Le jeune homme, qui dit avoir 13 ans, prétend être le fils de la community manager du ministère. Il y a des réveils plus difficiles que d'autres. 

Celui de ce mardi 18 juillet sera forcément dans la première catégorie pour l'équipe réseaux sociaux du ministère de la Culture et de la... communication. Un peu après 1 heure du matin, le compte Twitter du ministère a en effet commencé à s'animer de façon très inhabituelle. Et l'auteur des messages a rapidement répondu aux interrogations des twittos insomniaques, en affirmant avoir 13 ans et être... le fils de la community manager du ministère.


Il a également révélé son compte personnel sur Twitter : @ViViTiX était suivi par plus de 7.000 personnes avant que son compte soit supprimé au petit matin. Pas de "piratage" donc : le jeune homme se serait simplement connecté au compte officiel, suivi par 229.000 abonnés, via un ordinateur ou téléphone personnel laissé sans surveillance.


Le jeune homme a échangé des dizaines de messages avec des internautes, pendant plusieurs heures, dans un style fleuri. Entre débats sur les jeux vidéo et insultes gratuites, il a répété à plusieurs reprises, sûr de son impunité, qu'il ne faisait "rien d'illégal".



En référence aux éventuelles sanctions que pourrait entraîner son acte, le hashtag #MinistèreChômage a été en tendances Twitter une bonne partie de la nuit, encouragé par le "pirate" en herbe lui-même.



Contacté par "l'Obs" peu avant la désactivation de son compte, le jeune homme a refusé de s'étendre sur les circonstances de son acte.

Ce mardi 18 juillet, des internautes appelaient le ministère à faire preuve d'indulgence envers la mère supposée du "pirate".


"Le compte du ministère a été usurpé entre 1 heure et 5 heures. Toutes nos excuses pour ces tweets indésirables. Nous essayons de régler le problème", a écrit le ministère peu après 6 heures du matin, une fois tous les messages nocturnes effacés.

Mais une question demeure : le ministère tiendra-t-il les engagements pris pendant la nuit ? 

Timothée Vilars

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top