Les objectifs et le contenu de l’accord d’association entre le Maroc et l’Europe unie sonne comme une musique très agréable à écouter. C’est un projet idéaliste qui, si le Maroc et l’EU respectent leur engagement à la lettre, tous les Marocains vivront heureux dans un Etat de droit respectant ses engagements nationaux et internationaux pour le bien-être de chaque citoyen. 

C’est un petit aperçu historique et non exhaustif de cet accord d’association qui donne beaucoup d’espoir et d’espérance au peuple marocain. Aujourd’hui, avec plusieurs projets grandioses le Maroc en mouvement donne l’impression d’entamer une nouvelle dynamique et une symbiose énergique comme un pays émergeant voulant s’arrimer à l’espace européen.

26 février 1996 l’Accord avait été signé
Dès 1963, le Maroc a demandé l’ouverture de négociations pour conclure un accord commercial en 1969.

1976 un nouvel Accord contenant des dispositions commerciales et une participation financière sous forme de dons au développement socio-économique du Royaume.

1976 à 1996 quatre protocoles financiers ont été signés complétés par des prêts de la Banque Européenne d’Investissement.

MEDA I (1996-99), le programme qui représente un triplement de l’aide au Maroc

MEDA II accompagné des programmes régionaux et des lignes thématiques, a permis d’augmenter considérablement, le montant financier attribué au Maroc.

1er mars 2000, Accord euro-méditerranéen établissant une association entre les Communautés européennes et le Royaume du Maroc

Depuis le 1er janvier 2007, l’Instrument Européen de Voisinage et de Partenariat (IEVP) prend la relève avec une enveloppe budgétaire prévue pour la période 2007-2010 de 654 millions d’euros, ce qui fait du Maroc le premier bénéficiaire des fonds européens dans la région.

Une politique européenne de voisinage
Cette politique offre de nouvelles perspectives de partenariat entre l’UE et le Maroc pour réaliser entre autres un programme ambitieux en offrant au Maroc une participation dans le marché intérieur ainsi que la possibilité de prendre progressivement part aux aspects clé des politiques et des programmes de l’UE.

La nouvelle politique européenne de voisinage renforcera le dialogue politique et la réduction continue des barrières commerciales afin de stimuler l’investissement et la croissance par un soutien financier accru pour que le Maroc puisse accompagner la mise en œuvre de l’accord d’association.

La BEI apportera également un soutien au secteur privé. La Commission propose un nouvel Instrument de Voisinage Européen et de Partenariat (IVEP) qui couvrira également l’aspect très important de la coopération transfrontalière et transnationale entre le Maroc et l’UE.

Cela inclut une assistance technique ciblée et des actions de jumelage, l’approfondissement des relations économiques et commerciales, l’établissement d’un dialogue constructif sur la question des visas, un renforcement de la coopération directe entre les administrations.

Démocratie et Etat de droit
La coopération euro-marocaine a comme objectif, de consolider les instances administratives chargées de veiller au renforcement de la pratique démocratique et de l’Etat de droit, de veiller à la mise en œuvre de la réforme des collectivités locales, d’augmenter les efforts pour faciliter l’accès à la justice et aux droits, d’assurer une protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales conformément aux normes internationales, de mettre en œuvre les droits sociaux fondamentaux et les normes fondamentales du travail, de renforcer le dialogue politique et la coopération sur des questions de politique étrangère et de sécurité, ainsi que sur tout autre sujet d’intérêt commun. Pour conclure dans un élan enthousiaste et pessimiste, je nous souhaite de bons jours devant nous.

Sarie Abdeslam
Bruxelles, le 2 septembre 2007




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top