Vents violents et pluies rares favorisent le développement de feux majeurs. Au moins 11 morts, des milliers d'habitations détruites et plus de 20.000 personnes contraintes de fuir. Tel est le bilan provisoire d'une série d'incendies monstres en cours en Californie, aux Etats-Unis.

Déjà 11 personnes décédées. Ces feux touchent essentiellement les régions viticoles de Napa et Sonoma. Selon les pompiers de l'Etat, près de 50 000 hectares ont déjà été ravagés par les flammes depuis dimanche soir dans cette région très touristique et cossue. Sept personnes sont mortes dans le comté de Sonoma d'après le shérif, deux dans le comté de Napa et une dans celui de Mendocino.


Demande de déclaration d'état de catastrophe naturelle. «En moins de 24 heures, plus de 18 feux ont commencé à brûler» et ont «détruit plus de 2 000 habitations et en menacent des milliers d'autres», déplore le gouverneur de l'Etat le plus peuplé du pays, Jerry Brown, dans une lettre au président Donald Trump. A cause de «vents extrêmes de plus de 90 km/h, nous nous attendons à ce que les destructions accélèrent» et à plus de décès, ajoute-t-il. Après avoir déclaré l'état d'urgence dans huit comtés, il demande au président américain d'émettre une déclaration de catastrophe naturelle afin de débloquer des aides fédérales, vu la «gravité et l'ampleur» des incidents.

Évacuations en catastrophe. Des ordres d'évacuation ont été diffusés notamment dans les comtés de Napa et Sonoma et les autorités publient régulièrement la liste des abris. Un photographe de l'AFP a vu de «nombreuses habitations brûler», des voitures, ainsi que des vignobles. Selon les images des télévisions locales, des complexes hôteliers de la zone sont dévastés. Les médias locaux rapportent le témoignage d'habitants qui ont fui en laissant tout derrière eux. «Nous avons tout juste eu le temps de nous réveiller et de sortir. On n'a rien eu le temps de prendre. Le feu avançait tellement vite», déclare ainsi Rafael Solorio, dont la maison a été endommagée dans le comté de Napa. «Nous avons perdu beaucoup de choses», a-t-il ajouté. «Presque tous les efforts (des secours) étaient consacrés aux évacuations et à placer les habitants hors de danger», a pour sa part expliqué Ken Pimlott, à la tête du service californien des forêts et de la protection contre le feu. L'hôpital régional de Santa Rosa a lui aussi été évacué alors que de nombreuses routes et autoroutes sont fermées, le rendant inaccessible.

D'autres zones touchées dans une région où les feux sont fréquents. De la fumée est visible depuis le centre San Francisco, située à 60 km de l'incendie le plus proche, avec parfois une très forte odeur de fumée. Une fine couche de cendres est également visible dans un quartier situé dans la partie Nord de San Francisco et les autorités de la ville déconseillent les activités en plein air. Des feux font aussi rage plus au sud, notamment à Anaheim en banlieue de Los Angeles, où un autre incendie s'est déclenché et se propage rapidement, poussé par les vents saisonniers dits de Santa Ana. Six maisons ont déjà été détruites ou endommagées et plus de 1 000 personnes ont été évacuées, tandis qu'un nuage de fumée grise arrive jusqu'à Los Angeles.

L'Ouest des Etats-Unis a déjà subi début septembre de violents incendies qui ont entraîné des milliers d'évacuations dans l'Etat de Washington et des centaines près de Los Angeles, où un brasier a atteint une dimension «historique». La région est régulièrement la proie des flammes à cette époque de l'année, où les pluies sont rares et les vents violents.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top