Un petit retour aux géants de la pensée arabe éclairée. En voici un auprès duquel je reviens souvent pour me ressourcer : l’immense Averroes. 

Dans son "Fasl al maqal", Abul Walid Mohammad Ibn Rochd, qui a fortement inspiré des intellectuels et des créatifs de la dimension de Giordano Bruno, Dante, Spinoza, Pascal ou encore Goethe, écrivit cette phrase : " Le Coran tout entier n'est qu'un (je le comprends personnellement comme "ne peut être qu’un") appel à l'examen et à la réflexion, un éveil aux méthodes de l'examen".

Mais il n'hésita point non plus à écrire : "La religion (est destinée) aux communs, et la philosophie aux élites".

Averrouès fut aussi un précurseur en... psychanalyse, avant même son invention par Sigmund Freud. Eh oui...ce que l'un appelle le "surmoi" n'est rien d'autre que le "ça" de l'autre. D'ailleurs Freud lui-même utilisa le "ça" averroïste dans sa "seconde topique". Averroes a également inspiré Jorge Luis Borges, Jacques Attali (La Confrérie des Éveillés)...et bien d'autres.

Enfin, à mon sens, Ibn Rochd fut, au beau milieu du Moyen-âge, l'inventeur de la laïcité, en cela que, grâce à sa théorie de "l'intellect séparé", qui n'est autre que le "ça", il a déconnecté le temporel du spirituel. Un grand esprit qui fut le brillant contemporain du grand Maïmonide (Moussa Ibn Maïmoun) ! Je signale également qu'Ibn Rochd fut probablement le premier grand penseur arabe à combattre le rigorisme islamiste et à être combattu par lui (jusqu'à l'exil et la destruction par le feu de ses livres). D'où son célèbre "tahafout attahafout" ("L'incohérence de l'incohérence"), en réponse à Abou Hamid Al Ghazzali, qui prônait la théorie de la « nécessité » de l’Etat, un dogme partagé par Hegel. La différence entre les deux se situe à l’aune des attributions dudit Etat. Le premier le voulait comptable du spirituel et du temporel (addine wa dounia), tandis que le second l'a délimité par la coordination de l’intérêt de chacun avec l’intérêt général. Exclusivement ici-bas. Hic et nunc.

Addenda :
En ces temps où les autoproclamés procureurs d'Allah sont légion, rappelons-nous qu’il est arrivé que le Musulman Ibn Rochd s'est bel et bien attablé (sans manger) avec le Juif Maïmonide pendant que celui-ci prenait son déjeuner durant le Ramadan. Cela se passait en ces temps lumineux d'Andalousie où l’Autre – eût-il été de couleur, de religion, d’ethnie ou de sexe différents – constituait une richesse et non, comme le qualifie le droit pénal de notre pays, un péril "pour la foi d’un Musulman". On voit donc bien que les authentiques démocrates ne parlent pas de REGRESSION pour rien. Le Coran dont ces procureurs divins autoproclamés se réclament dit à leur propos : "Soit indifférent (fais la sourde oreille) aux ignorants". On peut y lire également cette injonction coranique d'Allah à son Prophète au sujet de ses contemporains : « Tu ne saurais en être le dominateur » (lasta 3alayhim bi moçay6ir).

Ya salaaaaam !

Abdessamad Mouhieddine
Anthropologue, journaliste, écrivain, poète...

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top