La tour Burj Khalifa à Dubaï est actuellement l'édifice le plus haut du monde. Sans se référer aux chantiers et projets d'autres États du Golfe, l'Émirat paraît vouloir conserver son record avec la Dubai Creek Tower, un gratte-ciel dont la construction vient de débuter.

Qui aura la plus grande tour ?
 A ce petit jeu, les pays du Golfe sont les plus forts. Et Dubaï, actuel détenteur du record avec la Burj Khalifa (828 mètres), n'entend pas se le faire ravir par les Saoudiens ou les Irakiens. En octobre dernier a été posée la première pierre de la Dubai Creek Tower, gratte-ciel dont les commanditaires se refusent, pour le moment, à dévoiler la taille. Le cheikh Mohamed ben Rached Al-Makhtoum, le souverain de Dubaï, se contente d'assurer qu'une fois terminé, il sera le plus haut édifice de la ville.


Pour conserver le record de la plus haute tour du monde, il faudra en tout cas que cet édifice dépasse un kilomètre de hauteur. En effet, L'Arabie Saoudite a commencé à construire en 2013 à Jeddah, ville portuaire sur la mer Rouge, le premier gratte-ciel à atteindre ce plafond hautement symbolique. Un chantier colossal dont le coût est estimé à 2 milliards d'euros. Et cette tour devrait être achevée avant celle de Dubaï puisque ses architectes pensent la livrer en 2018. De son côté, l'Irak prévoit de construire une tour de 1.152 mètres à Bassora, baptisée "The Bride". Mais aucune date de construction n'est donnée pour l'instant.

Dévoilées par CNN, les premières images de la Dubai Creek Tower donnent en tout cas une bonne idée de l'ampleur de ce chantier. Les fondations sont coulées à plus de 70 mètres de profondeur, un record selon Emaar Properties, le maitre d'œuvre. Elles vont soutenir plus de 45.000 m3 de béton. Le coût des travaux est estimé à 900 millions d'euros. Ils devraient s'achever en 2020.











0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top