Le festival initié par l’humoriste ivoiro-marocain Oualas se tiendra du 3 novembre au 17 décembre, en débutant par 4 villes du Maroc, et fera escale en Côte d’Ivoire, au Sénégal et au Gabon.

« Afrique du rire », tel est l’intitulé du dernier-né des festivals dédiés à l’humour, art de la scène qui connaît un véritable succès depuis un peu plus d’une décennie sur le continent africain. Bien-nommé, ce nouveau festival, « Afrique du rire », qui aura lieu du 3 novembre au 17 décembre, est itinérant et arpentera les scènes du Maroc, de Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Gabon.

Une façon très vivante et pragmatique de nouer par le fil du rire et donc part l’art, la fraternité entre le Royaume chérifien et l’Afrique, plus que jamais réaffirmée par son retour à l’Union africaine et son adhésion imminente à la Cedeao.

Au total, la programmation prévoit huit dates, dont cinq au Maroc. Le festival sera lancé à Casablanca le 3 novembre. S'ensuivront les étapes de Rabat (4 novembre), Tanger (10 novembre), Marrakech (11 novembre), et Dakhla (13 novembre). « Afrique du rire » s’envolera ensuite, pour poser ses valises à Abidjan le 10 décembre, au Palais de la culture de Treichville, avant Dakar le 14 décembre, et, enfin, Libreville le 17 décembre.

A peine porté sur les fonts baptismaux que le festival veut se positionner dans le sillage de de ses devanciers de renom sur le continent que sont « Le Marrakech du rire », initié par le comédien franco-marocain, Jamel Debbouze, et le « Festival Abidjan, capitale du rire » du Franco-nigérien Mamane. Avec à la clé, les productions d’émissions-spectacles télévisées attenantes respectives, « Le Jamel Comedy Club » et « Le parlement du rire ».

Oualas, la fraternité ivoiro-marocaine incarnée
Une ambition légitime pour le jeune as du stand-up qu’est Oualas. La trentaine radieuse, cet humoriste au talent inné, porte à fleur de peau, l’incarnation de la fraternité ivoiro-marocaine. Lui qui, sans ambages, confie : « Le Maroc est ma terre mère et la Côte d'Ivoire le père qui m'a vu grandir », ne pouvait que mûrir un tel projet !

En effet, né au Maroc de parents Marocains, il rejoint, à l’âge d’un mois et demi, à peine, la Côte d’Ivoire. Et plus spécialement, la ville de Bouaké. Entre l’école et la demeure familiale au quartier Kennedy, et les étals du commerce paternel au commerce, le jeune Tahar Lazrak forge au fil des ans, l’identité de Oualas. Et qu’il deviendra, une fois à Abidjan, dans le quartier des commerces marocains, la mythique Rue 12 dans la cosmopolite commune de Treichville, au lendemain de la survenue de la crise militaro-politique déclenchée en septembre 2002.

S’inspirant de ses modèles, Jamel Debbouze ou Adama Dahico, ou encore de Gad Elmaleh et autres Michel Gohou et Jean-Miché Kankan, il forge le personnage éclectique qui, à l’envi, se spécialise dans l’autodérision, Oualas. En l’espace d’une décennie, il se fait une signature et son trou dans le microcosme des humoristes ivoiriens.

La saga annuelle « Bonjour… » de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (Rti), « Abidjan Comedy Club », « Stand-up d’Abidjan », « Les Enfoiriens », « Fira », « Abidjan, capitale du rire », « Le parlement du rire », … Oualas est de toutes les scènes abidjanaises. Avant de se faire inviter sur les plateaux africains et européens, voire au-delà !

Avec la bénédiction du Roi Mohammed VI
Décidé à être un chantre de la fraternité ivoiro-marocaine, mieux un porte-voix de l’unité africaine par la magie du rire et de la bonne humeur que distille l’humour qui, du reste dénote d’une certaine uniformité dans un dialogue des cultures, Oualas a conçu, avec méthode, « Afrique du rire ».

Et l’artiste, revêtant le costume de directeur de festival argue : « C’est une production africaine qui promeut des artistes africains. Il n’y a pas que les Français ou les Américains qui sont capables d’organiser de tels évènements chez nous. En somme, l’idée est de mettre en valeur la coopération sud-sud comme l’a bien dessinée le Roi Mohammed VI ».

D'après lui, à juste titre, Sa majesté Mohammed VI a donné « Sa bénédiction » pour l’organisation de l'évènement. « J’ai rencontré Sa Majesté, à plusieurs reprises, et je lui ai parlé du projet. Il l’a favorablement accueilli et a donné sa bénédiction », confie Tahar Lazrak dit Oualas. Qui, toutefois, sur le casting du festival, n’entend dévoiler les noms des humoristes marocains, ivoiriens, sénégalais, gabonais et d’autres de pays africains confirmés et connus au plan international, qu’à quelques jours du top-départ !

REMI COULIBALY




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top