Depuis quelques mois, au Rif, au Nord du Maroc, on observe des petits mouvements de contestations, des scènes de rue suite au décès de Mohcin Fikri, un poissonnier qui vendait une marchandise interdite par le repos biologique. Des petites manifestations de solidarité, périodiques, se sont déclenchées dans les grandes villes telles Rabat, Casablanca. 

Tous les canaux de communications basées sur le dialogue ont été ouverts par les secteurs étatiques allant de la visite de plusieurs ministres, interventions des Walis, Gouverneurs. Les forces de l'ordre, comme dans n’importe quel état du monde, visent rétablir la sécurité et la paix sociale sont toujours considérées comme des procédés de répression aveugle et brutale, et comme partout dans les cinq continents, il arrive que les échauffourées et des conflits entre manifestants et forces rétablissant la quiétude, Al Hoceima et Nador et les bourgs avoisinants ne constituent pas une exception universelle. 

Les revendications socio-économiques d’une population sont légitimes dans toute contrée vivant en Démocratie ; celles des villes du Nord sont toutes aussi justifiées car la situation dans cette partie du Maroc est à déplorer dans une certaine mesure comme d'ailleurs dans d'autres coins du pays où les élus politiques n’ont pas été à la hauteur de la confiance des électeurs qui se sont soulevés contre eux.

Il est à souligner que l'intervention de l'autorité publique en cas de débordement, pillages, agressions il y a une limite à ne pas franchir pour ne pas tomber dans l’anarchie dont les retombées feront des victimes chez les citoyens sensés que l’Etat doit protéger. 

Le Maroc est un État de droit, ce qui veut dire que les marocains peuvent manifester, s'exprimer mais dans un cadre légal mentionné dans la Constitution pour laquelle les Marocains ont voté à l’unanimité. 

Mais si les manifestations, les revendications prennent des proportions dramatiques c'est parce qu'il y'a une partie de l'élite de notre population qui pour des motivations sournoises et non éthiques tire les ficelles. 

Ces derniers, valsent entre ambitions personnelles, politiques et ou économiques, d'autres avec des motivations religieuses belliqueuses et obscurantistes pour atteindre l’une ou l’autre.

Leurs objectifs profitent des difficultés réelles de nos population, et,au lieu de s'associer à l'autorité publique et gouvernement afin de trouver des solutions durables et équitables de notre peuple, s'évertuent à fomenter complots et dissensions. 

Le peuple Marocain est sensé par son ancestrale vigilance et son pouvoir de discernement et par sa non implication dans ces mises en scènes fallacieuse il barre la route aux pêcheurs de troubles et d’instabilité. 

Par Radouan Bachiri 
Bruxelles

Ecoutez Wakeup-Radio






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top