Une étude suggère que dans les aliments à base de blé, le gluten n'est pas responsable de troubles intestinaux, mais des glucides appelés fructanes.

Et si depuis toutes ces années, l'on accusait le gluten de troubles intestinaux alors qu'il n'y est pour rien ? Une petite étude publiée en novembre 2017 dans la revue Gastroenterology amène en effet à s'interroger. Des chercheurs des Universités d'Oslo (Norvège) et Monash (Australie) suggèrent que ce sont les fructanes, des glucides qui se trouvent entre autres dans des aliments à base de blé, qui entraîneraient ballonnements et autres symptômes propres au syndrome du côlon irritable chez des individus qui affirment être "intolérants au gluten".

Faut-il consommer du gluten sans fructanes ?
Entre 2014 et 2016, les chercheurs ont recruté 59 participants qui se disaient "intolérants au gluten". Pendant une semaine, ils leur ont demandé de manger chaque jour une barre de céréales à base de gluten. Deux semaines plus tard, il s'agissait d'un autre type de barre de céréales, cette fois à base de fructanes. Quinze jours plus tard, la barre de céréales ne contenait ni gluten ni fructanes (groupe contrôle). Les scientifiques affirment que les barres étaient impossibles à distinguer entre elles, en termes d'apparence et de goût. Verdict : les volontaires ont éprouvé plus de ballonnements et autres symptômes propres au syndrome du côlon irritable avec la barre de céréales aux fructanes qu'avec celle ne contenant ni gluten ni fructanes (dans une proportion d'environ 15 %). Et de façon surprenante, en mangeant des barres contenant du gluten sans fructanes, les patients n'ont déclaré aucun problème intestinal en particulier...

Pour les chercheurs, cette conclusion permet d'expliquer pourquoi certaines personnes continuent de souffrir de troubles intestinaux même quand elles excluent de leur alimentation les produits à base de blé. En effet, d'une part, les produits sans gluten contiennent souvent des fructanes, d'autre part, ces glucides sont aussi présents dans d'autres types d'aliments, comme l'oignon, l'artichaut, l'asperge, le poireau, la banane, etc. Au vu de leurs résultats - très inattendus, les chercheurs comptent poursuivre leurs recherches afin de confirmer la piste des fructanes.





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top