D'abord, interrogeons-nous sur l'utilité et la fiabilité de cette étude qui prétend que le quotient intellectuel des Français a baissé en moyenne de 4 points en dix ans. 

Certes, les scientifiques ont certainement un QI élevé, mais de toutes façons ces recherches ne changeront rien à l'idiocracy ambiante. À moins que ces marchands de science essaient encore de nous vendre quelque chose, comme par exemple des pilules d'iode.

D'autre part, vous avez certainement déjà pris le temps d'effectuer un de ces tests du QI. Tout le monde ou presque sait qu'avec de l'entraînement on obtient assez facilement de bonnes notes. Ces exercices n'ont donc aucune valeur réelle. Car, vous ne le croirez peut-être pas, mais la meilleure manière de mesurer le niveau d'intelligence d'une population est encore la lecture des commentaires dans les forums. Là, vous ne serez jamais déçus par la brillance, l'intelligence, ainsi que la pertinence et l'érudition de certains intervenants.

Maintenant, réfléchissez un petit peu, enfin si vous en êtes capables, comment se pourrait-il que des gens qui possèdent au moins un téléviseur, mais surtout un ou deux smartphones et bien sûr comme la majorité des gens instruits l'indispensable automobile ; deviennent plus bêtes d'année en année ? C'est tout simplement impensable ! 

Pourtant, de nombreuses études prouvent que nous réfléchissons plus lentement que dans le passé, surtout les Anglais. C'est bien fait pour eux et ne cherchez pas plus loin les causes du Brexit ! Figurez-vous que les sujets de l'inusable Gracieuse Majesté "ont perdu en moyenne 14 points de QI depuis la Seconde Révolution industrielle". On ne sait pas où, dans le tunnel peut-être.

Mais comment les chercheurs peuvent-ils prétendre que l'intelligence baisse dans toute l'Europe du nord ? Tout simplement par "l'analyse des résultats obtenus aux tests psychométriques par les jeunes conscrits". Nous verrons plus bas le classement mondial des différents pays en fonction du QI moyen. Rassurez-vous, nous ne sommes pas encore le bonnet d'âne du monde entier. Mais avant...

Les causes du déclin cérébral
Elles sont nombreuses mais "le phénomène n'est pas aisé à déterminer" nous dit-on. Surtout avec un faible QI. Mais bon, essayons quand même d'y voir un peu plus clair. D'abord, le système éducatif n'est pas toujours responsable. Certains pays touchés par le délabrement cérébral sont même bien classés dans les études Pisa. Le numérique n'est pas non plus le grand coupable, puisque les pays d'Asie très technophiles sont dans les premiers du classement.

Une explication politiquement incorrecte
"les personnes les plus instruites ont tendance à retarder le moment d'avoir un premier enfant, notamment pour pouvoir poursuivre leurs études, et en font donc moins que celles appartenant aux couches plus défavorisées de la population".

« C'est ce que le grand biologiste Jacques Monod écrivait déjà en 1970 dans "Le Hasard et la Nécessité" », rappelle Laurent Alexandre, qui cite à l'appui de cette hypothèse une étude génétique menée sur plus de 100.000 Islandais nés entre 1910 et 1990 et parue en décembre 2016 dans la revue « PNAS ». « Cette étude a mis en évidence un ensemble de variants génétiques appelé PolyEDU, lequel est fortement corrélé avec un bon niveau d'études. Or cette analyse montre que ces "bons" variants sont soumis au fil des décennies à une accumulation croissante de mutations génétiques défavorables, du fait de l'absence de sélection naturelle » — en clair, le fait moralement bienvenu que les personnes dotées de faibles capacités cognitives ne sont pas naturellement éliminées au sein de nos sociétés."

D'autres raisons
- Les perturbateurs endocriniens.
"dont certains viennent déranger l'action bénéfique de l'iode. Celle-ci est en effet l'élément chimique qui permet à la glande thyroïdienne de produire l'hormone du même nom, laquelle joue un rôle crucial dans le développement du cerveau.

"LA PREUVE PAR LES GRENOUILLES"

- "En 2011, une étude américaine sur les substances chimiques trouvées dans le sang et les urines de femmes enceintes avait permis de constater que, parmi tous les perturbateurs endocriniens, une quinzaine de molécules étaient présentes chez tous les sujets. Barbara Demeneix et son équipe du Museum national d'histoire naturelle ont entrepris de passer au crible toute la littérature scientifique pour déterminer dans quelles proportions ces quinze « molécules ubiquitaires » étaient présentes dans le liquide amniotique, et ce partout dans le monde. Ils ont ensuite voulu savoir quel effet ce cocktail, avec les dosages moyens observés, pouvait avoir sur le système thyroïdien des bébés. Pour ce faire, ils l'ont administré à leurs animaux cobayes, des têtards de grenouille (le système thyroïdien, apparu très tôt dans l'évolution, a le même rôle chez cet amphibien que chez l'homme). Les résultats de cette étude, qui paraîtra prochainement, sont extrêmement inquiétants. Les têtards exposés à cette pollution chimique ont vu leur système thyroïdien dysfonctionner. Leur cerveau ne s'est pas développé normalement et leur comportement diffère de celui des têtards sains".

Mais les humains sont aussi capables de s'abêtir volontairement

- Par la trop grande consommation de haschisch (8 points de moins de QI)

- Ou en conduisant plus de deux heures quotidiennement, ce qui provoque une baisse du quotient intellectuel qui devient inférieur à la moyenne, Voilà qui déplaira aux routiers qui eux sont obligés de rouler pour gagner leur vie.

Vous avez aussi "les personnes qui passent plus de trois heures par jour devant la télévision. La conduite provoque du stress et de la fatigue, tandis que la télévision laisse le cerveau dans un état de passivité qui ne lui est pas favorable". (Le Point). Ce qui pourrait expliquer certains comportements à risques sur nos routes.

Pour conclure

LE PALMARÈS MONDIAL DES QI MOYENS
Ces statistiques sont issues d'un travail mené entre 2002 et 2006 par les professeurs Britannique Richard Lynn et Finlandais Tatu Vanhanen dans plus de 80 pays.
  • N° 1 ex aequo : Hong Kong et Singapour avec un QI moyen de 108.
  • N° 2 : Corée du Sud (106).
  • N° 3 ex aequo : Japon et Chine (105).
  • N° 4 : Taïwan (104).
  • N° 5 : Italie (102).
  • Les Pays-Bas, la Norvège et le Royaume-Uni sont n° 7 ex aequo (100).
  • La Belgique, la Finlande, l'Allemagne, la Pologne et la Suède sont n° 8 (99).
  • La France, l'Espagne et les Etats-Unis sont n° 9 (98).
  • La Béliorussie, la Russie et l'Ukraine sont n° 10 (97).
  • Israël et le Portugal sont n° 12 (95).
  • La Grèce et l'Irlande sont n° 15 (92).
  • En queue de peloton d'après les auteurs de cette étude, la Guinée Equatoriale (59).

Source : agoravox.fr/







0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top