D’après la Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l’étranger (MRE), 10% des Marocains vivent à l’étranger. Nous sommes 3,2 millions de citoyens d’origine marocaine vivant en dehors du Maroc, c’est à dire presque 10% de la population totale du Maroc estimée en 2008 à 34,3 millions d’habitants.
  • Europe 85% dont
    • France1 131 000
    • Espagne 547 000
    • Italie 380 000
    • Belgique 285 000
    • Pays Bas 278 000
    • Allemagne 130 000
  • États-Unis 100 000
  • Canada 60 000
  • Pays Arabes 280.000
    • Libye 120.000
    • Algérie 80 000 
    • Tunisie 26 000
    • Arabie Saoudite 28.000
  • Afrique subsaharienne
    • Côte d’Ivoire 1971
    • Sénégal 1900
    • Mauritanie 1653
    • Gabon 785
    • Afrique du Sud 832
Depuis toujours, l’immigration a été en même temps un enrichissement et un appauvrissement pour les pays d’origine. Par exemple pour la région du Rif, l’immigration a depuis les années soixante largement contribué à son appauvrissement démographique, économique et social. Ce sont plutôt les pays d’accueil qui profitent et de loin de l’immigration.

Si on peut facilement comptabiliser les entrées de devises que la communauté marocaine a pu procurer au Maroc il est par contre plus difficile de comptabiliser et de chiffrer ce que la Belgique a gagné ou a épargné sur le dos de la communauté d’origine marocaine depuis 1964. En tout cas, personnellement je ne connais pas une étude qui a été faite dans ce sens et, à ma connaissance, aucune université belge ni banque belge ne s’est aventuré dans ce domaine.

Aujourd’hui, crise oblige, nous avons pris conscience du fait que notre présence en Belgique contribue à l’enrichissement des deux pays, le Maroc comme la Belgique. Nous sommes encore des travailleurs salariés mais nous sommes surtout devenu des créateurs d’emplois en Belgique et des investisseurs au Maroc.

Auteur : Sarie Abdeslam
Bruxelles, le 8 mars 2009





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top