L’Afrique s’installe, désormais, comme sujet primordial dans les discours du Roi du Maroc. A l’instar de son allocution lors du 63ème anniversaire de la révolution du Roi et du peuple, cette année le discours de Sa Majesté le roi Mohammed VI a été consacré principalement à l’Afrique.

A l’occasion de ce 64ième anniversaire de la révolution du Roi et du peuple, le Roi a trouvé les mots justes pour donner à cet événement national un caractère exemplaire d’émancipation, de solidarité entre les pays africains, en vue du développement du continent. A ce sujet, le Roi a, à juste titre, déclaré : 
« Cette glorieuse épopée fut également le catalyseur d’une prise de conscience aigüe et d’une foi accrue dans la communauté de destin qui unit le Maroc à son continent. Le lien fusionnel prit, d’abord, forme à travers le combat commun qui fut mené pour retrouver la liberté et recouvrer l’indépendance. Il se cristallisa ensuite autour de la construction des Etats africains indépendants, dont la clé de voûte fut le respect de la souveraineté, l’unité nationale et l’intégrité territoriale des pays du continent ».
Ce regard rétrospectif permet de revisiter les acquis de cette révolution sur le Maroc et ses bienfaits pour les pays africains dans leurs combats pour l’indépendance. On s’en souvient et là le Roi a bien fait de le rappeler : 
« C’est, donc, sans surprise que le Maroc, imprégné de la symbolique et des valeurs inhérentes à cette glorieuse Révolution, adopta, dès son indépendance, des positions fermes à l’avantage de l’Afrique, et prit des initiatives concrètes en sa faveur… ».
Parmi les initiatives dont SM parle, il y a notamment : la participation, en 1960, à la première opération de maintien de la paix au Congo, la tenue, la même année, à Tanger, de la première réunion de la Commission de développement de l’Afrique, et la création inédite, au sein du Gouvernement de 1961, d’un ministère pour les affaires africaines ayant pour mission de soutenir les mouvements de libération. La célébration de cet évènement n’est pas seulement sous l’angle historique. Par sa portée, il est éminemment porteur des perspectives et des ambitions, tant sur le plan économique que politique. Ces initiatives ont permis à beaucoup de pays à reconquérir leur souveraineté et assurer la sécurité de leurs frontières. Au niveau du Royaume du Maroc : 
« Menée à la fois avec sérénité et fermeté, la gestion proactive de la crise d’El-Guergarate a permis, par ailleurs, de faire échec aux tentatives destinées à altérer la situation qui prévaut dans notre Sahara, et de démystifier la chimère entretenue par les ennemis du Maroc autour de supposés territoires libérés ».
Le roi du Maroc a rassuré les Marocains sur le choix de l’engagement du Maroc en Afrique. Loin d’être un fait fortuit ou intéressé par des ambitions inavouées, mais Il s’agit d’un acte de solidarité traduisant une vision claire de Sa Majesté sur le développement de l’Afrique. Cette vision faut-il le souligner est hautement stratégique, car il s’agit de mutualiser les efforts, échanger les expériences, élaborer des projets communs à long-terme, afin de construire une communauté d’intérêts. C’est ici que l’adhésion du Maroc au sein de de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, trouve sa justification et ce quelque temps après son retour au sein de L’Union Africaine. 

« La réintégration par le Maroc de l’Institution continentale constitue un tournant diplomatique majeur dans la politique extérieure de notre pays ». Déjà, la demande du Maroc d’adhésion à cette institution sous régionale est sur la bonne voie et a obtenu un accord de principe.

Nombreux sont les Africains qui ont suivi le discours royal à l’étranger, parmi eux Jean Boole (Expert Belge) qui estime que ce discours est un programme d’actions et une source d’inspiration dans la recherche de développement de l’Afrique. 

Par Radouan Bachiri
Bruxelles

Ecoutez Wakeup-Radio





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top