'enseignement de la langue arabe.

Le Conseil, composé de personnalités connues et influentes, d'intellectuels, de journalistes et d'universitaires ainsi que d'hommes et de femmes réputés pour leur dynamisme, se présente comme un gage nouveau de la volonté du Royaume de mettre en place une représentation de la communauté marocaine à la hauteur de ses ambitions, de ses aspirations et de ses potentialités.

Il s'agira dans cette première étape de mettre en place une banque de données de la communauté marocaine dans le monde, qui compte dans ses rangs des capacités et des compétences qui peuvent se révéler d'une grande utilité pour leur pays, en cette période de grande mobilisation de toutes les synergies, sous la conduite de S.M. le Roi, pour le développement, à l'intérieur et à l'extérieur.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top