Les Pays-Bas sont bien décidés à retirer la nationalité aux jihadistes bi-nationaux qui seront partis menés le jihad en Syrie ou en Irak. Puisque bon nombre d’entre eux sont maroco-néerlandais, ils ne seraient plus alors que des ressortissants marocains.

Le gouvernement néerlandais envisage de retirer la nationalité néerlandaise aux jihadistes bi-nationaux qui se représenteraient aux Pays-Bas après avoir combattu en Syrie ou en Irak. Depuis la rentrée, il a présenté au Parlement une série de mesures pour lutter contre les départs de Néerlandais pour le jihad en Syrie et surtout contre leur retour. Au premier septembre, 140 jihadistes s’étaient rendus en Syrie, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur néerlandais, contre 130 jusqu’ici. 30 d’entre eux sont revenus et 15 ont été tués.

Le ministre de la Justice a expliqué, mardi dernier, le 9 septembre, devant le Parlement que la nationalité néerlandaise pourrait être retirée aux jihadistes sans l’intervention d’un juge si le jihadiste était déjà à l’étranger. «Dans ce cas, au regard de la sécurité nationale il pourrait être nécessaire de retirer la nationalité néerlandaise et de déclarer la personne étranger indésirable. Ils ne pourraient pas rentrer aux Pays-Bas», a-t-il affirmé, selon dutchnews.nl.

«Le gouvernement, par contre, n’envisage pas de retirer la nationalité aux Néerlandais qui n’ont que cette nationalité pour ne pas en faire des apatrides, donc cette mesure est discriminatoire et ne s’adressera qu’aux Néerlandais d’origine étrangère comme les Marocains, alors qu’ils sont nés aux Pays-Bas et qu’ils ne connaissent rien au pays d’origine de leurs parents», s’insurge Abdou Menebhi, président de l’association EMCEMO à Amsterdam. Il a co-organisé une rencontre samedi 13 septembre à Amsterdam pour dénoncer ces mesures pour leurs graves conséquences. «Finalement, cela revient encore à se demander si nous sommes des citoyens à part entière ou non», regrette-il.

Juger les MRE au Maroc
Le Maroc est-il prêt à prendre en charge les combattants maroco-néerlandais nés au Pays-Bas ? La décision du gouvernement de modifier son code pénal pour lui permettre de juger les jihasites MRE porte à le croire. Le projet de loi a été présenté aujourd’hui par le ministre de la Justice Mustapha Ramid. Il prévoit également de condamner de 5 à 15 ans de prison et une amende de 500 000dh, les Marocains qui choisiront de rallier un groupe de jihadistes pour suivre des entrainements paramilitaires.

Aux Pays-Bas, le débat qui occupe régulièrement la scène nationale depuis 2 ans, a resurgi dans l’actualité avec le déroulement, le 10 août dernier, de manifestations de soutien à l’ "Etat islamique" en Irak à Amsterdam même. Depuis, les annonces de nouvelles familles parties en Syrie s’égrènent lentement dans la presse. Dernière en date, la famille de Moussa I. a quitté la ville de La Haye, révélait le telegraaf.nl vendredi 12 septembre.

Ces évènements et la vive réaction des autorités néerlandaises ont donné lieu à des dérapages sanctionnés par la justice. Le tribunal de la famille d’Utrecht, a décidé de rendre les 6 enfants retirés à deux familles marocaines d’Amsterdam, lundi 8 septembre. Leurs parents, d’abord arrêtés parce qu’ils étaient soupçonnés de vouloir partir participer au jihad en Syrie, ont été libérés la semaine précédente. Pour le juge, il n’y avait aucune preuve que les 4 parents aient eu l’intention de partir pour la Syrie, mais leur passeport leur a tout de même été retiré.

JULIE CHAUDIER 









0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top