Churchill aimait à répéter que s’il n’était pas né Britannique, il aurait choisi de vivre en Grande-Bretagne. Je dirais également que si je n’étais pas né au Maroc, j’aurais choisi d’être Marocain (...)

Comment ne pas être ébloui par ce pays à la position géographique si précieuse et au parcours historique si riche ? Deux atouts qui furent à la base d’un vaste empire qui a marqué de son empreinte moult contrées etqui a été, à son tour, marqué par une foultitude d’influences, de confluences et d’affluences. On a même vu ce vieux Royaume inspirer des éclosions institutionnelles, géostratégiques, culturelles et sociopolitiques non seulement au sein de son aire arabe et africaine, mais également au cœur de l’Europe, comme naguère en Andalousie (...)

L’ambition de cet ouvrage n’est nullement celle de camper exhaustivement la monographie et, encore moins, l’histoire d’une si grande nation. Il s’agira, tout au plus, de narrer « mon Maroc », tel que je le porte au tréfonds de mon être et à travers mon existence en son sein (...)

Je veux juste raconter ce Maroc où je suis né pauvre, de parents pauvres, sans soutien aucun hormis le labeur éprouvant de mon géniteur que Dieu ait son âme. Artisan potier, il arrivait péniblement à nous nourrir. Tout comme son propre père, mon grand-père qui peinait à joindre les deux bouts dans la menuiserie.
Je suis né dans une maison construite en pisé, au moyen de cette même terre argileuse qui servait de matière première aux objets de poterie que mon père confectionnait de ses mains tout à la fois frêles, adroits et vigoureux.

Mon entendement s’est ouvert au sein de l’école coranique de Tamaslouht, dans la région de Marrakech, où officiait le fkih Si Mohamed. Chaque année, le figuier planté devant le m’sid donnait un fruit si délicieux que le goût m’en reste à ce jour dans ma mémoire gustative. Le fkih le cueillait dans un panier en roseau et nous en gratifiait (...)

Oui, je veux juste raconter ce Maroc d'antan, celui de mon enfance, de ma jeunesse, où, en dépit de la modestie des moyens, disposait d'un ascenseur social performant. Ma vie se confond avec celle de ma patrie. Je suis parti de rien et j'ai, aujourd'hui, accompli l'essentiel de mes voeux...

(Extrait du livre "Moi et mon Maroc" de Omar IGHIDI - Editions Abdessamad MOUHIEDDINE)






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top