Huffpost : L’industrie automobile au Maroc est en plein essor avec les ouvertures récentes de plusieurs usines répondant aux différents besoins de la construction d’une voiture.

Après le lancement des travaux de construction de l'usine du groupe français PSA à Kenitra, l'implantation du japonais JTEKT à Tanger ou encore l’ouverture récente de la première filiale africaine du groupe américain Adient à Kenitra, c’est au tour du groupe automobile français Faurecia d’inaugurer sa deuxième usine, jeudi à Salé, en présence de son directeur général Patrick Koller et du ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy.
“Nous avons l’habitude d’être dans un écosystème important de fournisseurs autour des productions automobiles, déclare au HuffPost Maroc le directeur général de Faurecia, Patrick Koller. “Et avoir deux ou trois fournisseurs qui fabriquent les mêmes éléments dans chacun des bassins des productions à l'international ne pose pas de problème pour Faurecia.”
En sept mois seulement, ce groupe qui figure parmi les leaders en équipement automobile mondial, a réussi a construire une usine spécialisée dans les coiffes de voitures s’étendant sur 12.800 mètres carrés. Un investissement qui a coûté pas moins de 170 millions de dirhams pour le groupe français.
“Même la Chine n’a pas réussi à faire mieux”, plaisante le directeur de Faurecia.

C’est la deuxième fois que Faurecia s’installe au Maroc, créant ainsi 1.300 emplois pour cette nouvelle usine qui produit chaque jour 10.000 coiffes de voitures notamment pour Peugeot et ses véhicules 3008 et 5008, pour atteindre 20.000 unités à terme. Une troisième usine est déjà prévue à Kénitra qui permettra d’employer au total près de 6.000 ouvriers opérationnels au Maroc.
“Nous avons choisi le Maroc pour la qualité et le coût de sa main d'oeuvre” explique Patrik Koller lors de la conférence de presse. “Nous bénéficions ici d’une jeunesse qui est éduquée et bien formée. Là où nous avons un peu plus de difficultés, c’est dans le recrutement d’ingénieurs de haut niveau que ce soit dans le développement de produit ou dans le manufacturing", continue-t-il.
Mais la main d’oeuvre n’est pas le seul facteur qui a convaincu Faurecia de s’installer au Maroc. Sa position géographique, notamment sa proximité avec l’Europe, a également joué un rôle important dans la prise de décision du groupe automobile.
“Ce qui est intéressant avec le Maroc, c’est sa politique d’être le trait d’union entre l’Europe et l’Afrique, déclare Patrik Koller au HuffPost Maroc. “Ce qui intéressera donc les prochains constructeurs qui s’implanteront au Maroc, c’est la perspective du Sud, pour pouvoir exporter les voitures à partir du Maroc adaptées pour l’Afrique et vers l’Afrique,” continue-t-il.
Lire l'intégralité de l'article sur Huffpost
Article signé Ibtissam Ouazzani




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top