Le Continent de Mu, quelque fois appelé « Lémurie » ou « continent perdu de Mu », est un continent mythique dont l'existence est supposée par certains écrivains, mais contestée par les archéologues et les géologues. 

Il tire peut-être son nom de la langue dravidienne : la racine Mu qu'on retrouve dans le nom du peuple Mundras dans la péninsule indienne. Le nom Mu a plus sûrement été forgé par deux spécialistes des Mayas, Auguste Le Plongeon et Brasseur de Bourbourg, au XIXe siècle. Selon les versions, il serait situé au cœur de l'océan Pacifique ou de l'océan Indien voici plusieurs dizaines de milliers d'années. Comme l'Atlantide, il aurait été détruit il y a 12 000 ans par les dieux pour punir une civilisation décadente, comme c'est souvent le cas dans ce type de légende. Histoire Tout se fonde sur le livre du colonel James Churchward (1852-1936), qui fit sensation, en 1926 : Le Continent perdu de Mu

C'est aux Indes que le colonel James Churchward eut la révélation du continent perdu de Mu (ou Lémurie), l'Atlantide de l'océan Pacifique. Un grand prêtre Rishi initia l'officier, alors tout jeune homme, au déchiffrement de tablettes sacrées entreposées dans son temple. Après douze ans d'études et de méditation, Churchward eut la preuve que ces tablettes racontaient l'histoire des débuts de l'humanité et constituaient les ultimes traces du premier langage écrit de l'homme.

Après avoir quitté l'Inde, Churchward se mit à chercher d'autres preuves concrètes de l'existence de Mu. Du Tibet en Égypte, de la Nouvelle-Zélande jusqu'à l'île de Pâques, il traqua son gibier millénaire et découvrit de nombreux textes gravés dans la langue sacrée de Mu.

Mais ce sont les découvertes de l'archéologue William Niven, dans le Yucatan, qui allaient lui permettre d'achever son oeuvre et de révéler au monde l'histoire du continent disparu de Mu, berceau de l'humanité.

Cet ouvrage a paru sous le titre original
THE LOST CONTINENT OF MU


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top